EduBourseActualitésNotes pays @rating : Les notes de la Pologne, de la Malaisie,...

Notes pays @rating : Les notes de la Pologne, de la Malaisie, d’Israël, de la Tunisie et du Liban sont revues

La Coface revoit la note pays @rating de la Pologne, les notes de la Malaisie et d’Israël sont mises sous surveillance avec implication négative, les notes de la Tunisie et du Liban sont mises sous surveillance avec implication positive.

Il est rappelé que la note pays @rating attribuée par la Coface mesure le niveau moyen de risque d’impayé présenté par les entreprises d’un pays. Elle indique dans quelle mesure un engagement financier d’une entreprise du pays concerné est influencé par les perspectives économiques, financières et politiques du pays. Cependant, les opérateurs du commerce international savent qu’il peut y avoir de bonnes entreprises dans de mauvais pays, et de mauvaises entreprises dans de bons pays ; et que le risque global est fonction tout à la fois des spécificités de l’entreprise, et de celles du pays dans lequel elle opère. La notation pays @rating complète donc tout naturellement la notation entreprise @rating, en permettant de mieux apprécier globalement le risque d’une opération.

La Coface suit en permanence 140 pays au travers d’une série d’indicateurs permettant d’apprécier les facteurs politiques, le risque de pénurie de devises, la capacité de l’Etat à faire face à ses engagements vis-à-vis de l’étranger, le risque de dévaluation suite à des retraits brutaux de capitaux, le risque de crise systémique du secteur bancaire, le risque de conjoncture et le comportement de paiement des opérations payables à court terme (voir annexe “Méthodologie de la notation pays”). Ces notes sont actualisées en permanence. Elles sont consultables gratuitement sur le site www.cofacerating.com

Contact presse : Christine Altuzarra
( 33 (0)1 49 02 16 29
[email protected]
Tous nos communiqués, publications et informations financières sur le Groupe Coface sont disponibles sur Internet : http://www.coface.com.

Noté AA par Fitch IBCA, le Groupe Coface est n°1 mondial de l’assurance-crédit export, n°1 des notations garanties avec @rating, (cofacerating.com), le label qui fiabilise les entreprises pour toutes leurs transactions, en commerce électronique ou classique, n°1 français de l’information commerciale et gestionnaire des garanties publiques françaises à l’exportation. Il est coté sur le Premier marché de la Bourse de Paris et participe aux SBF 120 et Euronext 150.
Partout dans le monde, le Groupe Coface facilite, par ses services et ses garanties, le développement du commerce entre les entreprises. Il propose à ses 70.000 clients dans 75 pays des solutions combinant les savoir-faire du Groupe : assurance-crédit domestique et internationale, assurance investissement, prospection et information commerciale, gestion et recouvrement de créances. Il met à leur disposition deux réseaux mondiaux : CreditAlliance et InfoAlliance, structurés autour d’une gestion partagée des risques de crédit (le Système Risque Commun) et des produits communs.
le 29 mars 2001

POLOGNE : déclassement de A3 en A4

Le déclassement de la note de la Pologne fait suite à une mise sous surveillance, avec implication négative, en raison d’une dégradation des comportements de paiement des entreprises. Ce déclassement est motivé par la poursuite de cette détérioration, qui est liée à la forte mortalité des entreprises, de création récente notamment, ainsi qu’à la pression de la concurrence étrangère, tant sur les marchés d’exportation que sur le marché domestique. Le secteur de la distribution, mis à mal par le fort développement des enseignes internationales de grande distribution, ainsi que le textile, l’agroalimentaire, la sidérurgie et l’automobile sont particulièrement vulnérables. A cela s’ajoute un ralentissement prévisible de la croissance, avec un rythme annuel ramené à un taux de l’ordre de 3,5%, qui devrait influer défavorablement sur la solvabilité des entreprises locales. Enfin, la persistance d’un important déficit extérieur constitue toujours un facteur de fragilité qui rend le pays vulnérable à un mouvement de défiance des marchés de capitaux qui pourrait entraîner une forte dépréciation de la devise.

ISRAEL

Note A2 mise sous surveillance avec implication négative en raison d’un fort ralentissement de l’économie dû aux conséquences de la nouvelle Intifada depuis la fin septembre 2000 sur le tourisme et la construction, et à la baisse du secteur de hautes technologies qui a été un vecteur de très forte croissance en 2000, mais qui subit directement le contrecoup de l’atterrissage de l’économie américaine. Si cette tendance perdurait cela pourrait affecter le comportement de paiement des entreprises.

