EduBourseActualitésPSA : 2000 : Forte croissance des résultats - Tous les objectifs...

PSA : 2000 : Forte croissance des résultats – Tous les objectifs sont dépassés

Les objectifs fixés pour l’année 2000 – 2 700 000 voitures vendues, une marge opérationnelle consolidée d’au moins 1 900 millions d’euros et une marge opérationnelle de la division automobile d’au moins 4 % des ventes – ont été, comme en 1998 et 1999, largement dépassés, avec respectivement 2 815 700 véhicules vendus, une marge opérationnelle de 2 121 millions d’euros pour le groupe et de 4,2 % du chiffre d’affaires pour la division automobile.

Les objectifs de l’année 2001 sont un volume de ventes de 3 000 000 véhicules, une marge opérationnelle de l’activité automobile de 4,8 % des ventes de la division et une marge opérationnelle consolidée de 2 600 millions d’euros.

La totalité des objectifs annoncés en 1998 sont ainsi atteints. Le groupe a donc fixé de nouveaux objectifs à moyen terme : vendre 3 500 000 véhicules à l’horizon 2004, avoir une rentabilité des capitaux employés après impôt de 13,5 % et une marge opérationnelle de la division automobile de 6 % des ventes.

RESULTATS 2000
Chiffre d’affaires en hausse de 16,9 %
Le chiffre d’affaires consolidé de l’année 2000 s’établit à 44 181 millions d’euros, en augmentation de 16,9 % par rapport à celui de 1999 (14,7 % à périmètre comparable). Les ventes totales de Peugeot et Citroën ont porté sur 2 815 700 véhicules et collections, en hausse de 11,8 % par rapport à leur niveau de 1999, plaçant le groupe au rang de sixième constructeur mondial. En Europe, tandis que le marché dans son ensemble reculait de 1,3 %, les immatriculations de voitures particulières et de véhicules utilitaires légers du groupe ont progressé de 6,5 %, confirmant sa position de deuxième constructeur européen avec une part de marché de 13,7 % (contre 12,7 % en 1999). En dehors d’Europe occidentale, les volumes vendus ont porté sur 479 400 unités, en hausse de 32,8 % par rapport à 1999.

Résultat net en hausse de 80 %
La marge opérationnelle consolidée atteint 2 121 millions d’euros, en hausse de 26,7 % sur 1999 et représente ainsi 4,8 % du chiffre d’affaires, contre 4,4 % en 1999.

La marge opérationnelle de la division automobile s’élève à 1 579 millions d’euros, en hausse de 39,6 % sur 1999 et représente 4,2 % du chiffre d’affaires de la division, après 3,5 % en 1999. Cette augmentation résulte de la nouvelle augmentation des volumes vendus et de la poursuite de la réduction des coûts de production.

La marge opérationnelle de l’activité équipement automobile s’établit à 182 millions d’euros (176 millions d’euros après éliminations intra-branches), celle de l’activité de transport à 100 millions d’euros et celle de l’activité de financement à 264 millions d’euros.

Après une charge d’impôt de 713 millions d’euros représentant un taux d’imposition de 32,2 %, le résultat net des sociétés intégrées ressort en bénéfice de 1 503 millions d’euros, en hausse de 87,2 % par rapport aux 803 millions d’euros de 1999.

Après prise en compte de la part dans le résultat net des sociétés mises en équivalence et de l’amortissement des goodwills, le résultat net s’inscrit à 1 323 millions d’euros ; le résultat net revenant à Peugeot SA s’élève à 1 312 millions d’euros, déduction faite des intérêts minoritaires. Il est en accroissement de 80 % sur celui acquis en 1999. Le résultat net par action est de 30,1 euros, en hausse de 96 % sur le chiffre de 1999 (15,4 euros par action).

Un dividende porté à 5 euros
La marge brute d’autofinancement atteint 3 443 millions d’euros, en hausse de 18,9 % sur celle de 1999 et représente 7,8 % du chiffre d’affaires. Les investissements corporels bruts ressortent à 2 932 millions d’euros, en progression de 45,9 % sur 1999 où ils avaient atteint 2 010 millions d’euros.

En 2000, le groupe a poursuivi à un rythme soutenu son programme de rachat de titres : 1 300 371 actions Peugeot S.A. ont été acquises pour un montant global de 257 millions d’euros, soit un prix moyen de 197,6 euros, ainsi que 2 380 632 obligations convertibles 2 % 1994-2001 pour un montant global de 555 millions d’euros, soit un prix moyen de 233,6 euros. Ces obligations ont été annulées immédiatement. Au 31 décembre 2000, Peugeot S.A. détient 2 674 063 de ses propres actions.

