EduBourseActualitésTechnip : conférence de presse de M. Valot du 27 mars 2001

Technip : conférence de presse de M. Valot du 27 mars 2001

Sur un marché encore peu porteur, TECHNIP a enregistré des résultats en forte croissance en 2000 et démontré une nouvelle fois sa capacité à résister aux fluctuations du marché des services pétroliers. Les comptes consolidés pour l’année écoulée font apparaître un résultat opérationnel de 183 millions d’euros, représentant 6,1% du chiffre d’affaires, et un résultat net part du groupe (avant amortissement des écarts d’acquisition) de 241 millions d’euros, en hausse de 32,3% par rapport à 1999. Après amortissement des écarts d’acquisition, la hausse du résultat net ressort à 24,1%, en croissance pour la huitième année consécutive. Le Groupe est d’ailleurs l’un des rares acteurs de sa profession à avoir continûment augmenté son chiffre d’affaires et son résultat par action (+ 19,5% en 2000) au cours de ces dernières années.

La répartition du chiffre d’affaires et plus encore celle du carnet de commandes pour l’année font ressortir une nette progression de l’activité liée à la production de pétrole et de gaz. Celle-ci représente 38 % du backlog au 31/12/00 (contre 24% au 31/12/99) et 43% des commandes prises pendant l’année. Cette croissance, qui s’inscrit dans la ligne stratégique fixée un an auparavant, est d’autant plus remarquable que les investissements ont repris très lentement après la chute du prix du pétrole en 1998 et les méga-fusions intervenues dans l’industrie pétrolière. TECHNIP a remporté ses plus gros contrats clé en main dans l’amont: le développement d’un champ offshore de gaz dans la zone commune d’exploitation entre la Malaisie et la Thaïlande et un projet onshore concernant une usine de traitement de gaz à Haradh en Arabie Saoudite.

Dans le secteur spécifique de l’offshore, TECHNIP a considérablement renforcé ses positions, en prenant une participation de près de 30% dans le capital de COFLEXIP STENA OFFSHORE (CSO), le leader mondial des technologies et travaux sous-marins, et en nouant avec ce groupe une alliance stratégique élargie à la Division Mer Profonde d’AKER Maritime, reprise par CSO en janvier 2001. Après deux premiers succès obtenus en Thaïlande et en Angola, TECHNIP et CSO suivent aujourd’hui ensemble une dizaine de projets majeurs dans le monde, représentant au total environ 3 milliards de dollars.

Dans le secteur du raffinage, qui a représenté 32% du chiffre d’affaires, en repli par rapport au pic de 40% de l’année précédente, l’activité a été soutenue par la réalisation de grands contrats clé en main en voie d’achèvement comme la raffinerie MIDOR en Egypte, les complexes de traitement des bruts extra-lourds de l’Orénoque au Venezuela et les unités de raffinage au Turkménistan. TECHNIP a remporté un contrat important pour l’extension d’une raffinerie à Curaçao aux Antilles Néerlandaises ainsi que plusieurs contrats de taille moyenne en Europe du sud, principalement liés au durcissement des normes environnementales.

Avec 23% du chiffre d’affaires (contre 17% en 1999) et près du tiers du carnet de commandes au 31/12/00, la pétrochimie occupe une part croissante de l’activité du Groupe, notamment grâce à la percée réalisée par TECHNIP dans le secteur clé des vapocraqueurs d’éthylène. TECHNIP a réalisé plusieurs projets d’extension et de modernisation d’unités d’éthylène en Europe, aux Etats-Unis et au Moyen-Orient et a remporté récemment les contrats pour la conception et la réalisation des vapocraqueurs de très grande capacité des 9ème et 10ème complexes en Iran, qui mettront en ouvre les technologies, les fours et procédés de TECHNIP pour la production d’éthylène. En aval de l’éthylène, dans le segment des polyoléfines, TECHNIP a mené à bien plusieurs grands projets en Europe (Ecosse, Pays-Bas, Allemagne) et a renouvelé son carnet de commandes auprès de grands groupes tels que BP, DSM et SOLVAY. Le partenariat technologique entre TECHNIP et BP s’est concrétisé par des accords donnant à TECHNIP l’exclusivité de l’ingénierie liée aux technologies BP pour la production de polyéthylène, de polypropylène et de PTA.

