EduBourseActualitésAltadis en croissance L'EBE du premier trimestre est en hausse de 6,4%...

Altadis en croissance L’EBE du premier trimestre est en hausse de 6,4% Le bénéfice par action progresse de 9,8%

La Commission exécutive du Groupe Altadis réunie le mardi 13 mai a examiné les résultats du Groupe pour le premier trimestre 2003.

RESULTATS FINANCIERS

Après trois années de croissance, en ce début d’exercice 2003 tous les indicateurs clés d’Altadis sont orientés à la hausse, malgré une conjoncture mondiale et un secteur d’activité perturbés.
Au cours du premier trimestre de l’exercice, le chiffre d’affaires économique et l’EBE d’Altadis ont progressé chacun de 6,4 %, le résultat d’exploitation de 10,0 %, le résultat net de 7,1 % et le bénéfice par action de 9,8 %.

Le chiffre d’affaires économique total pour le trimestre a été porté à 751 millions d’euros contre 706 millions d’euros pour la période correspondante de l’exercice 2002. Les ventes du Groupe sont, dans une certaine mesure, sensibles à l’évolution du dollar, puisque à taux de change constant, la croissance aurait été de 11,3 %.

Le chiffre d’affaires économique de la branche Cigarettes ressort à 407 millions d’euros, soit une forte hausse de 8,6 %.

Le chiffre d’affaires économique de la branche Cigares a gagné 9,8 % hors effet de change du dollar. Une grande proportion des ventes de cigares étant libellées en dollars, l’impact est sensible sur les chiffres en euros : ainsi le chiffre d’affaires en euros recule de 5,9 % à 163 millions d’euros.

La branche Distribution enregistre une forte croissance (+23,4 %) de son chiffre d’affaires économique qui ressort à 193 millions d’euros, grâce à l’effet conjugué de la croissance interne et externe, et notamment du rachat du groupe Burgal, consolidé depuis le 1er mars 2002.

Avec un EBE de 224 millions d’euros (contre 210 millions d’euros au premier trimestre 2002), Altadis a maintenu une marge d’EBE de 30 % au cours du trimestre.

L’EBE de la branche Cigarettes a enregistré une très forte progression de +19,4 %, chiffre que la reconstitution des stocks a amplifié et qui est supérieur à la moyenne anticipée pour l’exercice. La branche Cigares a mis l’accent sur l’optimisation des coûts, ce qui a permis une croissance de 29,2 % de son EBE hors effet dollar et de 3,4 % en euros. L’EBE de la branche Distribution a augmenté de 7,3 %, grâce notamment à l’acquisition de Burgal. Les restructurations achevées en 2002 et les synergies dégagées continuent d’avoir un effet positif sur les résultats d’Altadis : les bénéfices supplémentaires pour la totalité de l’exercice 2003 seront supérieurs à 40 millions d’euros.

En hausse par rapport à l’exercice précédent, les frais financiers ressortent à 14,5 millions d’euros contre 5,9 millions en 2002. Cette augmentation s’explique par des pertes de change sur les éléments du bilan exprimés en dollars. La charge d’intérêt reflète un endettement net de 1 109 millions d’euros au 31 mars 2003 (contre 1 086 millions d’euros au 31 décembre 2002), et des taux d’intérêt plus faibles. L’amortissement des écarts d’acquisition est similaire à celui de l’exercice précédent, en raison des effets contraires des acquisitions d’une part (Burgal, actions Seita) et de l’impact du dollar d’autre part.

À 6 millions d’euros, contre 2 millions en 2002, le résultat des sociétés mises en équivalence montre une forte amélioration, conséquence des performances des deux principales sociétés concernées, Iberia et Aldeasa. Le résultat exceptionnel se limite à –4,1 millions d’euros, un chiffre comparable à celui du premier trimestre 2002.

L’impôt sur les sociétés s’élève à 50,6 millions d’euros, contre 43,5 millions d’euros en 2002. Comme prévu, le taux d’imposition effectif pour 2003 a augmenté, à 29,9 %, le Groupe ayant bénéficié d’avantages fiscaux particulierss en 2002. Les intérêts minoritaires, qui concernent essentiellement Logista depuis le rachat de ceux de la Seita en janvier dernier, se montent à –8,4 millions d’euros.

