EduBourseActualitésMichelin : Résultats du premier semestre 2000

Michelin : Résultats du premier semestre 2000

Belle performance commerciale sur le semestre

La stratégie de croissance mondiale, profitable et durable, ciblée sur les marchés les plus porteurs et rémunérateurs, porte ses premiers fruits

Déception confirmée sur les résultats semestriels

Chiffre d’affaires : 7, 4 milliards d’euros (+13,7%)

Résultat d’exploitation : 540 millions d’euros (7,3% du chiffre d’affaires1)

Résultat net : 235 millions d’euros (3,2% du chiffre d’affaires)

Le Groupe a amélioré au premier semestre un certain nombre d’éléments fondamentaux. Même si l’environnement du second semestre sera moins porteur et plus incertain, les objectifs de progrès du Groupe seront poursuivis.

Ainsi qu’il l’avait annoncé en juillet, le Groupe publie aujourd’hui des résultats semestriels en recul, qui ne reflètent toutefois pas complètement les avancées réalisées dans la stratégie d’amélioration de la compétitivité.

Trois facteurs principaux sont à l’origine de ce recul :

un effet stocks : l’augmentation bien maîtrisée du stock de produits finis du 1er semestre 2000, hors variations monétaires, est très inférieure à celle, trop forte, de la même période de l’an passé.

un effet différencié des variations monétaires : la hausse de 12% du dollar par rapport à l’euro, ainsi que celle d’autres monnaies, a accru le chiffre d’affaires de près de 380 millions d’euros, tandis que l’impact positif sur le résultat d’exploitation n’excède pas 14 millions d’euros. Cet impact différencié s’explique notamment par la rentabilité moindre aux Etats-Unis et au Japon.

Une hausse des matières premières qui n’a pas été répercutée dans les prix de vente.

La dépréciation de l’euro a en particulier fortement pénalisé le coût des matières premières en Europe, lequel s’est accru de près de 15% pour le 1er semestre.

L’analyse par ligne de produit met en évidence les réalisations tangibles de la stratégie de croissance ciblée que le Groupe déploie depuis 1999.

Même si les ventes de juin qui représente traditionnellement une part importante du résultat du 1er semestre ont été inférieures aux prévisions du Groupe, les bonnes performances commerciales globales sur le semestre ont permis de compenser pour partie les facteurs de recul.

En tourisme camionnette, les ventes ont connu une croissance de 5,7%, largement supérieure à celle des marchés, à l’exception de l’Asie et notamment du marché du remplacement au Japon. La croissance a été spectaculaire sur les segments à forte valeur ajoutée comme les pneus très haute performance, indice VZ (+ 23% au niveau mondial) ou 4×4.

L’événement marquant du semestre a été la signature avec Goodyear d’accords pour le développement, le service et la promotion conjoints de Pax System ainsi que la recherche dans le domaine des systèmes de roulage à plat.

En Amérique du Nord, le Groupe a obtenu des gains de parts de marché significatifs, notamment sur les marchés performance et 4×4, tout en poursuivant l’amélioration de la disponibilité de ses produits.

Cette amélioration est également vraie en Europe où les gains de parts de marché sont particulièrement importants sur le marché de la très haute performance (pneus à indice VZ) sur lequel les ventes du Groupe augmentent de 39%, alors que le marché croît de 11%. Les ventes à la marque BF Goodrich ont cru de 20%, y compris sur les segments à forte valeur ajoutée.

Enfin, en Amérique du Sud, et plus particulièrement au Brésil, l’effort de pénétration du marché du remplacement a permis au Groupe d’atteindre fin juin près de 10% du marché brésilien, dont il était quasiment absent il y a 3 ans.

en poids lourd , les ventes ont augmenté de 8,9 %, sous l’effet notamment d’une croissance de 11,5 % des volumes vendus en première monte.

En Amérique du Nord, les gains de parts de marché sont significatifs et le Groupe a accru sa présence en rechapage. Sur ce continent, comme en Europe, il a poursuivi sa stratégie de développement de nouveaux services permettant d’avoir une offre produits services adaptée à la demande de ses clients.

En Amérique du Sud comme en Asie, le Groupe a également enregistré de belles progressions.

Pour les autres lignes produits, il faut signaler la croissance toujours soutenue des ventes du Groupe dans le domaine des pneus géants pour engins miniers, notamment en Amérique du Nord et du Sud, en dépit d’une conjoncture défavorable.

Dans le domaine de la liaison au sol, afin de pouvoir accompagner ses clients au niveau mondial, le Groupe a conclu en mars un accord de joint venture avec le groupe allemand Woco dans les anti-vibratoires.

La hausse de 13,7% du chiffre d’affaires résulte de la combinaison des facteurs suivants :

Facteur Variation par rapport au
1er semestre 1999
Variations monétaires + 5,9%
Volume + 7,5%
Prix mix – 1,7%
Périmètre + 1,6%

Les comptes du 1er semestre 2000 sont présentés conformément aux modifications introduites dans la réglementation comptable par le règlement 99-02 du Comité de la Réglementation Comptable français. De ce fait, les méthodes d’évaluation du Groupe ne présentent plus de différences significatives par rapport aux normes internationales.

Le résultat d’exploitation se monte à 540 millions d’euros contre 596 millions d’euros, pro forma, pour le 1er semestre 1999. Il représente 7,3% du chiffre d’affaires, contre 9,2% (pro forma2) pour la période comparable de 1999.

