EduBourseActualitésScor - Réussite des renouvellements 2003 et nouvel organigramme du Groupe

Scor – Réussite des renouvellements 2003 et nouvel organigramme du Groupe

Le Conseil d’Administration de SCOR, réuni le 28 février 2003, a pris connaissance de la campagne de renouvellements 2003 et du nouvel organigramme du Groupe.

La campagne de renouvellements 2003, conforme au plan “Back on Track” du 18 novembre 2002, est considérée comme réussie.

Pour les traités Non-Vie, le volume de souscription des traités renouvelés au 1er janvier 2003 atteint 92% du volume 2002 correspondant.
Pour Business Solutions, le volume de primes est en croissance de +14% en Dommages aux Biens et de +18% en Responsabilité Civile par rapport à la campagne analogue 2002.
Pour la Réassurance de Personnes, la croissance anticipée des primes nettes annuelles serait de l’ordre de +5% par rapport aux primes de 2002.
Le Groupe a appliqué strictement les critères de sélection des risques définis par le plan “Back on Track”.
Le Groupe a pleinement bénéficié dans tous les segments d’activité des augmentations tarifaires.
Ces renouvellements montrent le rééquilibrage du portefeuille en faveur de l’Europe, des risques à développement court et de la Réassurance de Personnes.

Une campagne de renouvellements 2003 respectant le plan “Back on Track”

Les renouvellements 2003 satisfont pleinement les exigences de sélectivité et de rentabilité que SCOR s’est imposées dans le plan “Back on Track”.

Cette campagne a atteint les cinq principaux objectifs suivants :

– respecter impérativement les ratios combinés assurant la rentabilité des affaires souscrites,
– appliquer strictement le contrôle et la limitation des engagements,
– rééquilibrer le portefeuille vers l’Europe et l’Asie,
– restructurer le portefeuille en faveur des traités non-proportionnels et des affaires à développement court,
– renforcer la position du Groupe en Réassurance de Personnes en privilégiant les produits de couvertures décès.

I. Un renouvellement réussi des traités Non-Vie

La campagne de renouvellements des traités Non-Vie est réussie.

Les traités Non-Vie représentent environ 40% du chiffre d’affaires annuel global de SCOR.

Les renouvellements au 1er janvier ont concerné 77% du portefeuille 2002.
94% des traités européens, 61% des traités d’Amérique du Nord et 26% des traités d’Extrême-Orient venaient à échéance à cette date.

Sur la base des renouvellements effectués depuis le 1er janvier, le volume des souscriptions en 2003 atteint 92% de celui de 2002. Cette contraction de -8% environ est légèrement inférieure à celle prévue par le plan “Back on Track” (-10%). Elle est de -13% en Amérique du Nord et de -8% en Europe, tandis que les souscriptions dans les autres régions du monde demeurent stables.

Cette évolution résulte de la souscription d’affaires nouvelles (+9%), de l’augmentation des taux (+8%) et des variations de parts (+2%) sur les affaires renouvelées et des résiliations de traités (- 27%).

Les renouvellements des traités Non-Vie présentent les caractéristiques suivantes :

L’amélioration des conditions tarifaires est de +8% en moyenne, taux qui reflète notamment la réduction voulue des risques à développement long dans le portefeuille.
La part des branches à déroulement long (essentiellement responsabilité civile, automobiles, accidents du travail) diminue pour atteindre 39% du total des souscriptions en 2003, contre 41% en 2002 et 47% en 2001.
La part des traités non-proportionnels atteint 36% en 2003 contre 35% en 2002 et 27% en 2001.
Les traités renouvelés prévoient une meilleure maîtrise des engagements et des cumuls, notamment dans les domaines du terrorisme, de la responsabilité civile (RC) et des catastrophes naturelles.
L’exposition de SCOR aux catastrophes naturelles en Europe diminue d’environ -10%. Cette réduction de l’exposition du Groupe aux catastrophes naturelles sera poursuivie lors des renouvellements aux Etats-Unis.
La résiliation de 27% des traités soumis à renouvellement traduit d’ores et déjà le respect scrupuleux des règles de sélection des risques fixées dans le plan “Back on Track”.
S’agissant du redressement tarifaire, l’analyse de la campagne fait ressortir les points suivants :

Le redressement tarifaire (augmentation de la prime nette de commission pour la même exposition aux risques) varie de +5% à +11% sur les sept principaux marchés de SCOR, hors Japon. Il est de +11% en Allemagne, +10,6% au Canada, +9% en Italie, +8,6% aux Etats-Unis, +7,5% au Royaume-Uni, +7% en Espagne et de +5% en France.
Ces augmentations tarifaires sont de +8,4% pour les traités non-proportionnels, hors catastrophes naturelles, de +3% pour les traités non-proportionnels catastrophes naturelles et de +7,4% pour les traités proportionnels.
Les augmentations par branche sont de +11,6% en RC, de +7,4% en automobile et de +6,4% en dommages aux biens, y compris pour les couvertures en catastrophes naturelles.