Le résultat net du premier trimestre 2003 atteint 94 millions d’euros, en hausse de 7,1 %.

Dans le cadre de son programme de rachat de 5 % de ses propres actions de juin à juin, Altadis a régulièrement racheté des actions au cours de l’exercice. Fin mars, l’autocontrôle s’élevait à 4,1 %.

Ainsi, le bénéfice par action, calculé à partir du nombre moyen d’actions en circulation, enregistre une hausse de 9,8 %.

Le Conseil d’administration proposera à l’Assemblée générale des actionnaires du 10 juin 2003 la distribution d’un dividende de 70 centimes d’euros, un acompte de 31 centimes ayant été versé le 24 mars 2003, le versement du solde, soit 39 centimes, devant intervenir le 23 juin 2003.

RAPPORT D’ACTIVITE

Cigarettes : les ventes de cigarettes blondes ont progressé de 13,7 %

La branche Cigarettes, qui représente 54 % des ventes du Groupe, a enregistré une croissance globale de son chiffre d’affaires économique de 8,6 %. Les ventes de cigarettes blondes (64 % des ventes totales de cigarettes) ont enregistré de très bons résultats avec une progression de 13,7 %, essentiellement due aux ventes à l’international. Les ventes de cigarettes brunes ont montré une forte réaction initiale aux augmentations de prix en début d’année. Ces augmentations ont compensé la majeure partie de la baisse des volumes, les ventes en valeur reculant de 2,6 % seulement.

La performance des cigarettes blondes à l’international se révèle exceptionnelle au premier trimestre, avec une très forte augmentation des ventes (+ 72 %), portée de 30 à 52 millions d’euros. Bien qu’aidée par une faible base de comparaison, cette évolution correspond néanmoins à de réelles performances positives, particulièrement au Moyen-Orient.

En Espagne, les ventes de cigarettes blondes ont augmenté de 14 % à 103 millions d’euros, résultat de ventes presque stables sur le marché, conjuguées à la reconstitution des stocks dans la branche Distribution. Le marché total est stable, ce qui traduit une augmentation de 4,2 % pour le segment des cigarettes blondes, tandis qu’Altadis, toujours en proie à une forte concurrence, a vu sa part de marché s’établir à 28,6 % du segment des blondes.

En France, suite à une hausse moyenne de 9 % du prix de vente des cigarettes blondes le 6 janvier dernier, les volumes ont accusé une réaction plus forte que prévu avec un repli de 8 %. Altadis a toutefois constaté une progression de 3,8 % de ses ventes en valeur, à 62 millions d’euros, du fait des augmentations de prix et de l’amélioration de sa part de marché qui a gagné 1,5 point pour s’établir à 18,5 % . News a connu un succès certain ce trimestre, avec une part de marché atteignant 4,8 %, en progression de 1,9 point.

Contrairement à l’année dernière, le marché a également fortement réagi en Allemagne, où les prix ont progressé au même rythme qu’en 2002 (c’est-à-dire d’un centime par cigarette au 1er janvier en raison d’une modification de la fiscalité). Le recul a été de 7 %. Gauloises Blondes a malgré tout augmenté sa part de marché qui s’établit désormais à 5,0 %. Les ventes d’Altadis ressortent donc en baisse de seulement 3,5 %, à 30 millions d’euros.

Le premier trimestre a été excellent pour Gauloises Blondes, la marque phare, puisque les ventes ont progressé de 10,9 % à 85 millions d’euros, amplifiant ainsi les précédentes évolutions. Les ventes de la marque à l’international ont augmenté de 21,8 % à 57,4 millions d’euros. La part de marché s’est améliorée en Autriche à 7,8 %, ainsi qu’au Bénélux. Gauloises Blondes est également l’une des marques à l’origine des bonnes performances du Groupe au Moyen-Orient. Parallèlement, l’activité d’Altadis en Corée, qui était loin d’atteindre ses objectifs, a été interrompue.

L’exercice 2002 a marqué une nouvelle étape dans l’internationalisation de Fortuna, avec le lancement de la marque en Italie. Au premier trimestre de l’exercice 2003, sa part de marché dans ce pays est de 1,4 %. En France, où la marque progresse de façon significative depuis quelques années, sa part de marché est de 1,7 %, légèrement supérieure à celle de l’année dernière. En Espagne, les actions marketing (lancement d’un nouveau paquet et d’une nouvelle campagne publicitaire) se poursuivent dans l’objectif de maintenir la part de marché de la marque.

