EduBourseActualitésLe P to P, nouveau business model pour lever des capitaux ?

Le P to P, nouveau business model pour lever des capitaux ?

L’Internet est une véritable révolution dont les impacts dans le futur sont difficilement quantifiables. Beaucoup souhaitent donc ainsi participer à ce “futur”. L’Internet comme toutes les industries subit à la puissance 1000 les effets de mode. Tous les trimestres, un nouveau “business model” qui révolutionnera le Net apparaît avec plus ou moins de succès.

A l’aube du Net, l’ensemble des acteurs ne jurait que par le B to C, le Business to Consumer. Cette phase a connu l’apparition de sites dont l’essentiel des revenus était concentré dans la publicité et le commerce en ligne. Des sites comme Clust.com ou Koobuy ont ainsi fait leur apparition. Les millions pleuvaient sur les épaules des managers pour une rentabilité escomptée pour 2017.
Avec la forte baisse du marché publicitaire sur le Net, les dotcoms se sont ensuite tournés sur le B to B. On continue toujours à vendre mais cette fois à d’autres entreprises, et le plus souvent des Net companies. Ce secteur est rapidement pris d’assaut par les acteurs traditionnels tels que la grande distribution pour les places de marché. Les sommes investies sont sans commune mesure avec les fonds levées pour les acteurs du B to C. On ne parle plus en millions d’euros, mais en dizaines de millions d’euros. Et point de salut sans le soutien d’un acteur industriel majeur.

Le Wap a sans doute été l’une des technologies dont l’on attendait beaucoup plus que ce qu’elle ne pouvait véritablement apporter. Le B to M, Business to Mobile, se développe certes mais avec un taux de croissance encore loin des prévisions parfois farfelues des analystes. L’un des premiers First Thuesday (rencontres Investisseurs / Start Up) de l’année 2000 fut le lieu étrange de démonstrations de sites Wap. Mais l’annonce de la technologie UMTS, la lenteur extrème des connexions, la faible offre proposée et la taille de l’écran ont plus que ralenti son développement.

Mais enfin un nouveau business model est arrivé en 2001. Le Peer to Peer ! Ici l’utilisateur ne se connecte plus à un serveur mais à un autre ordinateur d’un autre utilisateur. Celà vous rappelle quelque chose ? Et oui, c’est le model choisi par Napster il y a plus d’un an. Ce nouveau système permettra des gains en terme de coûts et en terme de rapidité importante. La capacité de stockage sera en effet supporté en grande partie par les utilisateurs. Mais alors même que la sécurité en ligne des sites marchands n’est pas encore acceptée par les internautes eux-mêmes, seront-ils prêts à accepter que des utilisateurs viennent se connecter sur leurs marchines ? A en croire le développement de Napster dans le monde, il est vraisemblable que oui. L’important maintenant est de rentabiliser ce nouveau business model. Rappelons que Napster est encore actuellement entièrement gratuit.

Alors le Peer to Peer véritable eldorado qui va révolutionner le Net, ou miroir aux alouettes pour capitaux risqueurs en quête de rentabilité ?

Article précédentDevoteam
Article suivantVers un style plus tendance ?
Pierre Perrin-Monlouis
Pierre Perrin-Monlouis
Fondateur de Rente et Patrimoine (cabinet de gestion de patrimoine), Pierre Perrin-Monlouis est un analyste et trader pour compte propre. Il vous fait profiter de son expérience en trading grâce à ses analyses financières et décrypte pour vous les actualités des marchés. Son approche globale des marchés combine à la fois l'analyse technique et l'analyse fondamentale sur l'ensemble des marchés : crypto, forex, actions et matières premières.
ARTICLES SIMILAIRES