EduBourseActualitésA Novo - Résultat 1er semestre 2001/2002

A Novo – Résultat 1er semestre 2001/2002

(1er octobre 2001 au 31 mars 2002)

I – RESULTATS CONSOLIDES

Paris, mardi 2 juillet 2002. Le Conseil de Surveillance présidé par Daniel Auzan a pris connaissance des résultats semestriels présentés par Henri Triebel, Président du Directoire.

Conformément au communiqué du 15 mai 2002, le chiffre d’affaires du premier semestre de l’exercice 2001/2002 s’établit à 258,8 M€.

L’EBITDA ressort à 9,6 % du chiffre d’affaires, soit un EBITDA de 25,0 M€, à comparer à 8,2 % et 14,1 M€ pour la période comparable 2000/2001.

L’EBIT avant frais de sièges s’établit à 8,7 % , soit 22,5 M€, à comparer à 9,4 % et 16,3 M€ au 31 mars 2001.

L’EBIT après frais de sièges est de 6,6 % , soit 17,0 M€, à comparer à 6,7 % et 11, 6 M€ au 31 mars 2001.

Le résultat courant des sociétés intégrées après imputation du résultat financier s’établit à 12,9 M€, il était de 9,4 M€ au premier semestre 2000/2001.

Le résultat net est affecté des charges suivantes :
· 6,5 M€ de charges exceptionnelles nettes et 3 M€ de dotations aux provisions exceptionnelles nettes qui reflètent des coûts de fermetures de sites et d’activités pour 5 M€ et de restructuration pour 3,5 M€. Ces charges exceptionnelles concernent essentiellement l’Amérique du Nord et l’Italie.

· La dotation aux amortissements des écarts d’acquisition de 5,7 M€ qui comprend des dépréciations accélérées de survaleurs à hauteur de 1,3 M€.

· 5,5 M€ d’impôt sur les sociétés profitables du groupe.

Le résultat net consolidé du groupe ressort à (7,4 M€).

Bien que la base installée ait progressé conformément à l’assiette de calcul des prévisions budgétaires, ces résultats ne sont pas conformes aux objectifs que s’était assignés le groupe et s’expliquent par 4 raisons majeures :

1. Les performances d’exploitation négatives d’un petit nombre de filiales internationales n’ayant pas encore atteint la taille critique ou n’étant pas encore structurées selon les standards du business model du groupe.

2. Les difficultés rencontrées par certains opérateurs vidéocommunication et télécommunication, qui ont d’une part minoré les flux traités par certaines usines du groupe, et ont d’autre part conduit à provisionner des créances clients.

3. Les performances négatives d’un petit nombre de sociétés qui ne rentrent pas dans le cœur de métier du groupe et pour lesquelles un plan d’arbitrage est en cours (cession ou fermeture).

4. Le renforcement de l’équipe de direction, qui a été fortement étoffée, tant à la tête des business divisions qu’à la direction financière, au siège du groupe et dans les holdings régionales, avec une priorité donnée au contrôle de gestion et à l’intégration de toutes les filiales dans le business model du groupe.

II – PRESENTATION DES RESULTATS PAR DIVISIONS

Le groupe A Novo est aujourd’hui structuré en 5 divisions opérationnelles.

· Vidéocommunication
Le chiffre d’affaires s’établit à 53,1 M€ avec 14,0 % d’ EBIT avant frais de sièges, soit 7,4 M€.
Bien qu’élevé dans l’absolu, ce taux n’est pas conforme aux standards du groupe pour les raisons suivantes :
– Une exploitation toujours déficitaire au premier semestre en Amérique du Nord. En janvier, A Novo Broadband a procédé à l’arrêt de son activité de négoce ainsi qu’à la cession de sa filiale canadienne fortement déficitaire. A Novo Broadband se concentre aujourd’hui sur son métier de base : la maintenance de décodeurs et modems câbles.
– Une défaillance client au Royaume Uni conduisant à une provision de 609 K€

