EduBourseActualitésUnion Européenne: Sommet des Chefs d’Etat du 27 octobre - Pour FO,...

Union Européenne: Sommet des Chefs d’Etat du 27 octobre – Pour FO, la contribution de la Commission conduit à l’impasse

Pour Force Ouvrière, la Commission européenne ne répond pas à l’attente d’une réorientation indispensable de la construction européenne faisant du progrès social la priorité, telle qu’elle a été exprimée notamment lors des référendums sur le traité européen.

Autant la Commission ne peut éviter les constats qui confirment cette nécessité – tels que celui du niveau de chômage («19 millions de chômeurs»), de «la pauvreté infantile» («un enfant sur cinq»), d’une «croissance stagnante», de l’augmentation du «fossé» entre riches et pauvres – autant l’analyse des causes et des remèdes est marquée par l’entêtement et aboutit à la fois à des contradictions et à l’impasse.

Tout en reconnaissant l’attachement des peuples aux politiques économiques et sociales fondées historiquement dans les différents pays de l’UE sur «des systèmes publics de retraite, de santé et de soins de longue durée, une protection sociale, une réglementation du marché du travail et une politique de redistribution des revenus financée par l’impôt», la Commission laisse entendre que «ces approches n’apportent pas une réponse aux enjeux actuels».

Ainsi met elle en avant les «réformes de retraites» et les «obstacles à l’entrée et à la sortie du marché du travail», qui ont sous tendu ces dernières années les politiques de réductions des pensions, de recul de l’âge de la retraite, de diminution des droits et indemnités des salariés au chômage et l’affaiblissement de la protection des salariés en matière de licenciement (à l’image du «Contrat Nouvelles Embauches» en France).

Pour Force Ouvrière, l’obstination à poser comme postulat l’intangibilité de l’encadrement strict des politiques économiques et salariales par la Banque Centrale Européenne aboutit à l’impasse et à une forme de langue de bois libérale sous forme d’injonctions répétées à engager des «réformes structurelles» visant au final à faire supporter par les travailleurs et les populations les conséquences du cours actuel de la mondialisation dont ne s’écarte pas la Commission européenne.

Ainsi, «adapter la conception des retraites, des soins de santé et des soins de longue durée […] tout en actualisant la façon dont les risques et les responsabilités sont partagés entre l’Etat et ses citoyens» se traduit en France par l’instauration de forfaits non remboursés aux assurés sociaux tels les 18€ aujourd’hui sur les soins lourds!

Pierre Perrin-Monlouis
Pierre Perrin-Monlouis
Fondateur de Rente et Patrimoine (cabinet de gestion de patrimoine), Pierre Perrin-Monlouis est un analyste et trader pour compte propre. Il vous fait profiter de son expérience en trading grâce à ses analyses financières et décrypte pour vous les actualités des marchés. Son approche globale des marchés combine à la fois l'analyse technique et l'analyse fondamentale sur l'ensemble des marchés : crypto, forex, actions et matières premières.
ARTICLES SIMILAIRES