EduBourseActualitésAir France KLM : Exercice fiscal 2008-09

Air France KLM : Exercice fiscal 2008-09

UN BON DEUXIEME TRIMESTRE DANS UN CONTEXTE PLUS DIFFICILE
�� Un chiffre d’affaires de 6,69 milliards d’euros en hausse de 3,2%
�� Un résultat d’exploitation de 405 millions d’euros en dépit d’une augmentation de 35% de la facture pétrolière
�� Un résultat net de 244 millions d’euros hors éléments non récurrents et non monétaires

UN SEMESTRE LARGEMENT BENEFICIAIRE
�� Un chiffre d’affaires en hausse de 4,4% à 12,98 milliards d’euros
�� Un résultat d’exploitation de 639 millions d’euros
�� Un résultat net de 385 millions d’euros hors éléments non récurrents et non monétaires
�� Un cash flow disponible de 173 millions d’euros

OBJECTIF D’UN RESULTAT D’EXPLOITATION NETTEMENT POSITIF POUR L’EXERCICE EN COURS

Le Conseil d’administration de la société Air France-KLM, réuni le 19 novembre 2008 sous la présidence de Jean-Cyril Spinetta, a examiné les comptes du premier semestre 2008-09.
Commentant les résultats, le Président a dit :” L’activité du premier semestre a très bien résisté dans un contexte plus difficile marqué par les premiers signes de ralentissement économique et une nouvelle envolée du prix du pétrole. Le trafic a été positif et les recettes unitaires bien orientées. Nous avons enregistré une croissance de notre chiffre d’affaires de plus de 4% alors même que cette croissance a été limitée par l’appréciation de l’euro par rapport aux autres monnaies. La très forte hausse du prix du pétrole a été en partie compensée par l’efficacité de notre politique de couverture mais elle se traduit quand même par une augmentation d’environ 700 millions d’euros de notre facture carburant qui s’est élevée à près de 3 milliards d’euros. Malgré cet environnement défavorable, le groupe a dégagé un résultat d’exploitation de 639 millions d’euros au semestre et de 405 millions d’euros au second trimestre, le meilleur en Europe tant en résultat qu’en marge.” Il a conclu en ajoutant : ” La dégradation de l’économie s’est accélérée depuis la fin de l’été. Grâce à notre flexibilité nous avons ajusté rapidement nos capacités, ce qui nous a permis et nous permettra de maintenir des coefficients de remplissage élevés. Par ailleurs, la mise en oeuvre d’un plan d’économies complémentaires de 260 millions d’euros nous permettra de stabiliser nos coûts et de protéger notre rentabilité. Le groupe s’est d’ores et déjà mobilisé pour jouer tous ses atouts et je suis convaincu qu’il ressortira renforcé de cette crise.”

Chiffres clés

airfrance20112008-1.jpg

Un bon deuxième trimestre dans un contexte plus difficile
L’activité au cours du second trimestre est marquée par le ralentissement économique et par la très forte hausse du prix du pétrole et la faiblesse du dollar. L’activité passage résiste bien avec un trafic en hausse de 1,7% pour des capacités en augmentation de 3,6% (+1,8% et +3,8% respectivement après consolidation de VLM). Le coefficient d’occupation reste très élevé à 83,0%, en retrait de 1,6 point. Les recettes unitaires hors change sont bien orientées. L’activité cargo connaît un ralentissement depuis l’été compensé par une nouvelle augmentation de la recette unitaire. En revanche, la très forte hausse du prix du pétrole a pesé sur la rentabilité du trimestre. Cependant, toutes les activités ont contribué positivement au résultat d’exploitation.

Le chiffre d’affaires progresse de 3,2% à 6,69 milliards d’euros après un effet de change défavorable de 3,9% pour une production mesurée en équivalent siège kilomètre offert (ESKO) en hausse de 4,1%. La recette unitaire mesurée en ESKO est en légère diminution (-0,5%) mais augmente de 3,6% hors change. L’augmentation de 9,2% des charges d’exploitation est ramenée à 2,3% hors carburant. Le coût unitaire mesuré en ESKO est en progression de 6,1% mais est stable (+0,1%) à change et prix du carburant constants. Dans le cadre du plan d’économies « Challenge 10 » renforcé, le groupe réalise 163 millions d’euros d’économies au cours de ce trimestre.