Altadis a, une fois encore, procédé à des forts relèvements de prix sur le segment des cigarettes brunes. L’augmentation a été de 19 % en France, dans le sillage de l’augmentation de la taxe minimum sur les tabacs. Sur ce marché, les prix des cigarettes brunes sont désormais au niveau des cigarettes blondes. La première réaction du marché s’est traduite par un recul de 20,7 % des volumes. En Espagne, l’augmentation de prix a été de 13 %. Là aussi, la réaction a été forte et amplifiée par les constitutions de stocks des détaillants. Les volumes totaux sur le segment brun ont donc reculé de 18,5 % ; cette forte évolution est également due à une base de comparaison élevée, résultat de stockage par les détaillants en 2002. Au final, les cigarettes brunes n’ont malgré tout enregistré qu’un repli de 2,6 %.

L’EBE de la branche Cigarettes a progressé de 19,4 % à 142,4 millions. La marge d’EBE a gagné 3,2 points à 35 %. Ces chiffres s’expliquent par les relèvements de prix, les volumes sur le segment blond, les gains de part de marché dans la plupart des pays, les bénéfices des restructurations, conjugués à la reconstitution des stocks.

Cigares : des performances très satisfaisantes aux États-Unis, partiellement amputées par un dollar fort

La branche Cigares qui représente 21 % du chiffre d’affaires du Groupe, a enregistré des performances très satisfaisantes sur le marché américain, un marché essentiel pour cette branche puisque 61 % des ventes de cigares du Groupe sont réalisées aux États-Unis.

Leader sur ce marché, Altadis a procédé avec succès à des relèvements de prix et des lancements de produits sur le segment des cigares à cape homogénéisée en 2002, qui ont continué à porter leurs fruits au cours du premier trimestre. Dans le segment du cigare de luxe, la croissance des ventes en volume et en valeur, avec une performance notable de la marque Romeo y Julieta, apporte la preuve du retour du segment à des évolutions plus régulières. En conséquence, les ventes en dollars aux États-Unis ont progressé de 17,1 %. L’effet dollar modifiant fortement ces chiffres lors de la consolidation, les ventes en euros ressortent en baisse de 4,3 %, à 100 millions d’euros.

Les ventes de cigares Altadis en Europe ont légèrement augmenté (+0,8 %) pour atteindre 31 millions d’euros, avec une croissance modeste en France et une baisse limitée en Espagne ; sur ce dernier marché, une nouvelle marque a été lancée en mars pour contrer les faiblesses identifiées en 2002. Cette marque, Dux, propose aux fumeurs de cigares puritos, une alternative à un prix attrayant. Les ventes de cigares cubains, qui affichent une baisse de 7,0 % à taux de change constant, traduisent nettement l’impact de la conjoncture internationale.

Au total, les ventes de cigares ont gagné 9,8 % à taux de change constant, mais elles ont reculé de 5,9 % en euros, à 163 millions d’euros.

La performance financière de la branche Cigares a été très positive puisque l’EBE a progressé de 29,2 % à dollars constants, et de 3,4 % en euros, à 36,6 millions d’euros. La marge d’EBE a progressé de 2 points à 22,4 %. De bons résultats imputables essentiellement au marché américain, qui a conjugué croissance des volumes et augmentations des prix.

Distribution : élargissement du périmètre et croissance interne

Les chiffres de la branche Distribution (25 % des ventes du Groupe), reflètent la croissance interne à laquelle s’ajoute, pour la dernière fois, le fort impact de l’acquisition de Burgal. Les ventes ont progressé de 23,4 % à 193 millions d’euros, et de 6,1 % hors effet périmètre.

La Distribution généraliste (c’est-à-dire hors tabac) représente désormais 59 % du chiffre d’affaires économique total de la branche Distribution et a progressé de 44,7 % à 113 millions d’euros. L’acquisition du groupe Burgal et son intégration dans le périmètre de consolidation depuis mars 2002 expliquent la majeure partie de la croissance. Hors modifications du périmètre, la croissance s’établit à 10,1 %.