· Télécommunications Grand Public
Le chiffre d’affaires s’établit à 121,4 M€ avec 8,4 % d’ EBIT avant frais de sièges, soit 10,1 M€.
La baisse du taux d’EBIT en regard des objectifs que s’était assignés le groupe s’explique par :

– Les performances décevantes de la péninsule ibérique, 2,3 % de taux d’EBIT avant frais de sièges, liées pour la première fois à des pertes de l’activité distribution de téléphone ainsi qu’à une mauvaise adéquation des flux de produits à traiter avec les plates-formes de proximité existantes. Cette mauvaise adéquation n’a pas permis de gérer de manière satisfaisante en Espagne le recul de Vodafone et la forte croissance de Telefonica, tous deux clients du groupe.

– Les mauvaises performances constatées en Amérique latine, (3,7 %) de taux d’EBIT avant frais de sièges, du fait du contexte macro économique local.

– Enfin, en Grande Bretagne, 7,7 % de taux d’EBIT avant frais de sièges, le démarrage de la start up Digicom Ltd pèse sur les résultats du semestre

Le taux de rentabilité de cette division est affecté par le niveau plus faible de marge correspondant aux activités de production de Comlink intégrées depuis janvier 2002. Sur le trimestre de janvier à mars 2002, Comlink a réalisé un chiffre d’affaires de 18,2 M€.

Hors activités de production et de distribution espagnoles, la rentabilité de cette division ressortirait à 10,4 %

· Télécommunications Professionnelles
Le chiffre d’affaires s’établit à 18,1 M€ avec 6,1 % d’ EBIT avant frais de sièges , soit1,1 M€.
La rentabilité de cette division est principalement affectée par les mauvaises performances de l’activité maintenance sur site. Le Président du Directoire a présenté au Conseil de Surveillance le plan de restructuration de la filiale concernée.
Hors activité de maintenance sur site, l’EBIT avant frais de sièges de cette division s’établirait à 10,0 %.

· Technologies de l’information
Le chiffre d’affaires de cette division s’établit à 29,1 M€ avec 0,5% d’EBIT avant frais de sièges , soit 0,2 M€.
Malgré de bonnes performances en Grande Bretagne et en Scandinavie (à l’exception de la Finlande), la profitabilité de cette division a souffert de la dégradation des résultats de l’activité de production de moniteurs en Italie.

Hors activités de production, le taux d’EBIT aurait été de 5,3 %.
· Monétique
Le chiffre d’affaires global de la division monétique s’établit à 37,1 M€ avec un taux d’EBIT avant frais de sièges de 9.9%, soit 3,7 M€. Ce taux élevé reflète la forte croissance enregistrée au cours du dernier trimestre 2001 avec la mise en place de l’euro.
Le périmètre des activités monétiques regroupe d’une part les activités distribution et maintenance EFTPS (Electronic Fund Transfer Point of Sales) et maintenance EPOS (Electronic Point of Sales). Ces activités sont localisées en France sous l’entité Carte & Services. Le groupe est également présent en monétique en Grande Bretagne à travers AT COM pour les activités réparation ATM (Automatic Teller Machine) et DAB/GAB.

Le périmètre monétique français, représenté par la société Carte & Services, fait l’objet d’un processus d’audit permettant d’aboutir prochainement à sa cession aux fonds gérés par ABN AMRO Capital France (cf. communiqué du 30 mai 2002).

III – LES GRANDS CHANTIERS DU GROUPE

En regard de ces résultats, le Conseil de Surveillance a pris connaissance des grands chantiers structurants engagés par le Directoire.
Ces grands chantiers s’organisent selon 2 axes distincts :
– D’une part des chantiers de restructuration de certaines sociétés acquises appartenant au cœur de métier l’objectif étant de retrouver rapidement dans les filiales concernées les standards de rentabilité du groupe ;
– D’autre part les activités non stratégiques ayant vocation à être externalisées voire arrêtées.

