EduBourseActualitésAltadis annonce pour 2002 des résultats conformes aux objectifs, avec un EBE...

Altadis annonce pour 2002 des résultats conformes aux objectifs, avec un EBE en hausse de 9,5%. Le bénéfice par action progresse de 16,5%

Réuni le 25 février 2002, le conseil d’administration d’Altadis a approuvé les résultats du Groupe pour l’exercice 2002.

RESULTATS FINANCIERS

En 2002, et pour le troisième exercice consécutif, tous les indicateurs clés d’Altadis sont positifs. Le chiffre d’affaires économique du Groupe a augmenté de 3,4 %, l’excédent brut d’exploitation (EBE) a progressé de 9,5 % et la marge d’EBE a gagné 1,7 point pour s’établir à 30,5 %. Le résultat net s’est inscrit en hausse de 14,5 % et le bénéfice par action s’est accru de 16,5 %.

Hors effet dollar, l’activité reste globalement stable par rapport aux neuf premiers mois de l’exercice, avec, dans bien des cas, une amélioration des performances.

Au cours du quatrième trimestre, le chiffre d’affaires économique a progressé de 3,5 %, hors effet dollar et de 1,7 % en euros. L’excédent brut d’exploitation est ressorti en hausse de 11,2 %, le résultat d’exploitation a augmenté de 11,4 %, et le résultat net, qui avait enregistré une forte hausse au troisième trimestre, est resté pratiquement stable.

Ces résultats permettent à Altadis d’atteindre ses objectifs de rentabilité pour l’exercice et se situent dans le haut de la fourchette annoncée.

Le chiffre d’affaires économique total est passé de 3 077 millions d’euros en 2001 à 3 182 millions d’euros en 2002.

Le chiffre d’affaires économique de la branche Cigarettes, qui a fortement progressé au quatrième trimestre, ressort à 1 689 millions d’euros, soit une hausse de 4,3 %.

Le chiffre d’affaires économique de la branche Cigares a gagné 0,9 % hors impact de change négatif du dollar (-3,3 % en euros, à 755 millions d’euros), la forte progression des ventes aux États-Unis compensant l’impact de la conjoncture défavorable sur les autres marchés.

En ligne avec les mois précédents, le chiffre d’affaires économique de la branche Distribution a enregistré une forte croissance de 23,2 %, à 741 millions d’euros, grâce à l’effet conjugué de la croissance interne et externe, et notamment du rachat du groupe Burgal, consolidé depuis le 1er mars 2001.

Par conséquent, l’excédent brut d’exploitation a atteint 971 millions d’euros, contre 887 millions pour l’exercice précédent.

L’EBE de la branche Cigarettes, qui s’est progressivement renforcé tout au long de l’exercice, a gagné 10,3 %. La branche Cigares a mis l’accent sur l’optimisation des coûts, ce qui a permis une croissance de 13,7 % de son EBE hors effet dollar et de 7,6 % en euros. L’EBE de la division Distribution a progressé de 12,5 %, grâce notamment à l’acquisition du groupe Burgal.

Conformément aux attentes, le résultat financier s’est inscrit en amélioration par rapport à l’exercice précédent. Il ressort à -36,8 millions d’euros, contre -44,6 en 2001, reflétant une légère diminution de l’endettement net moyen (792 millions d’euros) et la baisse des taux d’intérêt.

L’amortissement des écarts d’acquisition augmente légèrement (+4 %), à 94,5 millions d’euros, en raison essentiellement du rachat du groupe Burgal, malgré l’impact du dollar en sens inverse .

À 26,6 millions d’euros, contre 16,6 millions d’euros en 2001, le résultat des sociétés mises en équivalence a sensiblement progressé, Iberia ayant enregistré des résultats en forte amélioration.

Le résultat exceptionnel s’établit à –32,1 millions d’euros, contre +5,6 millions d’euros en 2001, l’impact positif des plus-values immobilières ayant été annulé par différents éléments négatifs, comme, entre autres, les frais liés aux opérations de croissance externe, les provisions complémentaires pour les retraités en Espagne et les provisions liées au swap des plans doptions d’achat d’actions.

