EduBourseActualitésGaz de France - Maintien à très bon niveau des résultats 2002...

Gaz de France – Maintien à très bon niveau des résultats 2002 dans un contexte de forte croissance des investissements

Le conseil d’administration de Gaz de France réuni, le 19 mars 2003, sous la présidence de Pierre Gadonneix, a arrêté les comptes consolidés de l’exercice 2002, marqués par :

– Un résultat net part du Groupe s’élevant à 838 millions d’euros, hors effet exceptionnel non récurrent de l’opération de rachat des réseaux de transport
Ce niveau est comparable à celui de l’exercice 2001 qui s’était élevé à 891 millions d’euros.
Les résultats nets atteints ces deux dernières années consolident ainsi un palier deux fois plus élevé qu’en 2000.
Le rachat des réseaux de transport s’est traduit par un profit comptable exceptionnel net de 2 774 millions d’euros, portant le résultat net publié du Groupe à 3 612 millions d’euros.

– Un cash flow dégagé (2 409 millions d’euros), en progression de plus de 8% par rapport à 2001
Cette croissance est portée par la consolidation des marges sur les activités traditionnelles du Groupe en France (Transport, Distribution, Négoce) et par l’augmentation de la contribution des filiales étrangères.

– Des investissements atteignant 3 655 millions d’euros, en forte croissance
Les investissements d’équipement représentent 1 623 millions d’euros (+ 292 millions d’euros par rapport à 2001).
Les investissements de développement s’élèvent à 1 923 millions d’euros (+ 1 546 millions d’euros par rapport à 2001).

– Une structure financière très solide
L’endettement net au 31 décembre 2002 s’élève à 4 359 millions d’euros (+ 980 millions par rapport au 31 décembre 2001),
Le ratio cash flow sur endettement net, de 55%, se maintient à un niveau élevé.
Le ratio d’endettement net sur capitaux propres s’améliore et s’établit à 46%.

En millions d’euros au 31.12.2002
———————————————
Chiffre d’affaires : 14 546
Excédent Brut d’Exploitation (EBE) : 3 292
Résultat d’exploitation : 1 551
Résultat net – part du Groupe
– avant opération de rachat des réseaux de transport : 838
Résultat net publié- part du Groupe
– après opération de rachat des réseaux de transport : 3 612
Capacité d’autofinancement (Cash flow) : 2 409
Investissements : 3 655
Endettement net : 4 359

En millions d’euros au 31.12.2001
———————————————
Chiffre d’affaires : 14 357
Excédent Brut d’Exploitation (EBE) : 2 851
Résultat d’exploitation : 1 637
Résultat net – part du Groupe
– avant opération de rachat des réseaux de transport : 891
Résultat net publié- part du Groupe
– après opération de rachat des réseaux de transport : 891
Capacité d’autofinancement (Cash flow) : 2 224
Investissements : 1 708
Endettement net : 3 379

DES RESULTATS – HORS EXCEPTIONNEL NON RECURRENT– DANS LA CONTINUITE DE L’EXERCICE PRECEDENT

Le chiffre d’affaires du Groupe s’élève à 14 546 millions d’euros, en croissance de 1,3% par rapport à l’exercice précédent. L’effet périmètre est de 2,4%.

Les ventes consolidées de gaz naturel, en croissance de 4% en volume, atteignent 54
milliards de m3.

En France :

La contribution des activités du Groupe en France au chiffre d’affaires consolidé s’élève à
11 868 millions d’euros (hors export), en baisse de 3,6% par rapport à 2001.

Cette diminution s’explique principalement par la baisse des volumes vendus (les ventes du gaz naturel en France se sont élevées à 42 milliards de m3), notamment à la clientèle domestique en raison d’un climat exceptionnellement doux en 2002 (corrigées de l’effet climatique, les ventes en France seraient en croissance de 2,4%).

Le Groupe est devenu en 2002 propriétaire des infrastructures de transport qu’il opérait précédemment dans le cadre d’un régime de concession, ce qui le place désormais dans une position comparable à celle des autres acteurs gaziers européens.

De nouveaux tarifs d’acheminement de gaz naturel, désormais construits sur un principe d’entrée/sortie par zone, ont été publiés fin 2002 ; l’effet de la distance réelle a été fortement atténué.
Au total, les quantités de gaz naturel transportées pour le compte de tiers ont atteint
1,7 milliard de m3 en 2002, soit environ 20% des volumes acheminés vers les clients éligibles.

