EduBourseActualitésPêche de l’anguille : la Commission propose la fermeture saisonnière en attendant...

Pêche de l’anguille : la Commission propose la fermeture saisonnière en attendant l’approbation de programmes de protection nationaux

La proposition présentée aujourd’hui par la Commission européenne devrait être la première étape vers la reconstitution du stock d’anguilles européennes, gravement menacé d’épuisement. Au cas où elle serait retenue, les États membres établiraient des programmes nationaux conçus de telle sorte que 40 % des anguilles adultes qui seraient susceptibles de migrer si elles ne subissaient pas les effets de la pêche et d’autres activités humaines s’échappent des cours d’eau des pays respectifs pour aller se reproduire en mer. Les programmes, qui devraient devenir opérationnels en juillet 2007, sont cruciaux pour la reconstitution du stock, où la quantité de juvéniles s’est récemment effondrée au point de ne plus représenter que 1 % du chiffre enregistré dans le passé. En attendant la mise en place desdits programmes, la Commission propose d’interdire la pêche de l’anguille du 1er au 15 de chaque mois. La proposition a été précédée d’une large concertation avec les États membres et les secteurs intéressés. L’anguille concerne la plupart des États membres au titre de la pêche professionnelle et récréative, de l’aquaculture et des activités connexes.

«La proposition est le fruit de consultations approfondies avec les secteurs concernés et reflète la nécessité d’un effort concerté pour reconstituer le stock d’anguilles. La Commission propose un objectif en matière de taux d‘échappement, mais laisse aux États membres le soin de choisir les mesures de protection qu’ils jugeront les mieux adaptées aux conditions locales», a déclaré M. Joe Borg, membre de la Commission chargé de la pêche et des affaires maritimes.

Mesures proposées:

Assurer le retour en mer des anguilles adultes
Les programmes de gestion nationaux devront s’attaquer aux causes de l’appauvrissement du stock d’anguilles, principalement imputable à une pêche excessive et aux autres activités humaines qui influent sur les habitats et les flux migratoires des anguilles. La pollution, les turbines hydroélectriques, les barrages, les digues, etc. concourent également à la raréfaction des anguilles. Ainsi s’explique l’objectif d’un taux d’échappement de 40% pour les anguilles argentées adultes, taux fixé en fonction de celui qu’on pourrait escompter en l’absence des facteurs précités.

Chaque État membre devrait élaborer son programme de gestion national de l’anguille décrivant les mesures envisagées pour assurer des taux d’échappement élevés et le suivi des progrès réalisés dans ce sens. Chaque programme serait supervisé par l’organe consultatif de la Commission, le comité scientifique, technique et économique de la pêche (CSTEP). Une fois approuvés par la Commission, les programmes entreraient en application le 1er juillet 2007.

Lors de l’élaboration des programmes, il faudra veiller à la coordination avec les mesures et actions communautaires existantes, qu’il s’agisse de la conservation des habitats naturels, de la faune sauvage ou de la politique de l’eau. Pour les bassins fluviaux s’étendant sur le territoire de plusieurs États membres, les parties concernées établiraient un programme de gestion commun.

Fermetures mensuelles
Comme il est urgent de favoriser la survie des anguilles, les États membres devraient fermer toutes les pêcheries d’anguilles du 1er au 15 de chaque mois, en attendant que les programmes nationaux de gestion aient été approuvés par la Commission et qu’ils soient mis en œuvre. La pêche pourrait toutefois se poursuivre pendant la période de fermeture dès lors que l’État membre concerné aurait démontré de manière convaincante qu’il a déjà mis en place des mesures d’une efficacité similaire permettant d’atteindre l’objectif de 40 % en matière de taux d’échappement. Il en irait de même pour la pêche des civelles, pourvu que ces anguilles fussent destinées au repeuplement des rivières et non à l’aquaculture.

Action future:

La Commission proposera d’ici peu l’instauration d’un système de traçabilté destiné à dissuader quiconque serait tenté d’enfreindre la réglementation. Elle compte en outre étudier des mesures qui soient à la fois compatibles avec les règles du commerce international, propres à augmenter la quantité de civelles disponible pour l’amélioration du stock, et nécessaires dans la perspective de la conservation. Avant la fin de 2009, les États membres devraient faire rapport sur le suivi, l’efficacité et les résultats de la mise en œuvre des programmes. Quant à la Commission, elle présenterait un rapport au Conseil et au Parlement européen sur les acquis résultant de ces programmes.

Contexte

La zone de frai de l’anguille se situe en mer des Sargasses, dans la partie centre-ouest de l’océan Atlantique. Portés par les courants, les alevins nagent jusqu’aux embouchures des fleuves d’Europe et d’Afrique du Nord, puis remontent ces cours d’eau, où se déroulera la plus grande partie de leur existence. Les anguilles les plus âgées finissent par reprendre leur migration en sens contraire et par traverser à nouveau l’Atlantique, avant de frayer et de mourir. Voilà pourquoi les mesures de conservation doivent être coordonnées entre tous les pays concernés, et viser aussi bien la pêche que des problèmes liés à la gestion des cours d’eau, tels que la construction de barrages ou d’échelles à poissons.

Dans les estuaires, la gestion des pêcheries de civelles destinées à devenir des reproducteurs dans les fermes aquacoles doit être organisée de manière à épargner assez d’individus pour assurer le peuplement des habitats fluviaux. En amont, il convient de limiter l’effort de pêche pour permettre la survie d’un nombre suffisamment élevé d’anguilles jusqu’au début de la migration vers les zones de frai. Enfin, les pêcheries des anguilles qui migrent vers la mer doivent laisser échapper un nombre suffisant d’individus pour la reproduction.

Pierre Perrin-Monlouis
Pierre Perrin-Monlouis
Fondateur de Rente et Patrimoine (cabinet de gestion de patrimoine), Pierre Perrin-Monlouis est un analyste et trader pour compte propre. Il vous fait profiter de son expérience en trading grâce à ses analyses financières et décrypte pour vous les actualités des marchés. Son approche globale des marchés combine à la fois l'analyse technique et l'analyse fondamentale sur l'ensemble des marchés : crypto, forex, actions et matières premières.
ARTICLES SIMILAIRES