MALAISIE

Note A2 mise sous surveillance avec implication négative, en raison de la dégradation récente des comportements de paiement des entreprises, susceptible de s’accentuer dans les prochains mois. La Malaisie est très dépendante des exportations, elles-mêmes étroitement liées à la conjoncture américaine et au cycle de l’électronique. Un prix du pétrole moins élevé qu’en 2000 et la poursuite de l’effondrement des cours de l’huile de palme pourraient aussi contribuer à la détérioration de la situation économique.
Il est nécessaire que la consommation interne puisse rapidement prendre le relais des ventes à l’étranger et de la demande publique. Les entreprises sont souvent vulnérables en cas de retournement brutal de la conjoncture en raison de l’importance de l’endettement.
Toutefois les besoins de financement de l’Etat et des entreprises sont largement couverts grâce à l’épargne intérieure et la position financière externe reste très satisfaisante. L’assainissement du secteur bancaire est bien avancé et une crise financière est peu probable.

TUNISIE

Note A4 mise sous surveillance avec implication positive en raison d’une diminution des retards de paiement enregistrés sur les entreprises. Cette tendance pourrait se confirmer si les prévisions de croissance pour cette année se réalisent grâce à la poursuite de la modernisation de l’industrie dans le cadre de la politique de mise à niveau de l’économie tunisienne. Celle-ci devrait entraîner une reprise de l’investissement et relancer la consommation privée grâce à une progression des revenus. Par ailleurs, si le pays retrouve des conditions climatiques normales, après une période de sécheresse, l’augmentation de la production agricole devrait aussi favoriser la croissance.

LIBAN

Note C mise sous surveillance avec implication positive, au vu d’une légère amélioration du comportement de paiement des entreprises qui devrait se confirmer dans les mois qui viennent si la reprise de la croissance s’accélère. En effet, l’allègement du service de la dette publique rendu possible grâce à la mobilisation de la Communauté Internationale et l’accélération du programme de privatisations devraient permettre de réduire le besoin de financement de l’Etat. Dans ce contexte, le financement du secteur privé devrait être facilité et son coût moins élevé, ce qui devrait favoriser l’investissement et la reprise de l’activité.

Méthodologie de la notation pays

Une note synthétique est attribuée à chacun des 140 pays suivis sur la base de 7 familles de risques. De façon similaire aux agences de notation, les notes sont classées en 7 niveaux s’échelonnant de A1 à A4 pour les risques « investissement » et B,C,D pour les risques « spéculatif » .

Comment sont attribuées les notes pays ?
Ces notes s’appuient sur la double expertise développée par la Coface :
ðexpertise macroéconomique en matière d’appréciation des risques pays au travers d’une batterie d’indicateurs macroéconomiques,
ðexpertise microéconomique à travers le suivi sur ses bases de données de 35 millions d’entreprises dans le monde entier, et 50 ans d’expérience sur les défauts de paiement sur les flux qu’elle garantit (plus de 140 milliards d’euros de flux commerciaux par an) .

Des indicateurs regroupés en sept familles

La Coface suit en permanence sur ces 140 pays une batterie d’indicateurs, dont chacun fait l’objet d’une note individuelle. Les indicateurs sont regroupés en 7 familles. Les trois premières familles permettent d’apprécier :
– les facteurs politiques susceptibles d’interrompre les paiements ou l’exécution des contrats en cours,
– le risque de pénurie de devises résultant d’une crise de balance des paiements pouvant déboucher sur une situation de non-transfert et/ou de rééchelonnement de la dette extérieure contractée par des débiteurs publics ou privés,
– la capacité de l’Etat à faire face à ses engagements vis-à-vis de l’étranger.

Trois autres sous-ensembles d’indicateurs macro-économiques ont pour but d’estimer la probabilité de nouvelles manifestations du risque-pays à la lumière de l’expérience acquise à la suite des récentes crises de marché. Il s’agit :
– du risque de dévaluation brutale suite à des retraits brutaux de capitaux,
– du risque de crise systémique du secteur bancaire apprécié en combinant une analyse du risque d’éclatement des bulles financières et l’évaluation de la solidité du secteur bancaire.
– du risque de conjoncture reflétant le risque de ralentissement de la croissance à court terme en dehors de toute crise financière extérieure qui résulterait de l’un des risques analysés précédemment.

Enfin, le dernier sous-ensemble mesure l’expérience enregistrée sur les garanties délivrées par la Coface et ses partenaires assureurs crédit et permet d’apprécier :
– le comportement de paiement sur les opérations payables à court terme.

Où trouver la mise à jour des notes pays @rating ?

Afin de répondre au mieux aux besoins des entreprises désireuses de saisir toutes les opportunités de développement tout en se protégeant contre les risques, les notations @rating Coface sur 140 pays sont désormais accessibles et mises à jour régulièrement sur le site cofacerating.com. Leur consultation est gratuite.

Pierre Perrin-Monlouis
Pierre Perrin-Monlouis
Fondateur de Rente et Patrimoine (cabinet de gestion de patrimoine), Pierre Perrin-Monlouis est un analyste et trader pour compte propre. Il vous fait profiter de son expérience en trading grâce à ses analyses financières et décrypte pour vous les actualités des marchés. Son approche globale des marchés combine à la fois l'analyse technique et l'analyse fondamentale sur l'ensemble des marchés : crypto, forex, actions et matières premières.
ARTICLES SIMILAIRES