EduBourseActualitésFront commun de l’UE et de l’Asie contre le « spam »

Front commun de l’UE et de l’Asie contre le « spam »

Une campagne commune pour lutter contre le courrier électronique publicitaire non sollicité (« spam ») en provenance d’Europe et d’Asie a été décidée par les participants gouvernementaux à une conférence Asie-Europe (ASEM) sur le commerce électronique qui s’est tenue à Londres les 21 et 22 février. Dans une déclaration commune sur la coopération internationale contre le « spam », les 25 pays européens et les 13 pays asiatiques membres de l’ASEM sont convenus de lutter à l’échelon national contre le courrier électronique publicitaire non sollicité et d’encourager les efforts déployés contre le « spam » au sein des organisations internationales et dans les entreprises. Parmi les membres de l’ASEM figurent la Chine et la Corée du Sud, qui seraient les principales sources de « spam ».

« Je me réjouis de cette déclaration commune de l’UE et de l’Asie concernant le courrier électronique publicitaire non sollicité, a déclaré Viviane Reding, Commissaire européenne chargée de la société de l’information et des médias. L’UE ne peut agir seule dans la lutte contre le ‘spam’, étant donné qu’il s’agit d’un problème qui, par essence, ne connaît pas de frontières. Il est crucial que ce problème soit pris au sérieux dans toutes les parties du monde et notamment dans les régions supposées émettre une grande partie du ‘spam’. »

Selon diverses sources de l’industrie, plus de 60 % de l’ensemble du trafic de courrier électronique consisterait en courrier électronique publicitaire non sollicité. Les experts estiment que plus de 20 % de la totalité du « spam » provient de Chine et de Corée du Sud (source : Sophos, décembre 2004). La déclaration commune de l’ASEM, initiée par la Commission européenne, encourage tous les pays à élaborer des stratégies nationales pour lutter contre le courrier électronique publicitaire non sollicité, puis à coopérer à l’échelon international.

Il ressort de la conférence que des solutions sont possibles, certaines actions de répression étant couronnées de succès et les solutions techniques pour lutter contre le « spam » vont s’améliorant. Les participants ont invité les gouvernements et les entreprises, tant en Europe qu’en Asie, à veiller à ce que des cadres anti-spam appropriés, des législations notamment, soient mis en place dans chaque pays et à coopérer à l’échelon international pour lutter contre cette menace qui est transfrontière par essence. La déclaration engage les pays de l’ASEM d’organiser des discussions à intervalles réguliers et à prendre des mesures faisant intervenir du personnel policier et des agents des services de répression. Parmi ces mesures devraient figurer la législation et la répression, ainsi que la sensibilisation, l’autodiscipline des entreprises, les solutions techniques et les partenariats entre les gouvernements et la communauté de l’internet.

De manière inquiétante, le courrier électronique publicitaire non sollicité sape la confiance des consommateurs dans le commerce électronique et dans la société de l’information. Il est crucial que la lutte contre le « spam » soit fructueuse afin de doper les échanges et les investissements au moyen des technologies en ligne.

Cette déclaration fait écho aux nombreux efforts déployés par l’Europe, notamment la procédure de coopération anti-spam adoptée récemment par les services répressifs de nombreux pays de l’UE (voir IP/05/146) ainsi que les efforts de coopération régionale déployés dans le contexte de l’OCDE.

L’ASEM

L’ASEM est un forum multilatéral pour les débats axés sur l’action entre les 25 États membres de l’UE, la Commission européenne et 13 pays partenaires d’Asie : Brunei, Birmanie, Cambodge, Chine, Indonésie, Japon, Corée, Laos, Malaisie, Philippines, Singapour, Thaïlande, et Vietnam. Le premier sommet des chefs d’États de l’ASEM s’est tenu à Bangkok en mars 1996. Le travail de l’ASEM repose sur trois piliers : politique, partenariat social et coopération économique. La première priorité de la coopération économique est de trouver les moyens de renforcer les échanges et les flux d’investissement entre l’Europe et l’Asie.

On peut trouver la déclaration ainsi que de plus amples informations sur la conférence à l’adresse suivante :

http://www.asemec-london.org/

La Commission est également active bilatéralement, notamment avec les États-Unis, autre source importante de courrier électronique publicitaire non sollicité, et dans les discussions multilatérales en cours à l’Union internationale des télécommunications et la « task force » de l’OCDE pour le courrier électronique publicitaire non sollicité.

Pour plus d’informations sur les initiatives récentes de la Commission en matière de courrier électronique publicitaire non sollicité :

http://europa.eu.int/information_society/topics/ecomm/highlights/current_spotlights/spam/index_en.htm

Pierre Perrin-Monlouis
Pierre Perrin-Monlouis
Fondateur de Rente et Patrimoine (cabinet de gestion de patrimoine), Pierre Perrin-Monlouis est un analyste et trader pour compte propre. Il vous fait profiter de son expérience en trading grâce à ses analyses financières et décrypte pour vous les actualités des marchés. Son approche globale des marchés combine à la fois l'analyse technique et l'analyse fondamentale sur l'ensemble des marchés : crypto, forex, actions et matières premières.
ARTICLES SIMILAIRES