II. Une consolidation satisfaisante du portefeuille des Grands Risques d’Entreprises

Après deux années de forte croissance du portefeuille (+26% en 2001 et + 56% en 2002), les renouvellements du portefeuille des Grands Risques d’Entreprises intervenus de décembre 2002 à janvier 2003 montrent une consolidation satisfaisante des positions acquises.

Le portefeuille de Business Solutions se compose :

– à 20% d’affaires non renouvelables,
– à 80% d’affaires renouvelables dont un tiers se renouvelle en fin d’année et qui fait l’objet de l’analyse ci-après.

S’agissant des souscriptions en Dommages aux Biens de Business Solutions, l’analyse de la campagne fait ressortir les points suivants :

Le volume de primes du portefeuille Dommages aux Biens à échéance de fin d’année croît de +14% par rapport à la campagne analogue 2002.
Cette augmentation de +14% est l’effet combiné de +31% de croissance due à la souscription d’affaires nouvelles, de +16% d’augmentations tarifaires sur le portefeuille existant et de la résiliation de 33% du portefeuille.
Après trois années de redressement des tarifs, les hausses se poursuivent mais à un rythme moins soutenu. Pour le portefeuille de SCOR, elles sont en moyenne de +5% à +15% pour les risques aux Etats-Unis et de +15% à +50% pour les risques en Europe. Des affaires en fin de programme pluriannuel conclues avant le redressement de 2001 ont été retarifées en forte hausse, et leurs conditions de garantie ont été intégralement revues.
On note un relèvement des franchises et le recours à des captives d’assurance ou de réassurance de la part d’un nombre croissant de clients qui assument désormais une part importante de leurs risques.
Par ailleurs, Business Solutions applique une politique exigeante de souscription :

Par une sélection rigoureuse des affaires en portefeuille et par une consolidation des positions sur les comptes majeurs, éventuellement par accroissement des parts assurées et acquisition de nouvelles positions.
Par le non-renouvellement d’un tiers du portefeuille à échéance de fin d’année (soit EUR 35 millions) essentiellement à l’initiative de Business Solutions.
S’agissant des souscriptions en Responsabilité Civile de Business Solutions, l’analyse de la campagne fait ressortir les points suivants :

Le volume de primes du portefeuille RC à échéance fin d’année est en croissance de +18% par rapport à la campagne analogue 2002 et atteint EUR 15,4 millions. Il a été décidé de limiter volontairement les expositions en RC compte tenu des fortes incertitudes qui caractérisent l’évolution de cette branche.
Cette croissance s’explique principalement par un redressement tarifaire de +20% nettement plus marqué que pour les Dommages aux Biens.
La souscription est très sélective comme le montre le taux de résiliation de 58% sur le portefeuille, les affaires nouvelles représentant 56% du volume de primes.

III. De bonnes perspectives pour la Réassurance de Personnes en 2003

En Réassurance de Personnes, 40% environ du portefeuille se renouvelle en début d’année. Le reste des renouvellements et les affaires nouvelles s’échelonnent tout au long de l’année.

L’analyse des affaires déjà souscrites ainsi que les tendances observées permettent d’anticiper une croissance des primes nettes en Réassurance de Personnes de l’ordre de +5%. Aussi, les perspectives de primes nettes pour toute l’année 2003 seraient de EUR 1 420 millions contre EUR 1 350 millions en 2002.