1. Les chantiers de restructuration

Quatre grands chantiers sont engagés par le Directoire :
– La restructuration et mise en adéquation des plate formes ibériques avec les nouvelles donnes régionales du marché. Ce chantier se traduit par des regroupements de sites et par une concentration des volumes sur la plate forme pilote de Malaga (Comlink). Ce chantier est associé à une remise en ordre de marche des activités au Portugal, avec une nouvelle organisation commerciale et managériale.

Les activités déficitaires de la région devraient pouvoir retrouver l’équilibre au printemps 2003.

– Le chantier finlandais, qui reste le maillon faible de la Scandinavie, l’objectif étant l’atteinte de l’équilibre de cette filiale pour l’automne, un nouveau management ayant été mis en place.

– Le chantier Amérique du Nord devrait permettre de constater les résultats escomptés du vaste plan de restructuration opéré au premier semestre, l’objectif étant l’atteinte d’un EBIT positif au cours de l’été 2002.

– Le chantier Amérique du Sud, dont le processus de restructuration a déjà été engagé avec le regroupement de deux plates-formes au Chili. Par ailleurs, le groupe s’attache maintenant à résorber les principaux foyers de pertes liés à la création de nouvelles sociétés dans les différents pays d’Amérique Latine. Les entités existantes seront restructurées pour atteindre le point mort ou fermées dans les pays présentant des perspectives trop incertaines.

Le retour à l’équilibre des sociétés aujourd’hui déficitaires aurait permis, à périmètre comparable, d’atteindre un taux d’EBIT avant frais de sièges groupe de 10,1 %.

2. Les chantiers externalisation / fermeture d’activités
Le Directoire a présenté le principe d’externalisation de filiales non essentielles au développement du groupe ou d’arrêt de certaines activités déficitaires. Le groupe ne communiquera aucune information complémentaire dans le respect des règles d’usage et afin de permettre le bon déroulement des opérations prévues.

IV – STRUCTURE FINANCIERE
Le Président du Directoire a par ailleurs présenté au Conseil de Surveillance le compte de bilan et le tableau de financement qui appellent les commentaires suivants :

· Malgré l’intégration de Comlink, le BFR s’améliore en pourcentage du chiffre d’affaires :

8,4 % à comparer à 10,4 % à fin septembre 2000.

· La dette financière nette du groupe progresse de 24,7 M€ de fin septembre 2001 à mars 2002 et s’établit à 193,1M€. Cette progression finance des investissements industriels corporels à hauteur de 11,5 M€ et des investissements incorporels à hauteur de 2,6 M€ notamment en Grande Bretagne et aux Etats-Unis. Ces investissements correspondent à une mise en adéquation de l’outil de production existant pour anticiper les besoins clients. Le rachat d’intérêts minoritaires de sociétés déjà acquises représente 16,5 M€ sur le semestre. Enfin, 4,5 M€ ont servi à refinancer l’activité contractuelle monétique.

V – PERSPECTIVES
Après une phase de croissance forte et pertinente qui a permis d’anticiper la consolidation des marchés et des acteurs, A Novo s’est résolument engagé dans une phase de structuration des activités porteuses, de restructuration volontariste des activités déficitaires et d’arbitrage des sociétés n’appartenant pas au cœur de métier. Au cours du semestre écoulé, le groupe s’est doté d’une organisation renforcée permettant d’épauler et de contrôler des sociétés dont les performances reposent avant tout sur les compétences locales des hommes et sur leur capital expertise.

L’impact des chantiers de restructuration devrait produire des effets positifs dès l’été, toutefois le niveau de résultat opérationnel restera affecté sur l’ensemble de l’exercice avec un effet additionnel plus limité sur le résultat exceptionnel du second semestre.
Du fait de la cession de Carte & Services et des opérations en cours, l’exercice clos au 30 septembre 2002 permettra de constater le désendettement du groupe.