La principale évolution des charges d’exploitation concerne la facture pétrolière. Elle progresse de 422 millions d’euros pour atteindre 1,61 milliard d’euros contre 1,19 milliard au 30 septembre 2007, soit une hausse de 35,3% sous les effets combinés d’une progression des volumes de 1%, d’une hausse du prix du carburant après couverture de 46% et d’un effet de change favorable de 12%.

Le résultat d’exploitation s’établit à 405 millions d’euros (725 millions au 30 septembre 2007). La marge d’exploitation ajustée1 ressort à 6,8% (12,0% l’année dernière).

Le coût de l’endettement financier net continue d’être en forte baisse à 10 millions d’euros (-37,5%) traduisant ainsi la très bonne santé financière du groupe. Les autres charges et produits financiers enregistrent une charge de 438 millions d’euros dont 373 millions d’euros de variation de valorisation des instruments de couverture (valeur temps) contre un produit de 11 millions au 30 septembre 2007. Après un crédit d’impôts de 57 millions d’euros et une quote-part de résultat des sociétés mises en équivalence positive de 9 millions, le résultat net s’établit à 28 millions d’euros contre 736 millions d’euros l’année précédente qui avait enregistré un produit de 212 millions d’euros sur Amadeus. Hors éléments non récurrents et non monétaires, le résultat net au 30 septembre 2008 ressort à 244 millions d’euros, en baisse de 49,1%.

Premier semestre au 30 septembre 2008 : un résultat d’exploitation de 639 millions d’euros

Le chiffre d’affaires de 12,98 milliards d’euros enregistre une progression de 4,4% après un effet change défavorable de 3,9% au cours du premier semestre pour une production mesurée en ESKO (équivalent siège kilomètre offert) en hausse de 5,1%. La recette unitaire mesurée à l’ESKO est en très légère baisse (-0,3%) mais augmente de 3,7% hors change. Sous l’effet de la facture pétrolière, les charges d’exploitation sont en hausse de 9,3% à 12,34 milliards d’euros. Hors carburant, elles progressent de 4,0%. Le coût unitaire à l’ESKO est en hausse de 5,1% mais seulement de 0,5% à change et prix du carburant constants grâce aux 277 millions d’euros d’économies réalisées dans le cadre du plan d’économies « Challenge 10 ».

Les principales charges d’exploitation évoluent comme l’activité à l’exception de la facture carburant et des frais commerciaux et de distribution. La facture carburant augmente de 687 millions d’euros (+30,1%) à 2,97 milliards d’euros sous les effets combinés d’une progression des volumes de 2%, d’une hausse du prix du carburant après couverture de 41% et d’un effet de change favorable de 13%. Les frais commerciaux et de distribution ont en revanche diminué de 10,1% grâce à la poursuite de la baisse des commissions sur ventes et à une réduction des dépenses de publicité.

1 Résultat d’exploitation ajusté de la part des loyers opérationnels correspondant aux frais financiers (34%)

Le résultat d’exploitation s’élève à 639 millions d’euros, en baisse de 43,9% (1,14 milliard d’euros au 30 septembre 2007). La marge d’exploitation ajustée1 est de 5,7% (10,0% au 30 septembre 2007).

Le résultat des activités opérationnelles se monte à 662 millions d’euros contre 1,48 milliard d’euros au 30 septembre 2007 après 284 millions d’euros de gains complémentaires sur Amadeus et de plus-values sur cession de titres. Le résultat avant impôts des entreprises intégrées s’établit à 214 millions d’euros après une charge comptable non monétaire de 361 millions d’euros liée à la valorisation des instruments de couverture (valeur temps). Le résultat net part du groupe s’élève à 196 millions contre 1,15 milliard au 30 septembre 2007. Hors éléments non récurrents et non monétaires, le résultat net se serait élevé à 385 millions d’euros soit une évolution (-47,8%) en ligne avec celle du résultat d’exploitation.
Par action, le résultat net est de 0,66 euro et le résultat net dilué de 0,63 euro au 30 septembre 2008 contre respectivement 4,13 euros et 3,73 euros au 30 septembre 2007.