Les renouvellements réalisés et en cours présentent les caractéristiques suivantes :

La sélection des acceptations se traduit par une résiliation des affaires non rentables qui atteint d’ores et déjà EUR 70 millions de primes.
La poursuite de la contraction du portefeuille en assurance santé conduit à une réduction de EUR 50 millions de primes.
La restriction des souscriptions d’affaires nouvelles ” Individuelles Vie ” au Canada et aux Etats-Unis, décidée en novembre 2002, est mise en œuvre.
S’agissant de la répartition géographique de l’activité en Réassurance de Personnes :

En France, grâce à la souscription d’affaires nouvelles, le Groupe maintient sa position en Réassurance de Personnes hors Santé, tout en contrôlant son engagement global par événement.
En Allemagne comme au Royaume-Uni, le Groupe maintient ses positions en 2003.
En Espagne et en Italie, le Groupe augmente de nouveau ses primes.
Aux Etats-Unis, les efforts de développement importants réalisés en 2001 et 2002 par le Groupe se sont concrétisés en 2003, et permettent une progression des primes.
Au Canada, toutes les affaires proportionnelles en portefeuille sont renouvelées en 2003, bénéficiant de la politique de service local menée par le Groupe, tant en produits collectifs qu’en vie individuelle.
S’agissant des couvertures catastrophes :

Dans la plupart des marchés, les tarifs des couvertures catastrophe non-proportionnelles s’améliorent, les capacités disponibles de réassurance et le nombre de réassureurs souscrivant ces affaires s’étant réduits à partir des renouvellements 2002.
Le Groupe améliore de façon significative la rémunération de ses engagements : le “rate on line” (ratio primes/engagements) du portefeuille catastrophe non-proportionnel augmente ainsi de +33% en 2003.
Par ailleurs, le Groupe a durci ses conditions de souscription afin de réduire son exposition globale en catastrophe : l’exclusion des actes de terrorisme nucléaire, biologique et chimique s’applique désormais à 60% de ses engagements totaux.
Enfin, la politique restrictive en matière d’engagements catastrophe en Amérique du Nord se poursuit. Le portefeuille ne contient aucun traité non-proportionnel catastrophe aux Etats-Unis. Le cumul des engagements au titre de ces traités au Canada est réduit de 75%.

IV. Poursuite de la réduction de l’activité de réassurance crédit-caution

Le Groupe poursuit sa politique prudente de souscription en crédit-caution. Les souscriptions devraient ainsi atteindre EUR 74 millions pour toute l’année 2003 alors qu’elles se sont élevées à EUR 99 millions en 2002.

Le Groupe privilégie l’Europe qui représente désormais 80% du portefeuille d’assurance crédit.
L’activité caution représente 30% du total du portefeuille crédit-caution.
Le Groupe poursuit son désengagement du marché américain de la caution qui ne représente plus que 3,2% du portefeuille total crédit-caution.
Le Groupe profite de l’amélioration substantielle des conditions tarifaires du marché (+9,2%) et a bénéficié d’une baisse de -5% en moyenne du taux de commission des traités.

Nouvelle organisation du Groupe

Dans le cadre des orientations prises dans le plan “Back on Track”, le Groupe a défini une nouvelle organisation de ses fonctions centrales. Il s’agit de clarifier les lignes hiérarchiques de reporting et de renforcer le contrôle interne sur la politique de souscription et son application, ainsi que sur l’ensemble des déterminants du résultat.

1. Sont directement rattachés au CEO Denis Kessler :

Le Chief Reserving Actuary, Jean-Luc Besson, qui reçoit mission de certifier les provisions de toutes les entités et filiales du Groupe, et de mettre en oeuvre des méthodes normalisées de provisionnement pour l’ensemble du Groupe.
L’Audit Central, confié à Yvan Besnard, chargé de vérifier l’existence et le respect des procédures de souscription et de gestion.
La Communication, étroitement liée à la stratégie globale du Groupe.
2. Il est créé un poste de Chief Financial Officer rattaché au COO Patrick Thourot

Ce poste de CFO est confié à François Terren.

50 ans, diplômé d’HEC, licencié en droit et AMP INSEAD, François Terren a été Directeur du Financement et de la Trésorerie du groupe Air Liquide de 1981 à 1991, puis Directeur Administratif et Financier du Groupe CORA. Il devient, en 1993, Directeur Adjoint des investissements du GAN, puis conseille les fonds immobiliers de Morgan Stanley à partir de 1996. En 1997, il rejoint le groupe Taittinger en tant que Directeur des Affaires Financières de la Compagnie Financière Taittinger et membre du Directoire, Directeur Financier de la Société du Louvre.