Codes : Euroclear : 7249 (actions), 18117 (obligations OCEANE)
BLOOMBERG : NOVO FP REUTERS : ANOV.LN
A NOVO est coté en continu à Euronext Paris
A NOVO est éligible au SRD et fait partie des indices IT CAC 50 & SBF 250
A NOVO fait partie du segment NextEconomy d’Euronext
Nomenclature FTSE : 581 Business Support Services

(en K Euros) 03/2002 09/2001 09/2000
BILAN CONSOLIDE Actif 6 mois 12 mois 12 mois
Capital souscrit non appelé 2 51
Ecart d’acquisition 158 103 153 375 76 941
Immobilisations incorporelles 48 159 46 254 30 722
Immobilisations corporelles 72 323 54 250 31 579
Immobilisations financières 10 010 4 971 4 391
Titres mis en équivalence 560 5 557
Actif immobilisé 289 157 264 458 143 633
Stocks 50 522 37 137 21 798
Avances et acomptes versés 4 020 2 609 291
Clients et comptes rattachés 146 466 113 226 65 221
Impôt différé 3 173 3 397 3 043
Autres créances 16 298 15 428 10 807
Valeurs mobilières de placement 4 149 7 691 30 932
Disponibilités 14 971 17 266 12 715
Actif circulant 239 599 196 754 144 807
Charges à répartir 4 427 3 724 996
Total de l’actif 533 183 464 936 289 436
(en K Euros) 03/2002 09/2001 09/2000
BILAN CONSOLIDE Passif 6 mois 12 mois 12 mois
Capital 67 454 67 283 67 283
Prime d’émission 35 940 35 796 35 796
Réserves 19 722 7 838 6 274
Ecart de conversion (883) (1 746) 1 004
Résultat consolidé de l’exercice (7 711) 10 110 9 748
Capitaux propres groupe 114 522 119 281 120 105
Intérêts hors groupe 14 625 7 977 6 558
Résultat hors groupe 333 (114) 458
Intérêts minoritaires 14 958 7 863 7 016
Provisions pour risques 4 744 3 977 9 155
Provisions pour charges 4 841 3 261 1 334
Ecart d’acquisition passif 381
Provisions pour impôts 137 70 961
Provision pour risques et charges 10 103 7 308 11 451
Dettes bancaires à long terme 11 669 9 031 9 658
Autres dettes financières à long terme 127 187 121 704 51 041
Dettes financières à long terme 138 856 130 735 60 699
Avances et acomptes reçus 2 569 2 566 1 201
Dettes d’exploitation 149 551 114 010 58 765
Produits constatés d’avance 13 391 13 739 10 746
Autres dettes 15 917 6 836 4 301
Dettes financières à court terme (*) 73 316 62 598 15 153
Total du passif 533 183 464 936 289 436