Le résultat net s’établit à 235 millions d’euros, dont 210 millions d’euros pour la part du Groupe. En recul de 27,7%, il s’entend après :

une charge financière nette de 149 millions d’euros, en hausse de 65% du fait de l’accroissement des taux d’intérêt et de l’endettement du Groupe sur la période ;

une charge d’impôt de 137 millions d’euros.

Le bénéfice net par action ressort à 1,56 euro, au lieu de 2,15 euros pour le 1er semestre 1999.

– 0 –

Perspectives pour le second semestre

” Dans un environnement moins porteur et plus incertain sur le second semestre, le Groupe entend tirer parti des opportunités réelles qui s’offrent à lui et des atouts qui sont les siens. Michelin poursuit sa stratégie de croissance mondiale, profitable et durable, ciblée sur les marchés les plus dynamiques et les plus rémunérateurs ” a commenté Monsieur Edouard Michelin.

Bien qu’ayant démarré lentement, le second semestre bénéficiera grâce aux ventes de pneus hiver d’une saisonnalité plus favorable qu’au premier. De surcroît, l’effet cumulé des améliorations de productivité et des gains de parts de marché sera sensible. Les succès rencontrés par le Groupe au premier semestre en tourisme haut de gamme comme en poids lourd ou en génie civil confortent Michelin dans sa détermination à renforcer sa compétitivité sur le continent européen et à poursuivre sa progression en Amérique du Nord et du Sud, ainsi qu’en Asie.

Le Groupe a envisagé deux scénarii, l’un dans une conjoncture favorable, l’autre dans une conjoncture dégradée. Dans le premier cas, la marge d’exploitation du second semestre serait de 9%, et dans le deuxième, elle serait de 7,3%3.

” Quel que soit le scénario qui prévaudra, la conjoncture s’annonce nettement moins favorable que celle que nous avions envisagée en début d’année : les marchés seront plus contrastés au second semestre, notamment en poids lourd en Amérique du Nord ; les matières premières seront en hausse par rapport à notre hypothèse initiale et nous continuerons de subir l’effet mécanique négatif sur notre marge d’exploitation de la faiblesse de l’euro par rapport au dollar.

Le Groupe bénéficiera cependant des gains de productivité et de parts de marché obtenus au 1er semestre et de la poursuite de sa stratégie de croissance. Nous maintenons l’objectif volontariste annoncé en mars d’une marge d’exploitation supérieure à 10% dans un horizon de 5 ans ” a ajouté Monsieur Edouard Michelin.

– 0 –

Le chiffre d’affaires du 3ème trimestre 2000 sera publié le 25 octobre. Les résultats de l’exercice 2000 seront annoncés le 27 février 2001.

Contacts :

Presse
Nancy BANKS
Tél. : 04 73 32 15 37
Fax : 04 73 32 78 28
E-mail : [email protected]

www.michelin.com
Analystes financiers et investisseurs
Eric LE CORRE
Tél : 01 45 66 10 04 / 04 73 32 77 92
Fax : 01 45 66 13 19 / 04 73 32 27 16
E-mail : [email protected]

www.michelin.com

——————————————————————————–

ANNEXE

Principaux éléments consolidés

Compte de résultat consolidé

En millions d’euros En millions de francs
1er semestre 2000 1er semestre 1999
pro forma
1er semestre 2000 1er semestre 1999
pro forma

Chiffre d’affaires net
7 377 6 488 48 387 44 395
Résultat d’exploitation
540 596 3 542 3 909
Marge d’exploitation
7,3% 9,2% 7,3% 9,2%
Résultat financier
(149) (90) (974) (591)
Résultat courant
392 506 2 568 3 318
Résultat exceptionnel
(3) (3) (17) (21)
Impôts sur les bénéfices
(137) (168) (900) (1 104)
Quote-part dans les résultats des sociétés mises en équivalence
1 1 9 9
Dotation aux amortissements des écarts d’acquisition
(18) (10) (116) (68)
Résultat net
235 325 1 544 2 135
Dont part du Groupe
210 296 1 375 1 944
Part des intérêts minoritaires
26 29 169 191
Résultat net par action
1,56 2,15 10,23 14,10
Capacité d’autofinancement
729 796 4 781 5 221

Bilan consolidé

Eléments de bilan
En millions d’euros
En millions de francs

30 juin 2000 31 décembre 1999
pro forma 30 juin 2000 31 décembre 1999
pro forma
Ensemble consolidé
3 949 3 838 25 905 25 177
Endettement financier net
4 920 4 330

Nombre de titres composant le capital
134 715 873 134 715 873 134 715 873 134 715 873

——————————————————————————–

1 – 7,5% pro format avant prise en compte des effets du passage aux normes internationales

2 – Voir annexe sur les principaux éléments consolidés

3 – Les marges sont calculées en nouvelles normes

Pierre Perrin-Monlouis
Pierre Perrin-Monlouis
Fondateur de Rente et Patrimoine (cabinet de gestion de patrimoine), Pierre Perrin-Monlouis est un analyste et trader pour compte propre. Il vous fait profiter de son expérience en trading grâce à ses analyses financières et décrypte pour vous les actualités des marchés. Son approche globale des marchés combine à la fois l'analyse technique et l'analyse fondamentale sur l'ensemble des marchés : crypto, forex, actions et matières premières.
ARTICLES SIMILAIRES