Au 31 décembre 2000, la position financière nette des sociétés industrielles et commerciales du groupe s’établit en excédent de 1 409 millions d’euros, contre 1 711 millions d’euros au 31 décembre 1999.

La rentabilité avant impôt des capitaux employés s’inscrit à 16,7 % pour 2000 (11,1 % après impôt normatif de 33,33 %), après 15,7 % en 1999 et 10,4 % en 1998, et excède, pour la seconde année consécutive, l’objectif d’une rentabilité minimum de 12,5 % avant impôt fixé pour 2001.

Le versement d’un dividende de 5 euros par action, soit 7,50 euros y compris l’avoir fiscal, sera proposé à l’Assemblée Générale du 16 mai 2001, après un dividende de 2,70 euros (4,05 euros, avoir fiscal compris) au titre de l’exercice 1999. Le paiement de ce dividende interviendrait le 23 mai 2001.

D’autre part, la division par six du nominal du titre Peugeot sera proposée à l’Assemblée Générale, en raison de la forte augmentation de la valeur du titre.

Enfin, un nouveau programme de rachat d’actions sera également soumis à l’Assemblée Générale.

Perspectives et ambitions pour 2001-2004 : Croissance interne et maîtrise des coûts
Le groupe PSA Peugeot Citroën vise pour l’année 2001, des ventes mondiales à 3 000 000 véhicules et collections. Cet objectif de ventes, en augmentation de 6,5 % sur 2000, devrait bénéficier du lancement de nouveaux modèles (Citroën C5, Peugeot 307), de l ‘effet en année pleine de trois modèles lancés en 2000 (Peugeot 607, Citroën Picasso et Peugeot 206 CC) et du lancement de technologies clés développées par le groupe (moteur HDI 2l et 2,2 l, nouvelle génération de moteurs HDI de petite cylindrée, moteur à injection directe essence HPI et filtre à particules).

Pour l’activité automobile, l’objectif d’une marge opérationnelle de 4,8 % des ventes de la division repose sur la croissance des volumes vendus grâce à un élargissement de l’offre produit et sur la maîtrise des coûts de production. Pour le groupe dans son ensemble, l’objectif de rentabilité porte sur une marge opérationnelle consolidée de 2 600 millions d’euros, dans le nouveau périmètre de consolidation y compris Sommer Allibert dont l’acquisition par Faurecia est en cours.

Par ailleurs, le groupe PSA Peugeot Citroën a fixé ses nouveaux objectifs à moyen terme.

Sur la période 2001 – 2004, la stratégie se fonde sur les résultats déjà obtenus de 1998 à 2000 ; l’objectif central du groupe est de poursuivre sa croissance interne, en s’appuyant sur un développement ambitieux des gammes de produits Peugeot et Citroën, basé sur l’innovation et l’excellence dans des domaines clés, sur le développement international et sur la flexibilité et la maîtrise des coûts. Les objectifs de croissance du groupe visent 3 500 000 véhicules et collections vendus à l’horizon 2004 ; l’augmentation des ventes sera réalisée tant en Europe occidentale, avec l’objectif d’une part de marché d’au moins 10 % dans tous les pays (sauf en Allemagne où le groupe vise 6,5 % du marché en 2004), qu’à l’international où l’objectif porte sur 800 000 unités vendues à l’horizon 2004. De surcroît, les lancements de nouveaux modèles seront accélérés, avec 25 nouvelles voitures introduites sur la période 2001-2004 contre 9 nouvelles voitures sur la période 1997-2000, conduisant à un élargissement de l’offre produit des deux marques.

Les objectifs économiques stratégiques du groupe portent sur une rentabilité des capitaux employés après impôt de 13,5 %, correspondant pour la division automobile à un objectif de marge opérationnelle de 6 %.

Pierre Perrin-Monlouis
Pierre Perrin-Monlouis
Fondateur de Rente et Patrimoine (cabinet de gestion de patrimoine), Pierre Perrin-Monlouis est un analyste et trader pour compte propre. Il vous fait profiter de son expérience en trading grâce à ses analyses financières et décrypte pour vous les actualités des marchés. Son approche globale des marchés combine à la fois l'analyse technique et l'analyse fondamentale sur l'ensemble des marchés : crypto, forex, actions et matières premières.
ARTICLES SIMILAIRES