Dans le domaine des “industries”, l’événement majeur est l’acquisition de 50% du capital de KREBS-SPEICHIM auprès d’une filiale de COGEMA, qui assure à TECHNIP le contrôle à 100 % de ce pôle leader de la chimie. L’intégration de KREBS-SPEICHIM dans l’organisation du Groupe a été réalisée au travers de deux lignes de produits à compétence mondiale: “Chimie/engrais” et “Sciences de la vie”. Dans les autres secteurs industriels, TECHNIP a remporté des projets importants auprès de grands groupes industriels comme EADS Airbus (usine d’assemblage de l’A380), Messier-Bugatti (disques carbone pour freins), Atmel Corp (composants électroniques pour cartes à puce) et a poursuivi le développement de son activité dans le secteur de la génération électrique.

Que ce soit en termes de chiffres d’affaires, de backlog ou de prises de commandes, le Moyen-Orient représente environ un tiers des activités de TECHNIP en 2000 et constitue sa première zone d’intervention, suivi par l’Europe (19% du CA et de la prise de commandes) et par l’Extrême-Orient (12% du CA, 21% du backlog et 23% des prises de commandes). On observe que les Amériques ont progressé significativement dans les prises de commandes, passant de 11% en 1999 à 16% en 2000, grâce aux activités de TECHNIP USA aux Etats-Unis.

Au-delà de ses compétences en management de grands projets, TECHNIP a affirmé son expertise technologique à travers les succès obtenus grâce à ses technologies propriétaires, dans l’offshore (installation de la plate-forme TPG 500 d’Elgin Franklin, qualification de la TPG 3300), dans le secteur des vapocraqueurs et des fours d’éthylène ainsi que dans ceux de l’hydrogène et du soufre. Les alliances et partenariats avec des leaders technologiques comme BP, DOW et Air Products ont également contribué à renforcer les positions technologiques et commerciales de TECHNIP dans des secteurs en croissance.

Avec une prise de commandes globalement en hausse de 22% par rapport à l’année 1999 et alors que la plupart des marchés de TECHNIP apparaissent mieux orientés en 2001, le Groupe est dans une excellente position pour bénéficier pleinement du rebond attendu des investissements non seulement dans les secteurs pétrolier et gazier, mais également dans d’autres industries (centrales électriques, pharmacie, chimie, engrais). Il devrait prendre notamment une part significative dans les projets destinés à valoriser les ressources gazières du Moyen-Orient ainsi que les découvertes pétrolières dans l’offshore profond.

TECHNIP, dont le Conseil d’Administration a proposé de porter le dividende à 3,3 euros par action (+10%), confirme son objectif de croissance de 65% du résultat net récurrent par action entre 1998 et 2001.

*****

Avec un effectif de l’ordre de 10 000 personnes et un chiffre d’affaires annuel proche de 3milliards d’euros, TECHNIP se classe parmi les 5 leaders mondiaux de l’ingénierie et de la construction dans le domaine des installations pétrolières et pétrochimiques. TECHNIP a une longue expérience du management de très grands projets et développe également ses activités dans d’autres secteurs ciblés comme les sciences de la vie, la génération électrique, le ciment, l’électronique et les bâtiments et aménagements tertiaires. Le Groupe TECHNIP, dont le siège et principal centre d’activités est situé à Paris, dispose également de centres d’ingénierie importants en Italie, en Allemagne, aux Etats-Unis, aux Pays-Bas, à Abu Dhabi et en Malaysia.

*****

Le site Web du Groupe TECHNIP est accessible à l’adresse suivante: http://www.technip.com

TECHNIP
Relations Presse : Sylvie Hallemans
01 47 78 34 85
E-mail : [email protected]

TECHNIP
Relations Investisseurs : Patrick Picard
01 47 78 30 86
E-mail : [email protected]

Pierre Perrin-Monlouis
Pierre Perrin-Monlouis
Fondateur de Rente et Patrimoine (cabinet de gestion de patrimoine), Pierre Perrin-Monlouis est un analyste et trader pour compte propre. Il vous fait profiter de son expérience en trading grâce à ses analyses financières et décrypte pour vous les actualités des marchés. Son approche globale des marchés combine à la fois l'analyse technique et l'analyse fondamentale sur l'ensemble des marchés : crypto, forex, actions et matières premières.
ARTICLES SIMILAIRES