Dans le domaine de la distribution, l’année 2002 aura été marquée par le lancement d’une nouvelle marque grand public, DolceVita, fédérant l’ensemble de l’offre produits-services sur le marché de l’habitat.
La croissance organique se poursuit, tant par l’extension de la desserte (8 500 communes aujourd’hui raccordées), que par la conquête de nouveaux clients (219 000 nouveaux clients chauffage) et le développement du Gaz Naturel Véhicules.

A l’étranger :

La contribution des activités étrangères (y compris export) au chiffre d’affaires consolidé du Groupe continue d’augmenter et représente 2 786 millions d’euros, soit plus de 19% du total à fin 2002 (contre 15% fin 2001), dont 18% en Europe.

Les volumes vendus aux clients éligibles en Europe, hors France, qui atteignent 3 milliards de m3, sont en forte progression, notamment au Royaume-Uni, en Belgique et en Italie. Le Groupe a par ailleurs élargi la gamme des offres dédiées aux grands clients industriels (Gaz de France energY) qui intègrent davantage de services et proposent des outils de management du risque prix. Au total, les volumes de gaz naturel vendus par la direction Négoce en Europe dépassent 14 milliards de m3.

Les activités d’exploration/production du Groupe ont poursuivi leur croissance en 2002 et ont contribué pour 413 millions d’euros au chiffre d’affaires consolidé. Avec l’acquisition des actifs allemands de Preussag Energie annoncée fin décembre 2002 (soumise à l’approbation des autorités compétentes), le Groupe disposera d’une capacité annuelle de production de 4,4 milliards de m3 et de réserves de gaz naturel évaluées à 80 milliards de m3.

Enfin, la participation dans SPP, société slovaque de transport et de distribution de gaz naturel, consolidée à compter du 1er juillet 2002, contribue à hauteur de 183 millions d’euros au chiffre d’affaires de l’année.

L’excédent brut d’exploitation (3 292 millions d’euros) augmente de 441 millions d’euros par rapport à l’exercice 2001.

Cette évolution très positive est portée par la forte contribution des activités cœur de métier du Groupe (Transport, Distribution, Négoce), notamment en France.
Ces activités, essentiellement régulées, contribuent pour plus de 90 % à l’excédent brut d’exploitation consolidé, dans un contexte de coûts d’approvisionnement contenus, jusqu’à la flambée des prix du pétrole en fin d’année.

La croissance de l’excédent brut d’exploitation est également soutenue par le développement des activités en Europe, hors France, dont la contribution évolue de 11% en 2001 à plus de 13% en 2002.

L’excédent brut d’exploitation généré par les activités de Services (Cofathec) en France est en progression, tandis que les activités italiennes, pour lesquelles des dépréciations de goodwill ont été comptabilisées sur l’exercice, sont en cours de redressement.

Le résultat d’exploitation du Groupe s’élève à 1 551 millions d’euros compte-tenu de la forte hausse des amortissements et des provisions (+ 544 millions d’euros).

L’augmentation de la valeur immobilisée des ouvrages de transport en juillet 2002 (à la suite de l’acquisition des réseaux de transport) a induit une augmentation des amortissements au deuxième semestre 2002 de 151 millions d’euros.

La hausse des provisions s’explique par l’augmentation mécanique des provisions pour renouvellement ainsi que par les provisions sur actifs des filiales de distribution au Mexique constituées au premier semestre 2002.

Le résultat financier est de – 22 millions d’euros au 31 décembre 2002 contre – 120 millions d’euros au 31 décembre 2001.

Cette amélioration, à hauteur de 98 millions d’euros, s’explique principalement par la réduction du coût de l’endettement en raison de la baisse des taux d’intérêt.

L’opération de rachat des réseaux de transport s’est traduite par un profit exceptionnel net d’impôt de 2 774 millions d’euros.

L’indemnité due par l’Etat à Gaz de France pour résiliation anticipée des contrats de concession (soit 4 933 millions d’euros) est à l’origine du profit exceptionnel constaté dans les comptes.

Cette indemnité est à mettre en regard du prix des actifs achetés, estimés à la valeur économique des ouvrages (soit 5 042 millions d’euros).

Au total, l’opération de rachat des réseaux de transport s’est traduite par un renforcement des capitaux propres du Groupe de 2 774 millions d’euros et une augmentation de la valeur des immobilisations de 3 190 millions d’euros.