(en K Euros) 03/2002 09/2001 03/2001 09/2000
COMPTE DE RESULTAT CONSOLIDE 6 mois 12 mois 6 mois 12 mois
Chiffre d’affaires 258 838 370 103 172 670 188 045
Production stockée (1 760) 738 400 895
Production immobilisée 966 105 319 1 082
Subvention d’exploitation 63 107 24 199
Reprise de provision 4 562 11 997 3 767 4 101
Transfert de charge 2 243 6 175 2 267 1 432
Autres produits 1 489 6 205 1 041 500
Coût des ventes (97 605) (137 780) (59 632) (63 672)
Autres achats et charges externes (57 333) (88 706) (42 790) (43 592)
Impôts et taxes (1 883) (3 875) (1 726) (2 182)
Charges de personnel (79 141) (118 625) (57 229) (65 342)
(dont participation des salariés) (842) (1 305) (630) (1 149)
Dot.aux amortissements sur immobilisation (8 843) (10 449) (4 076) (4 153)
Dot.provisions / actif circulant et pour risque d’exploitation (3 658) (4 768) (2 251) (2 968)
Autres charges (900) (2 194) (1 237) (831)
Résultat d’exploitation 17 038 29 033 11 547 13 514
Produits financiers 1 939 2 705 1 032 1 004
Reprise de provisions financières 92 114 13 117
Charges financières (6 148) (7 664) (3 065) (1 685)
Dotation de provisions financières (54) (567) (98)
Résultat financier (4 171) (5 412) (2 118) (564)
Résultat courant des sociétés intégrées 12 867 23 621 9 429 12 950
Produits exceptionnels 770 1 529 1 022 432
Reprise de provisions exceptionnelles 1 593 4 163 4 152 1 210
Charges exceptionnelles (7 231) (6 023) (2 777) (1 315)
Dotation de provisions exceptionnelles (4 593) (3 468) (1 590) (109)
Résultat exceptionnel (9 461) (3 799) 806 218
Impôts sur les résultats (5 541) (4 097) (1 817) (530)
Résultat net des sociétés intégrées (2 135) 15 725 8 418 12 638
Résultat des sociétés mises en équivalence 457 1 384 958
Amortissements écart d’acquisition (5 700) (7 113) (3 065) (2 431)
Résultat net de l’ensemble consolidé (7 378) 9 996 6 311 10 206
Parts des minoritaires 333 (114) 205 458
Résultat net – Part du groupe (7 711) 10 110 6 106 9 748

Tableau de trésorerie consolidé
(en K Euros) 03/2002 09/2001 09/2000
Capacité d’autofinancement 8 736 16 599 16 722
(Aug) dim des stocks et en-cours (3 039) (12 858) (4 317)
(Aug) dim des créances (18 384) (16 322) (21 747)
Aug (dim) des dettes d’exploitation 25 386 28 910 13 218
Variation du Besoin en fonds de roulement 3 963 (270) (12 846)
Flux de trésorerie d’exploitation 12 699 16 329 3 877
(Aug) dim nette des titres consolidés (9 250) (96 766) (99 412)
(Aug) dim des immobilisations incorporelles (2 648) (17 098) (1 817)
(Aug) dim des immobilisations corporelles (17 038) (22 005) (15 401)
(Aug) dim des immobilisations financières (4 893) (2 375) (2 359)
(Aug) dim des charges à répartir (903) (3 511) (980)
Produits des cessions d’immobilisations 283 (327)
Flux de trésorerie affectés aux investissements (34 449) (141 755) (120 295)
Opération d’augmentation de capital 363 82 880
Aug (dim) des dettes bancaires et financières 12 769 94 521 55 384
Dividendes versés aux actionnaires (2 659) (1 638)
Flux de trésorerie affectés aux financements 13 132 91 862 136 626
Variation taux de change & principes comptables (94) 962
Flux de trésorerie (8 712) (32 602) 20 207
Dont part provenant des sociétés acquises 5 352 (11 527) 3 500
Trésorerie de clôture (4 694) 4 018 36 620
Trésorerie d’ouverture 4 018 36 620 16 413
Flux de trésorerie (8 712) (32 602) 20 207
Des états financiers consolidés comprenant les notes significatives de l’annexe feront l’objet d’une
prochaine publication au BALO .

Pierre Perrin-Monlouis
Pierre Perrin-Monlouis
Fondateur de Rente et Patrimoine (cabinet de gestion de patrimoine), Pierre Perrin-Monlouis est un analyste et trader pour compte propre. Il vous fait profiter de son expérience en trading grâce à ses analyses financières et décrypte pour vous les actualités des marchés. Son approche globale des marchés combine à la fois l'analyse technique et l'analyse fondamentale sur l'ensemble des marchés : crypto, forex, actions et matières premières.
ARTICLES SIMILAIRES