François Terren dirige l’ensemble des services qui permettent d’obtenir une vision globale des résultats techniques et financiers du Groupe, ainsi que la maîtrise de la politique de gestion des actifs et, par conséquent, les moyens d’améliorer l’adossement actif-passif du Groupe, ainsi que d’optimiser la gestion de la trésorerie :

La Direction de la Comptabilité, dirigée par Maurice Toledano.
La Direction du Pilotage et du Contrôle des Risques, confiée à Marie-Christine Cheymol, qui a pour mission de définir les budgets de chiffre d’affaires et les résultats techniques des lignes de produits et des filiales du Groupe.
La Direction de la Gestion des Actifs, confiée à Véronique Leroux et Jean Guitton.
La souscription du Crédit-Caution, dirigée par Patrick Barrault.
3. Dans le domaine opérationnel, les trois divisions à dimension mondiale – Traités Non-Vie, Vie, Business Solutions – sont rattachées au Directeur Général Délégué (COO)

Pierre-Denis Champvillard devient Directeur Général Adjoint du Groupe (Deputy COO), et est plus particulièrement chargé, sous l’autorité de Patrick Thourot (COO), de l’animation des relations commerciales avec les principaux clients du Groupe, qu’il s’agisse des cédantes majeures, du grand courtage ou de certains clients directs de SCOR.

La division Traités Non-Vie à dimension mondiale est confiée à Jérôme Faure.

La Division Vie à dimension mondiale est placée sous la responsabilité de Romain Durand.

La Division Business Solutions à dimension mondiale est confiée à Renaud de Pressigny.

4. Il est créé un département chargé de la définition de la politique des sinistres et de la gestion des sinistres importants

Ce département est chargé de définir l’ensemble des règles de gestion des sinistres assumés par les divisions et les filiales, et d’en assurer la revue trimestrielle auprès du Comité des Sinistres, animé par ce nouveau département.

Ce département aura aussi la charge de gérer en direct des sinistres importants – sinistres individuels, catastrophes naturelles, sinistres sériels (amiante, D & O, etc…) – en liaison avec les divisions ou filiales qui ont souscrit le risque, et avec les cédantes ou clients.

5. Les fonctions holding de SCOR comprennent également :

Le Secrétariat Général et le Département Juridique, dirigé par Arnaud Chneiweiss, qui est également Chief Compliance Officer pour l’ensemble du Groupe, en charge de l’ensemble des questions déontologiques.
La Direction des Ressources Humaines Groupe, dirigée par Hélène Chazot.
La Direction des Systèmes d’Information du Groupe, confiée à Régis Delayat.
La Direction de la Stratégie et du Développement, dirigée par Emmanuel Fierens.
6. Le Comité Exécutif, présidé par Denis Kessler, est composé de Patrick Thourot, Pierre-Denis Champvillard, Jean-Luc Besson, François Terren, Jérôme Faure, Romain Durand et Renaud de Pressigny. Son Secrétariat Général est assuré par Arnaud Chneiweiss.

A l’issue de la présentation des renouvellements et du nouvel organigramme du Groupe au Conseil d’Administration de SCOR, Denis Kessler, Président Directeur Général du Groupe SCOR a déclaré :

“La campagne de renouvellements 2003 est réussie. Elle prouve que le Groupe a pu tirer parti de l’amélioration des conditions tarifaires du marché et, d’autre part, respecter strictement les objectifs du plan “Back on Track” destinés à restaurer la rentabilité. Ces renouvellements traduisent la fidélité de nos clients et illustrent la politique commerciale de partenariat de long terme à laquelle le Groupe est attaché. La motivation de nos équipes, une forte présence commerciale sur le terrain et une compétence technique reconnue par les cédantes, les courtiers et les clients ont permis le respect des exigences de sélectivité et de rentabilité des souscriptions que le Groupe s’est imposées en 2003. Quant à la nouvelle équipe de direction, elle a comme mission principale le retour à la rentabilité du Groupe le plus vite possible.”

Calendrier de communication

Résultats 2002 et présentation de l’Embedded Value Vie : 1er avril 2003
Assemblée Générale : 15 mai 2003

Certaines informations contenues dans ce communiqué pouvant être des informations de nature prospective soumises à des facteurs de risques et d’incertitude, les résultats ou événements réels sont susceptibles de différer sensiblement des informations fournies. Des précisions sur ces facteurs de risque sont données dans le rapport annuel de la société.

Pierre Perrin-Monlouis
Pierre Perrin-Monlouis
Fondateur de Rente et Patrimoine (cabinet de gestion de patrimoine), Pierre Perrin-Monlouis est un analyste et trader pour compte propre. Il vous fait profiter de son expérience en trading grâce à ses analyses financières et décrypte pour vous les actualités des marchés. Son approche globale des marchés combine à la fois l'analyse technique et l'analyse fondamentale sur l'ensemble des marchés : crypto, forex, actions et matières premières.
ARTICLES SIMILAIRES