L’impôt sur les sociétés s’élève à 197 millions d’euros, contre 206 millions d’euros pour 2001. En dépit d’un résultat imposable supérieur, le Groupe bénéficie pour 2002 d’avantages fiscaux exceptionnels. Par conséquent, le taux d’imposition effectif applicable au résultat de l’exercice avant amortissement de l’écart d’acquisition et résultat des sociétés mises en équivalence est plutôt faible (26,5 %).

Les intérêts minoritaires, qui concernent essentiellement la Seita et Logista, représentent 41,6 millions d’euros, soit une augmentation de plus de 10 millions d’euros due à des résultats en hausse. Il n’y aura plus d’intérêts minoritaires dans la Seita en 2003, l’OPR-RO ayant été finalisée en janvier 2003.

Le résultat net de l’exercice est de 435 millions d’euros, en hausse de 14,5 %.

Dans le cadre de son programme de rachat de 5 % des actions du Groupe de juin à juin, Altadis a régulièrement racheté au cours de l’exercice un certain nombre de ses propres actions. À fin décembre, l’autocontrôle s’élevait à près de 4 %.

Ainsi, le bénéfice par action, calculé à partir du nombre moyen d’actions en circulation, enregistre une hausse de 16,5 %.

Le Conseil d’administration proposera à l’Assemblée générale des actionnaires la distribution d’un dividende de 70 centimes d’euros par action. Une partie, 31 centimes d’euro, en sera versée sous la forme d’un acompte le 24 mars 2003.

RAPPORT D’ACTIVITE

Les restructurations ont été menées à bien dans le respect du calendrier établi

Dans le cadre du plan de restructuration mis en œuvre en Espagne, huit usines ont été fermées et environ 1 900 personnes ont quitté la société. Ce plan a permis, dès l’exercice 2000, la réalisation d’économies substantielles. 52 millions d’euros d’économies (en cumulé) ont ainsi été dégagées en 2002 ; 83 millions (en cumulé) seront de nouveau générées en 2003. Comme il l’a démontré au cours des deux exercices précédents, le Groupe entend continuer à être très attentif à l’optimisation de ses coûts.

Cigarettes : les ventes de cigarettes blondes ont progressé de 7,4 %

La branche Cigarettes, qui représente 53 % des ventes du Groupe, a enregistré une croissance globale de son chiffre d’affaires économique de 4,3 %, grâce, notamment à une évolution positive de l’ensemble de ses marchés de cigarettes blondes et à la quasi-stabilité du niveau des ventes de cigarettes brunes. Les effets de stocks constatés en France et en Allemagne en début d’année se sont progressivement estompés. En Espagne, les stocks, réduits au troisième trimestre lorsque les machines ont été déplacées vers les nouvelles usines, ont retrouvé des niveaux normaux au quatrième trimestre.

Les ventes de cigarettes blondes ont progressé de 8,2 % en Allemagne, 10,1 % en Pologne, 11,2 % en France et de 14,4 % dans le « Reste du monde », des chiffres généralement supérieurs à ceux au 30 septembre. La progression plus modérée enregistrée en Espagne (+1,3 %) résulte en partie d’une modification de la fiscalité en janvier 2002 et d’une intensification de la concurrence.

Dans la plupart des cas, cette croissance des ventes s’est accompagnée de gains de part de marché : +1,5 point en France (pour atteindre 17,7 %), +0,6 point en Allemagne (4,7 %), +1,3 point en Pologne (12,8 %) et +1 point en Autriche (7,3 %).

Gauloises Blondes a joué son rôle de marque-phare. Les ventes de la marque ont progressé de 8,5 %, à 381 millions d’euros. À l’international, elles ont gagné 9,5 %. L’évolution de la marque a suivi les tendances habituelles. L’Allemagne reste le principal marché de la marque. Dans les autres pays, que ce soit en Europe ou sur des marchés, la marque a enregistré de bonnes performances avec une augmentation de 10,4 % en valeur, à 108 millions d’euros.

