EduBourseActualitésSNCF - Présentation des comptes 2002

SNCF – Présentation des comptes 2002

Face à une conjoncture moins dynamique que prévu, le Groupe SNCF a su réagir :

– Amélioration sensible du résultat courant consolidé, qui reste négatif

– Résultat net, part du groupe, positif

Le Conseil d’Administration de la SNCF, réuni ce mercredi 19 mars 2003, a arrêté les comptes de l’exercice 2002.

Après un premier semestre qui a vu ses résultats se dégrader fortement par rapport au Budget sous l’effet d’une conjoncture beaucoup moins dynamique que prévu, le second semestre a été pratiquement conforme au budget en raison d’une forte réaction de l’entreprise pour maîtriser ses coûts et relancer son activité commerciale.

FAITS SAILLANTS

– La progression du chiffre d’affaires consolidé reste significative (+ 3,1 % à périmètre comparable) alors que la faible croissance économique a pénalisé l’ensemble des entreprises.

– Le résultat courant consolidé progresse de 173 M€ , même s’il reste négatif à – 137M€ ;
le résultat courant de l’Etablissement Public se situe à – 183 M€, certes sensiblement en deçà du budget mais en progrès par rapport aux – 245 M€ prévus en octobre, ce qui traduit un effort considérable au second semestre.

– Les résultats nets consolidé et de l’Etablissement Public sont positifs.
– Le programme d’investissements a été maintenu pour l’essentiel, l’endettement net se réduit.

RESULTATS CONSOLIDES

Le chiffre d’affaires consolidé progresse de 10,2 % à 22 176 M€ (+ 3,1 % à périmètre comparable). Celui-ci intègre pour la première année, la contribution de Kéolis au sein de la branche « voyageurs » qui a représenté 49 % du chiffre d’affaires du groupe en 2002.

La branche « voyageurs » voit ainsi son chiffre d’affaires progresser de 27 % à 10 864 M€ (+ 9,3 % à périmètre comparable). La branche enregistre pour la première fois, l’effet des conventions des services régionaux de voyageurs dans un cadre contractuel bien défini.

La branche « marchandises », fortement marquée par les effets de la conjoncture économique et les difficultés d’acheminement du ferroviaire vers la Grande Bretagne et l’Italie, connaît une baisse de son chiffre d’affaires de 4 % à 6 345 M€. Les trafics ferroviaires ont été pratiquement stables. La baisse du chiffre d’affaires est liée à la politique de redressement financier de Géodis qui a choisi de fermer des filiales fortement déficitaires et à celle du Sernam qui a poursuivi une politique commerciale sélective.

Enfin, le chiffre d’affaires de la branche « infrastructure » est en légère croissance (+ 0,4 %) à 4 967 M€.

L’excédent brut d’exploitation consolidé est en forte progression de 248 M€ à 1 403 M€ (hausse de 157 M€ à périmètre identique) et s’améliore de manière très sensible par rapport au premier semestre. L’excédent brut d’exploitation du deuxième semestre 2002 progresse de 317 M€ par rapport au premier semestre 2002, et de 280 M€ par rapport au second semestre 2001. Toutes les composantes de la branche « voyageurs » améliorent sensiblement leurs résultats opérationnels, avec des proportions fortes pour la maison mère, Kéolis et Seafrance, ainsi que dans la branche « infrastructure » pour Télécom Développement.

Le résultat courant consolidé progresse de 173 M€ (146 M€ à périmètre comparable) mais reste négatif à – 137 M€.

Le résultat net part du groupe est positif à 63 M€ contre une perte de 140 M€ en 2001.

Les investissements bruts de l’exercice se sont élevés à 2 144 M€ contre 1 876 M€ en 2001 soit une progression de 14 %.

L’endettement net total du groupe a été réduit de 8 719 M€ fin 2001 à 8 234 M€ au 31 décembre 2002. Les actions menées sur la réduction du besoin en fond de roulement ainsi que les cessions d’actifs ont largement contribué à cette baisse.

RESULTATS DE L’ETABLISSEMENT PUBLIC SNCF

Le chiffre d’affaires de la maison mère – l’établissement public SNCF – est en croissance de 3,9 % à 14,8 milliards d’euros. Les activités voyageurs progressent de 4,8 % avec des trafics en hausse de 2,9 %.

L’activité Fret connaît une quasi stabilité de son chiffre d’affaires et de ses trafics, malgré les difficultés de circulation aux frontières et en particulier dans le tunnel sous la Manche.

Enfin, l’activité « Infrastructure » voit son chiffre d’affaires croître de 1 %.

L’excédent brut d’exploitation est en progression à 713 M€ contre 664 M€ en 2001. Le deuxième semestre a dégagé un excédent brut d’exploitation de 463 M€ qui marque une hausse sensible de 141 M€ par rapport au deuxième semestre de 2001 et de 213 M€ par rapport au premier semestre de l’année. Ceci traduit la forte mobilisation de l’entreprise pour contenir ses coûts et relancer son action commerciale.

Le résultat courant de l’année reste cependant négatif à – 183 M€ sensiblement en deçà du Budget (- 70 M€) et à un niveau proche de celui de 2001 (- 176 M€).

Le résultat net de la maison mère est positif à hauteur de 19 M€ en 2002 contre une perte de – 134 M€ en 2001. Comme en 2001, la société a bénéficié des plus-values liées aux cessions immobilières réalisées en 2002.

L’endettement net de la maison mère au 31 décembre 2002 est en réduction à 7 100 M€ contre 7 317 M€ au 31 décembre 2001.

***

L’année 2002 a montré que l’entreprise avait su réagir à une conjonction de facteurs défavorables pesant sur son environnement et redresser ses résultats opérationnels sur le second semestre.

L’année 2003, première année du Projet Industriel 2003-2005, doit permettre de poursuivre l’amélioration des comptes des différentes branches de l’entreprise. Comme cela a été annoncé dans le cadre du Projet Industriel, l’abaissement du point mort et le redressement des résultats du Fret et du Corail constituent des priorités pour l’entreprise. Les investissements de développement et de modernisation doivent se poursuivre à un rythme élevé, rendu possible par le respect d’un endettement contenu.

Pierre Perrin-Monlouis
Pierre Perrin-Monlouis
Fondateur de Rente et Patrimoine (cabinet de gestion de patrimoine), Pierre Perrin-Monlouis est un analyste et trader pour compte propre. Il vous fait profiter de son expérience en trading grâce à ses analyses financières et décrypte pour vous les actualités des marchés. Son approche globale des marchés combine à la fois l'analyse technique et l'analyse fondamentale sur l'ensemble des marchés : crypto, forex, actions et matières premières.
ARTICLES SIMILAIRES