EduBourseActualitésL’opinion publique favorable à une politique de cohésion ambitieuse pour l’après-2013

L’opinion publique favorable à une politique de cohésion ambitieuse pour l’après-2013

L’Europe doit avoir une politique de cohésion forte après 2013. C’est le consensus qui se dégage d’une bonne centaine de réponses à une consultation publique organisée sur la question, comme l’a fait savoir aujourd’hui Danuta Hübner, la commissaire responsable de la politique régionale, qui s’exprimait à l’occasion de la présentation du cinquième rapport d’étape sur la cohésion économique et sociale. Ce document en deux parties contient un rapport sur les résultats d’une consultation publique ainsi qu’un bilan analytique des économies régionales, indiquant que les régions les moins développées continuent d’afficher une croissance soutenue, étayée par une réorientation vers des secteurs d’avenir.
La commissaire Danuta Hübner explique: «Les répondants ont fait savoir de manière claire qu’ils continuaient de soutenir une politique ambitieuse, instrument majeur dans la lutte contre les disparités au sein de l’Union européenne. Le rapport d’étape montre que la convergence s’appuie sur des bases solides, portée par des secteurs de croissance qui possèdent, selon nous, un potentiel énorme pour l’avenir.»

La politique de cohésion après 2013: bilan de la consultation publique

• Consensus sur la nécessité d’une politique européenne de cohésion profitable à toutes les régions de l’Union; rejet ferme de l’idée de renationalisation.

• Appel à une concentration des investissements dans les domaines prioritaires pour l’Europe, tels que l’innovation, l’éducation, le soutien aux petites et moyennes entreprises, la mise en place d’infrastructures à dimension européenne et la lutte contre le changement climatique. Appel à une orientation plus «verte» de la politique de cohésion.

• Appel à une meilleure coordination entre la politique de cohésion et les autres politiques sectorielles de l’Union européenne face aux problèmes complexes d’aujourd’hui et, dans ce contexte, appel à un renforcement par la Commission du lien entre politique de cohésion et politique de développement rural.

• Appel à une plus grande simplification de la politique de cohésion et à une association plus étroite des autorités locales et régionales.

• Perception des échanges transfrontaliers, transnationaux et interrégionaux dans le cadre de la coopération territoriale comme l’un des meilleurs exemples de la valeur ajoutée européenne créée par la politique de cohésion; appel à une augmentation des ressources en faveur de la coopération territoriale.

Contexte: La première partie du rapport d’étape fait la synthèse des contributions recueillies entre septembre 2007 et février 2008 à l’occasion d’une consultation publique lancée par la Commission sur l’avenir de la politique de cohésion. Plus de cent réponses ont été reçues des autorités nationales (17 États membres ont participé, représentant plus de 80 % de la population de l’Union européenne), des autorités régionales et locales, des partenaires économiques et sociaux, des établissements universitaires et des instituts de recherche. Ces contributions sont en cours d’analyse dans le cadre du réexamen du budget et de la réflexion sur les priorités de l’Union en matière de dépenses.

La cohésion économique et sociale: état des lieux et tendances

Les régions plus pauvres rattrapent leur retard: la seconde partie du rapport indique la persistance d’une croissance soutenue dans les régions plus pauvres. Entre 2000 et 2005, les régions relevant de l’objectif de convergence (régions dont le PIB par habitant est inférieur à 75 % de la moyenne communautaire) ont affiché une croissance du PIB par habitant 50 % plus rapide que dans le reste de l’Union. Le taux de chômage dans ces régions a également diminué de trois points de pourcentage. Ce processus est le résultat d’une réorientation vers des secteurs d’avenir, comme indiqué ci-après.
Une croissance concentrée dans les secteurs à forte intensité de connaissances: le rapport met en évidence les secteurs possédant de bonnes perspectives de croissance à moyen terme dans les régions dites «de convergence» et dans les régions relevant de l’objectif «compétitivité régionale et emploi». Il s’agit des services financiers et des services aux entreprises; du commerce, des transports et des communications; et de l’industrie manufacturière de haute et de moyenne-haute technologie. L’industrie de haute technologie se distingue comme le secteur manufacturier dans lequel l’Union européenne conserve un avantage sur la concurrence. Il inclut la fabrication d’équipements électriques et optiques, de matériel chirurgical, d’avions et d’engins spatiaux, ainsi que de produits pharmaceutiques.
La nécessité d’investir plus dans l’innovation, l’éducation et la formation: dans les régions les plus développées, la part du PIB consacrée à la recherche et au développement (R&D) est trois fois plus élevée que dans les régions de convergence, mais encore 15 % moindre qu’aux États-Unis. L’Union européenne investit aussi une part bien moins importante de son PIB dans l’enseignement supérieur (1,2 % contre 2,9 % aux États-Unis).
Le rapport d’étape est disponible à l’adresse suivante:

http://ec.europa.eu/regional_policy/sources/docoffic/official/reports/interim5_fr.htm
Pour plus d’informations à propos de la consultation publique sur l’avenir de la politique régionale, voir l’adresse suivante:

http://ec.europa.eu/regional_policy/conferences/4thcohesionforum/consultation_fr.cfm?nmenu=6

Pierre Perrin-Monlouis
Pierre Perrin-Monlouis
Fondateur de Rente et Patrimoine (cabinet de gestion de patrimoine), Pierre Perrin-Monlouis est un analyste et trader pour compte propre. Il vous fait profiter de son expérience en trading grâce à ses analyses financières et décrypte pour vous les actualités des marchés. Son approche globale des marchés combine à la fois l'analyse technique et l'analyse fondamentale sur l'ensemble des marchés : crypto, forex, actions et matières premières.
ARTICLES SIMILAIRES
1200
1200