EduBourseActualitésSituation mensuelle budgétaire à la fin août 2005

Situation mensuelle budgétaire à la fin août 2005

Solde : À la fin août 2005 le solde général d’exécution s’établit à – 62,7 Md € contre – 58,0 Md € l’année dernière à la même date.

Dépenses : En août 2005, les dépenses du budget général atteignent 197,1 Md € et s’inscrivent en progression de + 1,9 % par rapport au même mois de 2004 (+ 3,6 Md €).

Les dépenses de rémunérations, de pensions, de charges sociales et de fonctionnement augmentent de 3,1 % ; elles enregistrent notamment l’impact de la hausse de + 0,5 % du point salarial de la fonction publique au 1er mars, puis de + 0,5 % au 1er juillet.

Les dépenses d’intervention économique sont en baisse de – 5,5 % en raison de versements de subventions plus précoces l’année passée. A l’inverse, l’évolution des dépenses militaires s’inscrit en hausse de + 3,4 %, principalement sous l’effet des dépenses en capital.

Au total , le rythme d’augmentation des dépenses d’un an sur l’autre s’inscrit en pleine cohérence avec l’objectif d’une progression des dépenses de l’État sur l’année limitée à l’inflation (+ 1,8 %).
Recettes : À la fin août 2005, les recettes nettes du budget général s’établissent à 151,9 Md €, contre 150,6 Md € fin août 2005 (+ 1,4 Md €), soit une hausse de + 0,9 %.

Cette progression résulte pour l’essentiel de celle des recettes fiscales (+ 2,4 Md €, soit une hausse de + 1,4 %).

L’impôt sur le revenu (+ 1,7 Md €) et la TVA nette (+ 2,7 Md €) s’inscrivent en hausse.

À l’inverse, l’impôt sur les sociétés est en baisse (- 0,6 Md €) du fait de restitutions d’excédents de versements plus dynamiques que l’an dernier. Les autres impôts nets (- 1,2 Md €) s’inscrivent également en baisse, principalement du fait de transferts de recettes prévus par la loi de finances (transferts au profit des collectivités locales et de l’assurance maladie).

La TIPP (- 0,3 Md €, en baisse de 2,1 %) recule du fait de l’atonie de la consommation de produits pétroliers. La commission de transparence sur les produits pétroliers présidée par M. Bruno Durieux doit rendre ses premières conclusions avant le début de l’examen du budget pour 2006 : les prochaines situations mensuelles budgétaires (SMB) fourniront en conséquence une estimation révisée du produit net de la fiscalité pétrolière.

Enfin, le prélèvement opéré sur les recettes au profit de l’Union Européenne connaît une hausse notable (+ 9,1 % d’une année sur l’autre) en raison des appels de trésorerie de la Commission.

Au total, l’écart qui se manifeste d’un mois sur l’autre sur le solde budgétaire (+ 4,7 Md €) traduit pour partie des facteurs de trésorerie qui se résorberont dans les prochaines semaines. Ainsi qu’indiqué à l’occasion de la présentation du projet de loi de finances pour 2006, la prévision révisée de déficit budgétaire pour 2005 s’établit à 46,8 Md € contre une exécution à 43,9 Md € en 2004.

Contact presse :
Cabinet de Thierry BRETON, Benoît GAUSSERON, Conseiller Communication – Presse : 01 53 18 43 04
Cabinet de Jean-François COPÉ, Delphine PEYRAT, Conseillère Communication – Presse : 01 53 18 43 06

Pierre Perrin-Monlouis
Pierre Perrin-Monlouis
Fondateur de Rente et Patrimoine (cabinet de gestion de patrimoine), Pierre Perrin-Monlouis est un analyste et trader pour compte propre. Il vous fait profiter de son expérience en trading grâce à ses analyses financières et décrypte pour vous les actualités des marchés. Son approche globale des marchés combine à la fois l'analyse technique et l'analyse fondamentale sur l'ensemble des marchés : crypto, forex, actions et matières premières.
ARTICLES SIMILAIRES