EduBourseActualitésLa commissaire Ferrero-Waldner lance une mission d’aide à la gestion des frontières...

La commissaire Ferrero-Waldner lance une mission d’aide à la gestion des frontières en Moldova les 6 et 7 octobre

La commissaire européenne chargée des relations extérieures et de la politique européenne de voisinage, Mme Benita Ferrero-Waldner, se rendra en Moldova les 6 et 7 octobre dans le cadre de sa première visite bilatérale à ce pays. Deux événements importants mettront en exergue l’approfondissement des relations entre l’UE et la Moldova: d’une part, la commissaire ouvrira une nouvelle délégation de la Commission européenne auprès de la Moldova le 6 octobre, qui sera dirigée par Cesare De Montis, et d’autre part elle signera le 7 octobre un protocole d’accord entre la Commission européenne, la république de Moldova et l’Ukraine, ouvrant la voie au lancement d’une mission UE d’aide à la gestion des frontières. Forte de 65 personnes, cette mission aidera à prévenir la criminalité transfrontalière, grâce à des activités de conseil et à des actions de formation destinées à améliorer la capacité des services moldaves et ukrainiens de douane et de gestion des frontières. L’amélioration de la coopération entre les deux pays en matière de gestion des frontières pourra peut-être aussi contribuer, espère-t-on, à instaurer un climat favorable au règlement du conflit en Transnistrie. Au cours de sa visite, la commissaire Ferrero-Waldner rencontrera des responsables politiques de premier rang, dont le président Voronin et le premier ministre Tarlev, afin d’évoquer en particulier les progrès accomplis dans la mise en oeuvre du plan d’action de la Moldova dans le cadre de la politique européenne de voisinage.

À la veille de sa visite, la commissaire Ferrero-Waldner s’est exprimée en ces termes: “Ma visite apporte la preuve que la politique de voisinage débouche sur des résultats tangibles. Après l’adoption, en février, du plan d’action élaboré dans le cadre de la politique de voisinage, l’UE et la Moldova ont adopté des mesures importantes pour renforcer leurs relations bilatérales, approfondir la réforme démocratique et économique en Moldova et se rapprocher d’un règlement de la question de la Transnistrie”.

Et d’ajouter: “La mission d’aide à la gestion des frontières montre que la politique de voisinage constitue non seulement un instrument précieux pour favoriser le respect de la démocratie, de l’État de droit et des droits de l’homme mais qu’elle nous aidera aussi à améliorer la stabilité et la sécurité aux frontières de l’Europe et qu’en prévenant la traite des êtres humaines, la contrebande de marchandises et la prolifération des armes, elle apporte un bénéfice réel aux Européens dans et à l’extérieur de l’UE”.

La mission d’aide à la gestion des frontières devrait normalement commencer le 1er décembre 2005. Elle dispose d’un mandat de deux ans, qui pourra le cas échéant être prolongé, et coûtera 7 millions d’euros. Elle consistera en un noyau « stable » de quinze personnes, assisté de 50 agents des douanes de l’UE et de garde-frontières généralement détachés par les États membres.

La mission se composera d’équipes mobiles qui dispenseront une formation sur le tas aux fonctionnaires moldaves et ukrainiens, renforçant ainsi la capacité des services existants à exercer une surveillance et des contrôles efficaces, ce qui diminuera le risque de voir ces pays confrontés à des activités criminelles transfrontalières, telles que la traite d’êtres humains, la contrebande, la prolifération des armes et la fraude douanière. À un stade ultérieur, l’UE est disposée à fournir, au besoin, des équipements. L’objectif est de renforcer la confiance et la coopération transfrontalière ainsi que l’échange d’informations entre les deux pays.

La mission opérera surtout à la frontière moldovo-ukrainienne. La coopération et les efforts déployés à cette frontière s’inscrivent dans le cadre de la recherche d’une solution afin de débloquer le conflit en Transnistrie, comme le prévoient les plans d’action adoptés avec ces deux pays l’année dernière. Le lancement de la mission fait suite à une requête adressée par les présidents Yushchenko et Voronin en juin 2005.

L’UE se félicite de l’invitation qui lui a été adressée récemment de se joindre, en tant qu’observateur, aux “pourparlers à cinq” lancés pour trouver une issue au conflit de la Transnistrie et est disposée à appuyer le processus de médiation.

Contexte général

La mission d’aide à la gestion des frontières s’inscrit dans le prolongement des contributions déjà apportées par l’UE pour améliorer la gestion des frontières dans la région. Depuis 2000, une série de projets ont ainsi été mis en oeuvre avec la Moldova et l’Ukraine, le tout pour un montant d’environ 50 millions d’euros.

Pour appuyer le processus de réforme en Moldova et la mise en oeuvre du plan d’action adopté dans le cadre de la politique de voisinage en février 2005, la Commission a porté le budget de l’aide à la Moldova à 42 millions d’euros pour la période jusqu’en 2006. Cette année, la Commission a par ailleurs déboursé 9,2 millions d’euros au titre de l’aide alimentaire. Une contribution supplémentaire de 1,2 million d’euros au titre de l’aide alimentaire sera versée à la Moldova avant la fin de l’année.

Pour des informations complémentaires:

Les relations de l’UE avec la Moldova:

http://europa.eu.int/comm/external_relations/moldova/intro/index.htm

Pierre Perrin-Monlouis
Pierre Perrin-Monlouis
Fondateur de Rente et Patrimoine (cabinet de gestion de patrimoine), Pierre Perrin-Monlouis est un analyste et trader pour compte propre. Il vous fait profiter de son expérience en trading grâce à ses analyses financières et décrypte pour vous les actualités des marchés. Son approche globale des marchés combine à la fois l'analyse technique et l'analyse fondamentale sur l'ensemble des marchés : crypto, forex, actions et matières premières.
ARTICLES SIMILAIRES