EduBourseActualitésBailleurs : comment éviter les impayés de loyer ?

Bailleurs : comment éviter les impayés de loyer ?

Avec le retour des vacances, le plafond du budget peut vite être atteint et la tentation des locataires de jouer sur la trésorerie en oubliant de payer un loyer peut être grande. Le logement est en effet le premier poste de dépense des foyers français. Véritables cauchemars pour les bailleurs, les loyers impayés sont devenus leur crainte numéro 1. Mais utiliser des méthodes de recouvrement « musclées » (comme menacer son locataire…) n’est pas forcément la meilleure solution pour recevoir son loyer. Comment réduire les situations d’impayés et converser un bon relationnel avec ses locataires ? La startupPayboostliste 5 conseils clés simples à mettre en place.

Proposer plusieurs moyens de paiement…
Chèque, virement, carte bancaire, espèces, chaque bailleur peut avoir ses habitudes mais doit être souple vis-à-vis de ses locataires, qui peuvent aussi avoir des préférences en matière de règlement, en fonction de leurs revenus ou de leurs habitudes. Les espèces sont par exemple souvent utilisées par les personnes âgées ou en situation de fragilité financière, alors pourquoi donc ne pas l’autoriser en dernier recours ?

… mais privilégier le prélèvement
Le prélèvement bancaire est un mode de paiement qui consiste en un transfert de fonds automatique entre deux comptes bancaires sur un paiement récurrent. Le locataire doit donc signer un mandat de prélèvement pour qu’il soit effectif. D’après une étude Payboost sur les Français et le paiement des factures, les retards de paiement de factures sont, dans près de la moitié des cas, liés à un oubli. Le prélèvement permet d’éliminer ces oublis ! Ne restent plus que les impayés parce que le locataire rencontre une difficulté financière ou des difficultés techniques (fermeture de compte par exemple). A noter par ailleurs qu’on observe, empiriquement, un taux d’impayé à J+1 d’un loyer de seulement 2 % pour les quittances en prélèvement, contre 15 à 20 % pour les autres moyens de paiement.

Être souple sur les échéances
Mieux vaut encaisser l’argent avec 2 jours de retard ou en 2 fois que pas du tout. Ainsi, le bailleur doit aussi être capable de s’adapter au profil de ses locataires. En effet, tout le monde n’est pas forcément salarié CDI, payé en fin de mois. Certains peuvent recevoir leurs paies en début ou milieu de mois, comme beaucoup d’intérims ou encore certains retraités et les personnes qui dépendent des aides sociales. Le bailleur peut donc proposer plusieurs dates de paiement possible. C’est notamment une pratique courante dans le secteur HLM, qui connaît bien les problématiques de locataires fragiles. Les bailleurs sociaux proposent toujours 3 dates de prélèvement. Il faut également prendre en compte certains échéanciers, comme par exemple le moment des régularisations de charges en fin d’année où il peut y avoir de mauvaises surprises et de grosses quittances.

Réagir rapidement en cas d’incident
Lorsqu’un locataire oublie de payer un loyer, il faut le relancer tout de suite, sans chercher à attendre quelques jours pour ne pas laisser les impayés s’accumuler. Il faut garder en tête que si le locataire a du mal à payer maintenant, il peut avoir encore plus de mal à payer plus tard. L’idéal serait d’exiger de celui-ci, en cas de difficulté avérée, qu’il prévienne avant l’échéance du terme. Cela permet par exemple de mettre en place, exceptionnellement, un étalement sur trois mois de la mensualité qui ne sera pas payée à temps, sans renoncer bien sûr au paiement des échéances en cours. Une solution qui n’est toutefois pas sans risques et qui nécessite une vraie relation de confiance entre bailleur et locataire, mais qui semble fonctionner dans la plupart des cas.

Communiquer
La relation entre un bailleur et un locataire doit être basée sur la confiance mais aussi sur la communication. Ainsi, mieux vaut anticiper chaque situation en envoyant par exemple des SMS pour rappeler les échéances ou pour relancer le locataire si une quittance est en retard. Cela permet d’éviter une lettre de relance et de réduire les risques de fâcher le locataire. Faire preuve de souplesse et de consilience apportera un meilleur rapport avec les locataires. Prendre en compte le facteur humain des locataires peut en effet être beaucoup plus performant pour éviter les impayés.

A propos de Payboost
Payboost est la première Fintech d’utilité publique. Créée en 2016, Payboost développe une solution de gestion de la chaîne de paiement qui prend en compte le facteur humain pour être plus performant. La solution de Payboost répond parfaitement aux enjeux des créanciers à fort impact social, comme les biens essentiels, le logement social et les services publics. La plateforme de paiement de Payboost utilise le meilleur de la technologie, l’analyse de l’historique client et un centre opérationnel hyper performant pour personnaliser le parcours de paiement de chaque usager et faciliter le paiement de ses factures.
Filiale de Veolia créée en 2016, Payboost hérite d’un savoir-faire industriel à grande échelle qui lui permettant de traiter plus de 5 milliards d’euros d’encaissements par an.
https://www.fastoche.fr
https://www.payboost.com

Pierre Perrin-Monlouis
Pierre Perrin-Monlouis
Fondateur de Rente et Patrimoine (cabinet de gestion de patrimoine), Pierre Perrin-Monlouis est un analyste et trader pour compte propre. Il vous fait profiter de son expérience en trading grâce à ses analyses financières et décrypte pour vous les actualités des marchés. Son approche globale des marchés combine à la fois l'analyse technique et l'analyse fondamentale sur l'ensemble des marchés : crypto, forex, actions et matières premières.
ARTICLES SIMILAIRES
1200
1200