Une fois encore, les prix et les volumes sont les moteurs de la croissance de la distribution des produits du tabac. La croissance totale des ventes pour l’Espagne, la France et le Portugal s’élève à 2,1 % pour s’établir à 79 millions d’euros. Le marché espagnol est resté stable dans son ensemble, tandis que le marché français a perdu 9 % ; toutefois, les relèvements de prix en France et leur effets corrélatifs ont permis d’enregistrer une croissance des ventes. En janvier, Altadis a renouvelé, pour une nouvelle période de trois ans, ses contrats de distribution des produits du tabac avec l’ensemble de ses clients en France. De même, le contrat d’un de nos principaux client en Espagne, arrivé à échéance, a été reconduit.

L’EBE de la branche Distribution a augmenté de 7,3 % à 54 millions d’euros. La branche enregistre une marge d’EBE élevée, 28,1 %, proche de la moyenne du Groupe malgré l’effet dilutif de l’expansion dans la distribution généraliste.

PERSPECTIVES

Dans un environnement difficile, les performances d’Altadis pour le premier trimestre 2003 doivent être soulignées. À 6,4 %, la croissance du chiffre d’affaires économique est supérieure aux performances précédentes du Groupe, et la croissance de l’EBE est en ligne avec ce chiffre. Le bénéfice par action a augmenté de près de 10 %.
Ces résultats confortent le Groupe dans son attente d’une croissance significative de sa profitabilité en 2003.

(en millions d’euros) T1 2002 T1 2003 Variation 2002-2003
Chiffre d’affaires économique 705,8 751,3 +6,4 %
EBE (« Ebitda ») 210,2 223,6 +6,4 %
« Ebita » 180,9 196,4 +8,6 %
Résultat d’exploitation (« Ebit ») 170,7 187,8 +10,0 %
Résultat financier (5,9) (14,5) +145,8 %
Amortissement des écarts d’acquisition (22,3) (22,3) +0,0 %
Résultat des sociétés mises en équivalence 2,0 6,0 +200,0 %
Résultat exceptionnel (3,7) (4.1) +10,8 %
Résultat avant impôts 140,8 152,9 +8,6 %
Impôts sur les sociétés (43,5) (50,6) +16,3 %
Intérêts minoritaires (9,5) (8,4) +11,6%
Résultat net, part du Groupe 87,8 93,9 +7,1 %
BPA (en centimes d’euros) 0,29 0,32 +9,8 %
Nombre moyen d’actions (en millions)* 300,9 293,5 -2,5 %
Nombre moyen d’actions = moyenne (nombre total d’actions – autocontrôle)

Chiffre d’affaires économique et EBE trimestriels

C.A. économique(en millions d’euros) T1 2002 T2 2002 T3 2002 T4 2002 Exercice 2002 T1 2003
Cigarettes 374,4 438,3 419,1 457,0 1 688,8 406,5
Cigares 173,5 201,3 199,8 180,6 755,2 163,2
Distribution 156,1 194,1 184,0 206,5 740,7 192,7
Autres et ajustements 1,8 -0,8 -7,1 3,5 -2,6 -11,1
Total 705,8 833,0 795,6 847,5 3 182,1 751,3

EBE(en millions d’euros) T1 2002 T2 2002 T3 2002 T4 2002 Exercice 2002 T1 2003
Cigarettes 119,3 143,0 151,1 158,2 571,7 142,4
Cigares 35,4 48,3 51,6 36,5 171,8 36,6
Distribution 50,5 57,4 58,9 64,3 231,1 54,2
Autres et ajustements 5,0 -1,6 2,0 -8,8 -3,5 -9,5
Total 210,2 247,1 263,5 250,2 971,1 223,7

Pierre Perrin-Monlouis
Pierre Perrin-Monlouis
Fondateur de Rente et Patrimoine (cabinet de gestion de patrimoine), Pierre Perrin-Monlouis est un analyste et trader pour compte propre. Il vous fait profiter de son expérience en trading grâce à ses analyses financières et décrypte pour vous les actualités des marchés. Son approche globale des marchés combine à la fois l'analyse technique et l'analyse fondamentale sur l'ensemble des marchés : crypto, forex, actions et matières premières.
ARTICLES SIMILAIRES