L’exercice 2002 a marqué une nouvelle étape dans l’internationalisation de Fortuna. Lancée en mai en Italie, la marque s’est arrogé 1,2 % de part de marché au cours du mois de décembre. En France, où la marque progresse de façon très satisfaisante depuis quelques années, sa part de marché est de 1,8 %. En Espagne, les nouvelles campagnes marketing et publicitaires conjuguées au nouveau paquet ont porté leurs fruits : au quatrième trimestre, la part du marché de Fortuna a augmenté de 2,1 points par rapport au trimestre précédent.

Peu de surprises du côté des cigarettes brunes : les ventes ont reculé de seulement 1,3% en valeur, alors que les volumes ont perdu 10,6 %. Les fortes augmentations de prix introduites en 2002 puis en 2003 portent les prix de cigarettes brunes à un niveau qui se compare à celui des cigarettes blondes.

L’EBE de la branche Cigarettes a progressé plus rapidement (+10,3 %) pour atteindre 572 millions d’euros. La marge d’EBE a gagné 1,9 point à 33,9 %. Ces chiffres, supérieurs à ceux publiés au 30 septembre, s’expliquent essentiellement par les augmentations de prix, l’amélioration de la structure des ventes, les gains de part de marché et les économies réalisées grâce aux restructurations.

Cigares : une performance tirée par les ventes aux États-Unis et par l’effet dollar

Pour la branche Cigares, qui représente 24 % des ventes du Groupe, le marché américain est un marché essentiel, puisque 60 % des ventes de cigares du Groupe sont réalisées aux États-Unis.

La performance dans ce pays en 2002 a été très satisfaisante. Altadis est l’intervenant le plus important sur ce marché, et le groupe a procédé, avec succès, à des augmentations de prix sur le segment des cigares à cape homogénéisée, ainsi qu’à de nouveaux lancements. Tirées par les cigares à cape homogénéisée et à cape naturelle, les ventes en dollar aux États-Unis ont progressé de 8,4 % sur l’exercice. Mais l’évolution du dollar influe sur les résultats consolidés : le chiffre d’affaires en euros a crû de 2,8 %, à 451 millions.

Les ventes de cigares Altadis en France se sont assez bien comportées, avec une croissance de 3,2 % selon un schéma conforme à celui des exercices précédents, avec des volumes en recul, des relèvements de prix et une amélioration de la structure des ventes.

Comme ce fut le cas au cours des premiers trimestres de l’année 2002, les ventes de cigares cubains — comme l’ensemble des produits de luxe — ont pâti de la conjoncture économique internationale et du ralentissement du tourisme international. En Espagne, le Groupe se voit confronté à une concurrence accrue qui lui a fait perdre des points de part de marché. Le Groupe met en place des mesures destinées à inverser la tendance.

Conséquence de ces évolutions contrastées, les ventes totales de cigares ont progressé de 0,9 % hors effet dollar, et ont perdu 3,3 % en euros, à 755 millions.

En dépit de conditions défavorables sur certains marchés, la branche a enregistré des résultats financiers positifs, puisque l’EBE a progressé de 13,7 % hors effet dollar et de 7,6 % en euros, à 172 millions. La marge d’EBE a fortement augmenté de 2,3 points à 22,7 %. Outre l’évolution des ventes, les économies nées des restructurations en Espagne, et les autres mesures d’optimisation des coûts expliquent largement cette performance.

Distribution : intégration du groupe Burgal et croissance interne

Les chiffres de la branche Distribution, qui représente 23 % des ventes du Groupe, reflètent la croissance interne et le fort impact de l’acquisition de Burgal, et font ressortir une progression du chiffre d’affaires de 23,2 % à 741 millions d’euros.

La distribution généraliste (c’est-à-dire hors tabac), qui représente désormais 54 % du chiffre d’affaires économique total de la branche, a enregistré une croissance de 45,9 %, qui s’explique en grande partie par le rachat de Burgal. Hors Burgal, la croissance s’établit à 10,6 %. Cette acquisition illustre la volonté du groupe de capitaliser sur son savoir-faire et son réseau pour s’étendre sur de nouveaux canaux de distribution et vers de nouvelles niches de marché. Avec Burgal, le Groupe ajoute la messagerie expresse et le transport de colis industriels à sa gamme de services, et prend pied dans la distribution des produits pharmaceutiques. L’acquisition récente d’Alameda va dans le même sens.

