EduBourseActualitésLa consommation sévèrement ébranlée par les hausses de prix: le gouvernement...

La consommation sévèrement ébranlée par les hausses de prix: le gouvernement doit agir!

L’hyperinflation des prix du carburant et du fioul domestique heurte durablement le pouvoir d’achat des salariés, et entame sérieusement le crédit du gouvernement vis-à-vis duquel on attend des initiatives pour limiter cette flambée des prix. En outre, l’augmentation des prix entraînant un recul de la consommation, provoque une baisse des recettes des taxes intérieures sur les produits pétroliers (TIPP) basée sur les volumes.

Force Ouvrière condamne l’inertie de la Commission Européenne face à ce nouveau choc pétrolier qui ne peut qu’aggraver le ralentissement économique à l’œuvre. Dans l’immédiat, elle estime que le gouvernement ne peut ignorer la difficulté pour les salariés « qui travaillent et se lèvent tôt » d’utiliser leur véhicule. Elle lui demande de mettre en oeuvre l’instauration effective de la prime de transport qui seule, peut soulager à brève échéance les budgets des ménages.

Parallèlement à la flambée du prix du pétrole, les prix des produits alimentaires ont également fortement augmenté en France depuis l’automne 2007, entamant encore un peu plus le pouvoir d’achat des salariés. La hausse a été particulièrement forte pour les produits à base de céréales et plus encore pour les produits laitiers.

Au premier trimestre de 2008, les dépenses de consommation des ménages ont nettement ralenti d’après l’Insee (0,1% après 0,6% au 4ème trimestre de 2007). Le pilier de la croissance française – à savoir la consommation – semble être durablement ébranlé par la baisse du pouvoir d’achat des salariés moyens et modestes. Pour Force Ouvrière le meilleur moyen de soutenir le pouvoir d’achat c’est d’augmenter les salaires.

Elle souligne un phénomène nouveau mais très significatif du profond malaise des ménages, celui de la baisse des ventes en grandes surfaces. En effet, selon les chiffres de la société d’études IRI, les ventes de produits alimentaires dans les grandes surfaces françaises tous circuits confondus ont stagné en volume au premier trimestre 2008. Les ménages achèteraient moins dans les hypermarchés, supermarchés et maxidiscompteurs pour leurs besoins quotidiens. Ainsi, le poids des dépenses en carburants contraint les ménages à faire des arbitrages dans leurs dépenses alimentaires.

Pour Force Ouvrière la croissance et les créations d’emplois sont en jeu. Il appartient aux pouvoirs publics d’agir et vite pour éviter le chaos économique.

Pierre Perrin-Monlouis
Pierre Perrin-Monlouis
Fondateur de Rente et Patrimoine (cabinet de gestion de patrimoine), Pierre Perrin-Monlouis est un analyste et trader pour compte propre. Il vous fait profiter de son expérience en trading grâce à ses analyses financières et décrypte pour vous les actualités des marchés. Son approche globale des marchés combine à la fois l'analyse technique et l'analyse fondamentale sur l'ensemble des marchés : crypto, forex, actions et matières premières.
ARTICLES SIMILAIRES
1200
1200