EduBourseActualitésL'Observatoire Sodexho de la Qualité de Vie au Quotidien publie une nouvelle...

L’Observatoire Sodexho de la Qualité de Vie au Quotidien publie une nouvelle recherche internationale exclusive

La sexualisation des comportements alimentaires des enfants et des jeunes ‘

Après avoir publié, en 1999, sa première recherche internationale sur l’évolution des attentes et des modes de vie des Seniors, L’Observatoire Sodexho de la Qualité de Vie au Quotidien présente les résultats d’une recherche internationale exclusive sur la sexualisation des comportements alimentaires des enfants et des jeunes de 5 à 17 ans.

Celle-ci révèle des résultats inédits et, notamment, l’émergence de deux modèles alimentaires fondamentalement différents entre les garçons et les filles, et cela dans les onze pays étudiés.

L’individualisation des comportements alimentaires est désormais la règle

Cette étude montre la forte poussée de l’individualisation alimentaire : 86,4 % des jeunes déclarent aujourd’hui ‘ manger ce qu’ils veulent, quand ils veulent, où ils veulent ‘ (en France, ils sont 83 %); contre seulement 24,6 % en 1960.

Cette tendance s’observe en particulier chez les 15-17 ans puisque 92,5 % d’entre eux l’affirment.

De plus, c’est dans les établissements scolaires que cette volonté d’individualisation alimentaire a le plus progressé : ainsi, si les enfants et les jeunes des 11 pays étudiés n’étaient que 18,2 % à déclarer en 1960, ‘ je mange avant tout ce que je veux dans mon établissement d’enseignement ‘, ils sont désormais 68,8 % à pouvoir le faire.

Des comportements alimentaires différenciés entre garçons et filles

Cette tendance à l’individualisation alimentaire se traduit, de plus en plus, par une distinction marquée entre le comportement alimentaire des garçons et celui des filles.

Cette différence de comportement alimentaire selon le sexe est plus importante dans les pays latins que dans les pays anglo-saxons ou d’Europe du Nord.

En outre, dans leur établissement d’enseignement, les jeunes sont, en moyenne, plus de 66 % (67,5 % en France) à vouloir s’alimenter selon leur sexe.

L’émergence de deux modèles alimentaires : l’un féminin, l’autre masculin

Aujourd’hui, les comportements alimentaires des enfants et des jeunes sont déterminés beaucoup plus par leur sexe que par leur âge ou leur taille.

Cette distinction selon le sexe fait apparaître deux nouveaux modèles alimentaires :

Un modèle alimentaire féminin, privilégiant l’efficacité nutritionnelle alliée à une alimentation simple et naturelle.

Un modèle alimentaire masculin, associant plaisir gustatif et rituel social dans le cadre d’une alimentation énergétique.

La sexualisation des comportements alimentaires chez les enfants et les jeunes : une réalité incontournable

La sexualisation des comportements alimentaires chez les enfants et les jeunes s’exprime au travers de 6 critères :

Le budget consacré à l’alimentation hors foyer : les garçons dépensent, en moyenne, trois fois plus que les filles pour leur alimentation. Avec des écarts importants selon les pays : aux Pays-Bas, les garçons dépensent deux fois plus ; en France, presque trois fois plus; au Brésil, cinq fois plus.

Le temps consacré aux repas : les filles limitent la durée du déjeuner et du dîner, mais privilégient le petit déjeuner : à 15-17 ans, elles consacrent au petit déjeuner 50 % de temps en plus que les garçons du même âge. Par contre, le temps consacré au déjeuner et au dîner par les garçons de 5 à 17 ans est supérieur de 62 % à celui qu’y passent les filles.

Le nombre de calories ingérées quotidiennement : dans un mouvement général de réduction du nombre de calories absorbées, les garçons consomment, en moyenne, quotidiennement 55,8 % de calories en plus que les filles. Pour s’affirmer, les garçons brûlent de l’énergie ; pour s’intégrer, les filles limitent le nombre de calories consommées.

Le nombre de composants d’un repas : il diminue depuis 40 ans. Les repas des jeunes de 5 à 17 ans se composent aujourd’hui, en moyenne, de 2,4 éléments. La structure des repas est fortement sexualisée puisque le nombre moyen de composants est de 3,3 chez les garçons contre 2,1 chez les filles. Et, cet écart s’accroît avec le temps : partout, le nombre de composants augmente chez les garçons et diminue chez les filles ; à 17 ans, il peut être deux fois plus élevé pour les garçons.

Les bénéfices attachés à l’alimentation : La perception du rôle de l‘alimentation s’est fortement sexualisée ces dernières années. Ainsi, les filles privilégient le plaisir gustatif lié à la nécessité physiologique tandis que les garçons valorisent le rituel social et le plaisir gustatif.

Les types d’aliments consommés : ils sont de plus en plus différents selon le sexe. Les filles optent pour les produits simples et naturels, les garçons préfèrent les produits préparés et cuisinés.
Les filles consomment deux fois plus de fruits, légumes et laitages que les garçons ; tandis que ceux-ci mangent trois fois plus de viande et de féculents et cinq fois plus de produits cuisinés.

Dans tous les pays étudiés par L’Observatoire Sodexho de la Qualité de Vie au Quotidien, la sexualisation des comportements alimentaires concerne tous les âges. Toutefois, ce phénomène, qui se manifeste de façon de plus en plus précoce, est nettement plus marqué chez les jeunes de 15 à 17 ans, dont les comportements alimentaires actuels conditionnent les tendances à venir.

Méthodologie de la recherche

Pour mener à bien cette recherche, plus de 400 sources documentaires internationales ont été exploitées et 5,7 millions de données statistiques traitées par CMA.

Ces informations proviennent des principaux organismes internationaux (OMS, OCDE, Commission Européenne…), de centres de recherche spécialisés et d’entretiens avec des experts du monde entier. Elles concernent onze pays représentant 55 % du PIB mondial : Allemagne, Belgique, Brésil, Canada, Espagne, Etats-Unis, France, Italie, Pays-Bas, Royaume-Uni, Suède.

Contacts presse :

Marie-Laurence Hercenberg Clodine Pincemin
Hill and Knowlton Sodexho Alliance
Tél : 01-41-05-44-00 Tél : 01-30-85-72-14
Fax:01-41-05-44-01 Fax:01-30-85-52-32
[email protected] [email protected]

Pierre Perrin-Monlouis
Pierre Perrin-Monlouis
Fondateur de Rente et Patrimoine (cabinet de gestion de patrimoine), Pierre Perrin-Monlouis est un analyste et trader pour compte propre. Il vous fait profiter de son expérience en trading grâce à ses analyses financières et décrypte pour vous les actualités des marchés. Son approche globale des marchés combine à la fois l'analyse technique et l'analyse fondamentale sur l'ensemble des marchés : crypto, forex, actions et matières premières.
ARTICLES SIMILAIRES