EduBourseActualitésPromouvoir la croissance et l'emploi: la Commission présente sa nouvelle politique d'ensemble...

Promouvoir la croissance et l’emploi: la Commission présente sa nouvelle politique d’ensemble pour les petites et moyennes entreprises

Les 23 millions de petites et moyennes entreprises (PME) que compte l’Europe sont une source majeure d’emplois, de compétences entrepreneuriales, d’innovation et de cohésion économique et sociale dans l’UE. C’est pourquoi la Commission européenne a présenté aujourd’hui une nouvelle politique, plus pragmatique, plus complète et plus inclusive pour les PME européennes. En renforçant les synergies entre domaines politiques et en instaurant un véritable partenariat entre les actions de l’Union européenne et des États membres, cette politique contribuera à rendre les PME plus compétitives en rationalisant les instruments de la politique communautaire. La Commission propose d’intégrer le principe «penser aux petits d’abord» dans toutes les politiques, tant au niveau national qu’au niveau de l’UE, afin qu’elles soient mieux adaptées aux PME. L’amélioration de la réglementation est un autre aspect crucial pour les PME. La Commission s’engage à simplifier la réglementation et à veiller à ce que la législation n’entrave pas à l’avenir le potentiel de croissance et d’innovation des PME. Afin de réduire le déficit d’informations entre les institutions européennes et les entreprises, la communication de la Commission appelle à un dialogue plus régulier et plus structuré avec les parties prenantes des PME.

M. Günter Verheugen, vice-président de la Commission, a déclaré: «Les petites et moyennes entreprises jouent un rôle clé dans l’augmentation de la croissance et de l’emploi dans l’Union européenne. Nous devons les aider en créant les conditions qui leur permettent de prospérer et en promouvant une culture qui incite plus de personnes à monter leur propre entreprise».

Les PME européennes sont des acteurs essentiels pour la création de croissance et d’emplois plus nombreux et de meilleure qualité, les deux objectifs principaux du partenariat de Lisbonne pour la croissance et l’emploi. Elles représentent un pan important de l’économie européenne: au nombre d’environ 23 millions dans l’Union européenne, elles offrent quelque 75 millions d’emplois et représentent 99 % de la totalité des entreprises. Elles sont également une composante essentielle de l’industrie européenne, puisqu’elles contribuent jusqu’à 80 % de l’emploi dans certains secteurs industriels, tels que le textile, la construction ou l’ameublement.

La nouvelle approche de la Commission offre un cadre politique cohérent unique aux actions de l’UE en faveur des PME. Elle met plus particulièrement l’accent sur une consultation et une coopération plus systématiques avec les parties prenantes des PME afin de les impliquer dans le processus d’élaboration des politiques à un stade précoce et, ainsi, de tirer parti de leur expérience et d’accroître leur engagement dans ce processus et son appropriation.

La Commission propose des actions spécifiques dans cinq domaines:

1. Promouvoir l’esprit d’entreprise et les compétences, notamment par des actions visant à assurer le succès des transmissions d’entreprises, à faciliter l’adaptation de la main-d’œuvre des PME aux besoins du marché du travail et à promouvoir les compétences entrepreneuriales.
Pour réduire la pénurie de compétences, tous les partenaires, et en particulier les entreprises, doivent participer au développement et à la définition de cours et de méthodologies de formation. La Commission invite les États membres à réviser leurs politiques d’éducation et de formation afin de les rendre plus réactives aux changements en cours et à venir sur le marché du travail.

2. Améliorer l’accès des PME aux marchés, y compris par des actions visant à améliorer l’accès des PME aux marchés publics et à la normalisation.

La Commission a l’intention de proposer de nouvelles initiatives pour encourager la participation des PME dans la coopération interentreprises et dans les manifestations destinées à les rapprocher, plus particulièrement dans les régions frontalières.

3. Réduire la paperasserie, notamment en intégrant le principe «penser aux petits d’abord» dans toutes les politiques de l’UE et en simplifiant la réglementation et la législation, par exemple en ce qui concerne les aides d’État ou la participation des PME aux programmes communautaires.
La Commission étudiera la dimension PME lors de l’étude d’impact de la législation communautaire et veillera à ce que les besoins des PME soient correctement et systématiquement pris en considération. Il conviendra de prévoir une prolongation des périodes de transition, une réduction des frais, une simplification des obligations de déclaration, voire des dérogations aux règles de l’UE.

4. Améliorer le potentiel de croissance des PME, notamment par des actions visant à renforcer les capacités d’innovation et de recherche des PME et en accroissant le soutien financier actuellement dispensé aux PME.
La Commission est déterminée à prendre d’autres mesures pour encourager et faciliter la participation des PME au 7e programme-cadre de recherche et à accorder un appui spécifique aux PME dans le domaine des droits de propriété intellectuelle (DPI), par l’intermédiaire des réseaux communautaires de soutien aux entreprises.

5. Renforcer le dialogue et la consultation avec les parties prenantes des PME, notamment en créant des panels de PME afin d’obtenir leur avis dans des domaines spécifiques de l’élaboration des politiques et en instituant un prix européen des entreprises («European Enterprise Awards») dans le but de promouvoir l’esprit d’entreprise et de faciliter l’échange des meilleures pratiques au niveau régional.
La Commission envisage de créer un mécanisme de consultation rapide et simple d’emploi («panel PME») via le réseau d’Euro-info-Centres pour obtenir l’avis des PME dans des domaines spécifiques de définition des politiques.

Une étude Flash Eurobaromètre a sondé l’opinion de 3047 dirigeants de PME européennes sur l’accès au financement (septembre 2005). L’étude a examiné la situation financière des PME, leur croissance et perspectives de développement, l’utilisation d’instruments financiers, etc… Il en ressort notamment que 42 % des PME estiment que l’obtention de prêts bancaires n’est pas aussi aisé qu’auparavant.
Plus d’information:

http://europa.eu.int/comm/enterprise/entrepreneurship/financing/surveys.htm
Le texte complet de la nouvelle politique en faveur des PME peut être consulté à l’adresse suivante:

http://europa.eu.int/comm/enterprise/entrepreneurship/index_fr.htm

Pierre Perrin-Monlouis
Pierre Perrin-Monlouis
Fondateur de Rente et Patrimoine (cabinet de gestion de patrimoine), Pierre Perrin-Monlouis est un analyste et trader pour compte propre. Il vous fait profiter de son expérience en trading grâce à ses analyses financières et décrypte pour vous les actualités des marchés. Son approche globale des marchés combine à la fois l'analyse technique et l'analyse fondamentale sur l'ensemble des marchés : crypto, forex, actions et matières premières.
ARTICLES SIMILAIRES