EduBourseActualitésDexia - Croissance régulière et continue du résultat au 1er semestre 2000

Dexia – Croissance régulière et continue du résultat au 1er semestre 2000

DEXIA : CROISSANCE RÉGULIÈRE ET CONTINUE DU RÉSULTAT AU 1ER SEMESTRE 2000

RÉSULTAT NET (PART DU GROUPE): EUR 514 MILLIONS EN AUGMENTATION DE 19,3%;
BÉNÉFICE PAR ACTION: EUR 6,50 EN AUGMENTATION DE 16,7%;
RENTABILITÉ DES FONDS PROPRES: 18,8% AU 1ER SEMESTRE 2000 (15,7% EN 1999).

UNE DEUXIÈME GRANDE AMBITION : LE TOP-5 EUROPEEN EN GESTION FINANCIÈRE.

I-Les résultats consolidés

En millions d”EUR 30/06/99 30/06/00 Evolution
Juin 2000
Juin 1999

Produit net bancaire 1610 1900 18,0%

Charges d”exploitation (790) (967) 22,4%

Résultat brut d”exploitation 820 933 13,8%

Corrections de valeur et provisions (89) (107) 20,2%
Impôts (304) (307) 1,0%
Résultat net des entreprises mises en équivalence 12 20 66,7%
Résultat net 439 539 22,8%

Part des tiers (8) (25) 212,5%
Résultat net part du groupe 431 514 19,3%

(1) Comptes pro forma pour 1999.

Il convient de noter que FSA et Labouchère, dont les acquisitions ont été annoncées au premier semestre 2000, n’entreront dans le périmètre de consolidation du groupe qu’au second semestre 2000 et contribueront aux résultats pour la totalité de ce semestre.

1- Le produit net bancaire

Le produit net bancaire s’élève à EUR 1.900 millions au 30 juin 2000 contre EUR 1.610 millions en juin 1999 et progresse ainsi de 18,0% (et de 14,9% hors effets de changement de périmètre).

Les revenus net d’intérêts représentent près de la moitié du produit net bancaire. Dans les autres revenus, les commissions nettes augmentent de 49,5% à EUR 447 millions grâce à une activité très soutenue dans la gestion d’actifs et l’administration de fonds, ainsi que dans le placement, par le réseau Retail, de produits et services financiers à forte valeur ajoutée (OPCVM et services boursiers majoritairement). A périmètre constant, la croissance aurait été de 42,1%.

2- Les frais généraux

Fin juin 2000, les coûts d’exploitation s’établissent à EUR 967 millions, soit une hausse de 22,4% par rapport au 30 juin 1999 (et de 18,9% hors effet du changement de périmètre).

Ce poste intègre des charges à caractère non récurrent, enregistrées en totalité sur le premier semestre, pour EUR 76 millions (EUR 66 millions provenant des opérations de croissance externe du groupe en 2000 à comparer à une charge de même nature de EUR 10,5 millions au premier semestre 1999 ; EUR 10 millions provenant d’un ajustement apporté à la réserve du fonds de pension de Dexia-BIL). En faisant abstraction de ces charges et à périmètre comparable, la croissance des frais généraux aurait été de 10,7%.

Les frais de personnel augmentent de 18,3% (et de 13,9 % à périmètre comparable) pour s’établir à EUR 382 millions, et ils représentent 40% des charges totales d’exploitation contre 41% un an auparavant. Ce chiffre intègre une charge non récurrente de EUR 10 millions au titre de l’actualisation des tables de mortalité du fonds de pension de Dexia-BIL.

Le coefficient d’exploitation, (rapport entre les charges d’exploitation et le produit net bancaire), s’est établi à 50,9%, (54,4% en 1999). Il se situe parmi les meilleurs de la profession.

3- Le résultat brut d’exploitation a progressé de 13,8% pour s’établir à EUR 933 millions au 30 juin 2000 contre EUR 820 millions l’année précédente.

4- Les corrections de valeur, provisions et impôts ont globalement augmenté de 20,2% pour s’établir à EUR 107 millions au 30 juin 2000.

· Les corrections de valeur et provisions pour créances et opérations hors bilan se sont élevées à EUR 33 millions au premier semestre 2000, en augmentation de EUR 10 millions. Malgré celle-ci, la charge nette du risque reste d’un niveau très bas à 0,02 % de l’encours clientèle au bilan et hors bilan, le taux de charge restant au même niveau qu’en 1999, à 0,02%, ce qui se compare très favorablement à la moyenne du secteur bancaire.

· La dotation au Fonds pour Risques Bancaires Généraux (FRBG) augmente sensiblement pour s’établir à EUR 79 millions dans la continuité de l’ approche conservatrice qui caractérise le groupe au plan du maintien de son ratio de fonds propres durs à un niveau élevé, et en relation avec les plus values dégagées au cours du semestre.

· La charge d’impôts, qui comporte également les impôts différés, reste quasiment stable à EUR 307 millions, la hausse du résultat étant compensée par la baisse du taux effectif d’imposition du groupe.