Une fois encore, les prix et les volumes ont été les moteurs de la croissance de la distribution de tabac. La croissance du chiffre d’affaires total en Espagne, en France et au Portugal s’établit à 4 % (340 millions d’euros), malgré une base de comparaison élevée, puisqu’en 2001, les augmentations de prix avaient poussé le chiffre d’affaires du marché français.

Dans l’ensemble, l’EBE de la branche Distribution a augmenté de 12,5 % pour atteindre 231 millions. La marge d’EBE se maintient à un niveau très élevé (31,2 %) malgré l’effet dilutif de l’expansion dans la distribution généraliste.

PERSPECTIVES
En 2002, Altadis a affiché une forte rentabilité, avec une croissance proche de 10 % de l’EBE et nettement supérieure à 10 % pour le résultat net et le résultat par action.

Le Groupe est en bon ordre pour pour réaliser une croissance significative en 2003, grâce aux facteurs positifs déjà en place : gains de part de marché obtenus en 2002, augmentations de prix, économies nées des restructurations achevées en fin d’exercice et croissance des nouvelles activités de distribution. Ainsi, le Groupe sera bien armé pour faire face aux incertitudes de la conjoncture internationaleet à l’intensification de la concurrence sur certains marchés.

(en millions d’euros) 2001 2002 Variation 2001-2002
Chiffre d’affaires économique 3 076,9 3 182,1 + 3,4%
EBE 886,6 971,1 + 9,5%
Résultat d’exploitation 729,8 810,5 +11,1%
Résultat financier (44,6) (36,8) – 17,5%
Amortissement des écarts d’acquisition (90,8) (94,5) + 4,0%
Résultat des sociétés mises en équivalence 16,6 26,6 + 60,0%
Résultat exceptionnel 5,6 (32,1) n.s.
Résultat avant impôts 616,6 673,6 + 9,2%
Impôt sur les sociétés (206,1) (196,8) – 4,5%
Intérêts minoritaires (30,2) (41,6) + 37,7%
Résultat net, part du Groupe 380,2 435,2 + 14,5%
BPA (en centimes d’euro) 1 25,5 1 46,2 +16,5%
Nombre moyen d’actions (en millions) * 303,1 297,8 – 1,7%
*) Nombre moyen d’actions = Moyenne (Nombre total d’actions – Autocontrôle).

Chiffre d’affaires économique et EBE trimestriels

Chiffre d’affaires économique(en millions d’euros) 1er trimestre 2002 2ème trimestre 2002 3ème trimestre 2002 4ème trimestre 2002 Exercice 2002
Cigarettes 374,4 438,3 419,1 457,0 1 688,8
Cigares 173,5 201,3 199,8 180,6 755,2
Distribution 156,1 194,1 184,0 206,5 740,7
Autres et ajustements 1,8 -0,8 -7,1 3,5 -2,6
Total 705,8 833,0 795,6 847,5 3 182,1

EBE(en millions d’euros) 1er trimestre 2002 2ème trimestre 2002 3ème trimestre 2002 4ème trimestre 2002 Exercice 2002
Cigarettes 119,3 143,0 151,1 158,2 571,7
Cigares 35,4 48,3 51,6 36,5 171,8
Distribution 50,5 57,4 58,9 64,3 231,1
Autres et ajustements 5,0 -1,6 2,0 -8,8 -3,5
Total 210,2 247,1 263,5 250,2 971,1

Pierre Perrin-Monlouis
Pierre Perrin-Monlouis
Fondateur de Rente et Patrimoine (cabinet de gestion de patrimoine), Pierre Perrin-Monlouis est un analyste et trader pour compte propre. Il vous fait profiter de son expérience en trading grâce à ses analyses financières et décrypte pour vous les actualités des marchés. Son approche globale des marchés combine à la fois l'analyse technique et l'analyse fondamentale sur l'ensemble des marchés : crypto, forex, actions et matières premières.
ARTICLES SIMILAIRES