DES FLUX FINANCIERS EN CROISSANCE SIGNIFICATIVE

Le cash flow, qui s’élève à 2 409 millions d’euros, est en progression de 185 millions d’euros par rapport à 2001.

Cette évolution s’explique principalement par la hausse de l’excédent brut d’exploitation et la baisse du coût de l’endettement.

La diminution conjoncturelle du besoin en fonds de roulement (-472 millions d’euros) provient principalement de la baisse des produits à recevoir, les quantités de gaz naturel livrées au cours du quatrième trimestre et non encore facturées le 31 décembre 2002 étant moins importantes qu’à la même période de 2001, du fait de conditions climatiques exceptionnellement douces.

Les investissements, qui atteignent 3 655 millions d’euros en 2002, contre 1 708 millions d’euros en 2001, augmentent de 1 947 millions d’euros.

Les investissements d’équipement s’élèvent à 1 623 millions d’euros, reflet d’une politique ambitieuse de renouvellement et d’extension des réseaux de transport et de distribution en France, ainsi que du développement organique des filiales étrangères notamment en Europe.

L’opération d’acquisition des réseaux de transport s’est traduite par le versement à l’Etat concédant de 109 millions d’euros, différence entre le prix d’achat et l’indemnité due.

Dans le cadre de l’accélération de la politique de croissance externe, les investissements correspondants ont atteint 1 923 millions d’euros en 2002, du fait, principalement, de l’acquisition d’une participation de 24,5% dans SPP, société slovaque de transport et de distribution de gaz naturel pour 1,4 milliard d’euros.

Le financement de ces investissements a été assuré pour l’essentiel par le cash flow et par un accroissement mesuré de l’endettement net du Groupe.

UNE STRUCTURE DE BILAN SOLIDE

Les capitaux propres (y compris intérêts minoritaires et avant affectation du résultat) s’élèvent à 9 505 millions d’euros au 31 décembre 2002, contre 6 262 millions d’euros au 31 décembre 2001, soit une progression notable de 3 243 millions d’euros.

L’endettement net atteint 4 359 millions d’euros au 31 décembre 2002, en progression de 980 millions d’euros par rapport au 31 décembre 2001.

Les ratios d’endettement net se maintiennent à des niveaux très satisfaisants qui reflètent la solidité du bilan et des résultats de l’entreprise.

Le Groupe a consolidé en août 2002 ses modes de financement court terme par la signature d’un crédit syndiqué de 2 milliards d’euros, sur cinq ans.
Le recours au marché obligataire a été préparé courant 2002 par la mise en place d’un programme EMTN (octobre 2002), suivie en janvier 2003 du lancement d’une émission obligataire de 2 milliards d’euros. Cette opération, réalisée dans un contexte de marché particulièrement volatil, a remporté un succès marqué auprès des investisseurs européens, et permet au Groupe de rééquilibrer la part à long terme de son endettement.

PERSPECTIVES

Pour conforter une place de leader européen, le Groupe compte poursuivre un développement générateur de cash flow libre pour l’entreprise, selon un modèle économique privilégiant l’intégration de ses métiers sur la chaîne de valeur du gaz naturel et la croissance en Europe. A ce titre, Gaz de France a annoncé fin 2002 le rachat des activités allemandes de Preussag Energie pour un montant de près d’1 milliard d’euros.

Le Groupe Gaz de France entend également maintenir une politique ambitieuse pour le développement et la rénovation de ses réseaux dans le cadre du service public, contribuant au développement organique de ses métiers traditionnels en France.

Pour être durables et rentables, ces axes de développement s’inscrivent dans une politique financière prudente, garante du maintien de la solidité financière de l’entreprise.

Contact Presse :
Gaz de France :
Marie-Sylvie de Longuerue Phone : (33) 01 47 54 24 35 Fax : (33) 01 47 54 74 42

Pierre Perrin-Monlouis
Pierre Perrin-Monlouis
Fondateur de Rente et Patrimoine (cabinet de gestion de patrimoine), Pierre Perrin-Monlouis est un analyste et trader pour compte propre. Il vous fait profiter de son expérience en trading grâce à ses analyses financières et décrypte pour vous les actualités des marchés. Son approche globale des marchés combine à la fois l'analyse technique et l'analyse fondamentale sur l'ensemble des marchés : crypto, forex, actions et matières premières.
ARTICLES SIMILAIRES