5- Le résultat des entreprises mises en équivalence (net des amortissement d’écarts de consolidation) s’élève à EUR 20 millions, en hausse de 66,7% essentiellement sous l’effet de l’entrée dans le périmètre de consolidation du Crédit du Nord.

6- Le résultat net du semestre atteint EUR 539 millions, en hausse de 22,8% par rapport à celui du 1er semestre 1999.

La part du groupe dans le résultat net s’élève à EUR 514 millions, ce qui correspond à une progression de 19,3% de période à période.

Le bénéfice par action ressort à EUR 6,50, en augmentation de 16,7%.

7- Une progression sensible des résultats de chacun des métiers du groupe

Chaque ligne de métier a progressé de manière substantielle au cours du premier semestre 2000, contribuant par là-même au bon équilibre du résultat d’ensemble du groupe :

– le financement de l’équipement collectif affiche une contribution au résultat net après impôt et avant FRBG de EUR 208 millions, en croissance de 11%. Ce métier reste le premier contributeur aux résultats de Dexia dont il représente 34% ; sa rentabilité sur fonds propres économiques augmente, à 20,1% par an. Devenu leader mondial dans cette activité, l’extension géographique de ses implantations permet à Dexia de maintenir un rythme élevé d’activité sur ce métier ;
– la banque commerciale de proximité enregistre une performance de EUR 149 millions, soit une augmentation de 16% et contribue pour 24% au résultat du groupe, grâce notamment au succès de son activité de bancassurance en Belgique et à la vente de produits d’épargne. Sa rentabilité sur fonds propres économiques augmente: 20,4% l’an;

– la banque privée, gestion d’actifs et administration de fonds d’investissement affiche EUR 149 millions de résultat, en croissance de 83%. Ce métier représente 24% du résultat de Dexia ; sa rentabilité sur fonds propres économiques est de 62,7% par an. Pour l’essentiel, cette croissance est due au développement interne de ce métier, qui se maintient depuis plusieurs années à un niveau élevé;

– dans le secteur des marchés de capitaux, activité indissociable de l’exercice des différents métiers commerciaux, le résultat est de EUR 61 millions, en recul par rapport à 1999, du fait d’une moindre allocation de capitaux propres à cette activité, permettant ainsi une augmentation de la rentabilité de cette activité.

8- La rentabilité des fonds propres (ROE), calculée comme le rapport entre le résultat net annualisé et la moyenne des fonds propres (hors fonds pour risques bancaires généraux) a atteint 18,8% au 1er semestre 2000 contre 18,2% au 1er semestre1999 et 15,7% pour l’année entière (comptes consolidés pro forma).

Si le goodwill relatif à l’offre publique d’échange sur les actions de Dexia-Banque Internationale à Luxembourg était porté à l’actif du bilan et amorti sur 20 ans, le ROE s’élèverait à 16,3% au lieu de 18,8%.

II- Un engagement sur des résultats

Confiant dans la bonne visibilité et le développement de ses métiers, Dexia s’est fixé trois objectifs, quantifiés à un horizon de cinq ans :

– faire croître les revenus plus rapidement que les frais généraux conduisant à un coefficient d’exploitation inférieur à 50% ;

– dégager une rentabilité des fonds propres en moyenne autour de 20% ;

– doubler le bénéfice par action d’ici 6 ans, ce qui correspond à une croissance d’au moins 12% par an en moyenne.

III- Une deuxième grande ambition : la gestion financière

Dexia s’affirme comme un groupe bancaire présentant le meilleur rapport risque/rentabilité, et apte à dégager des résultats en croissance forte et régulière.

Grâce aux deux acquisitions de FSA aux Etats-Unis et de Labouchère aux Pays-Bas, le groupe Dexia a changé d’échelle.

Après avoir pris en un temps record la position de leader mondial dans le domaine du « public finance », le groupe peut maintenant se fixer une deuxième ambition, rendue possible par la position déjà très forte et le potentiel commercial de ses différentes entités : figurer, dans le domaine de la gestion financière (collecte de l’épargne, gestion patrimoniale privée, gestion institutionnelle, collective et administrative), dans les cinq premiers groupes bancaires de l’Euroland en termes de résultats d’ici cinq ans.

IV- Des perspectives très favorables pour les résultats annuels 2000

Le second semestre s’est ouvert sous de bons auspices pour Dexia. Les acquisitions annoncées en mai – Financial Security Assurance aux Etats-Unis et Banque Labouchère aux Pays-Bas – ont été concrétisées au cours de l’été.

Le résultat pour l’exercice 2000 devrait croître d’au moins 25 à 30% par rapport à celui de 1999 (EUR 761 millions).

Pierre Perrin-Monlouis
Pierre Perrin-Monlouis
Fondateur de Rente et Patrimoine (cabinet de gestion de patrimoine), Pierre Perrin-Monlouis est un analyste et trader pour compte propre. Il vous fait profiter de son expérience en trading grâce à ses analyses financières et décrypte pour vous les actualités des marchés. Son approche globale des marchés combine à la fois l'analyse technique et l'analyse fondamentale sur l'ensemble des marchés : crypto, forex, actions et matières premières.
ARTICLES SIMILAIRES