Situation financière : un cash flow disponible de 173 millions d’euros

Les investissements corporels et incorporels du groupe Air France-KLM d’un montant de 1,12 milliard d’euros au 30 septembre 2008 (1,28 milliard un an plus tôt) sont financés par un cash flow opérationnel de 1,17 milliard d’euros et des produits de cessions aéronautiques de 123 millions d’euros, dégageant un cash flow disponible de 173 millions d’euros. La situation financière du groupe reste toujours très solide avec une trésorerie de 4,4 milliards d’euros et des lignes de crédit disponibles de deux milliards sur lesquelles le groupe a tiré 500 millions d’euros début octobre bénéficiant de conditions de financement attractives.

Les capitaux propres s’élèvent à 11,1 milliards d’euros dont 2,27 milliards d’euros de juste valeur des instruments de couverture en augmentation de 453 millions par rapport au 31 mars 2008. Les dettes nettes s’établissent à 2,74 milliards d’euros (2,69 milliards au 31 mars 2008). En conséquence, le ratio d’endettement2 est resté stable par rapport au 31 mars 2008 à 0,25 et à 0,31 hors valorisation des instruments de couverture.

Perspectives pour l’exercice en cours

L’environnement est marqué par des conditions économiques qui se détériorent et par une volatilité du prix du carburant et de la parité euro/dollar extrêmement élevée. En conséquence, le groupe a pris un certain nombre de décisions, notamment celles de réduire la croissance de ses capacités dès l’hiver 2008, de renforcer de 260 millions d’euros le plan d’économies actuel et de revoir à la baisse son plan d’investissement. Sauf nouvelle dégradation majeure de l’environnement, notre objectif est de dégager un résultat d’exploitation nettement positif pour l’exercice en cours.

1 Résultat d’exploitation ajusté de la part des loyers opérationnels correspondant aux frais financiers (34%)
2 Voir définition dans le document de référence 2007-08

Informations sectorielles
Activité passage

airfrance20112008-2.jpg

Activité cargo

airfrance20112008-3.jpg

Activité maintenance
L’activité maintenance a été affectée par la baisse du dollar. Le chiffre d’affaires est en baisse de 1,7% au second semestre à 229 millions d’euros et de 1,9% à 467 millions d’euros au premier semestre. Hors effet de change, il aurait progressé de 6,7% sur les six premiers mois de l’exercice. Le résultat d’exploitation est de 22 millions d’euros au second trimestre (35 millions un an plus tôt) et de 37 millions d’euros sur le semestre contre 48 millions d’euros au 30 septembre 2007. Hors effets de change, le résultat d’exploitation serait en augmentation de 12,5% au premier semestre.

Autres activités
Le chiffre d’affaires des autres activités a progressé de 17,1% au second trimestre à 426 millions d’euros. L’activité loisirs a réalisé un chiffre d’affaires de 312 millions d’euros (+22,0%) et l’activité catering a enregistré une hausse de 6,1% à 94 millions d’euros. Le résultat d’exploitation des autres activités est en hausse de 11% à 60 millions d’euros.
Sur le semestre, le chiffre d’affaires a progressé de 24,2% à 763 millions d’euros dont 546 millions d’euros pour l’activité loisirs (+26,1%) et 181 millions pour l’activité catering (+24%). Le résultat d’exploitation est passé de 77 millions d’euros au 30 septembre 2007 à 83 millions d’euros au 30 septembre 2008.

FLOTTE AU 30 SEPTEMBRE 2008

FLOTTE AIR FRANCE

airfrance20112008-4.jpg

FLOTTE AU 30 SEPTEMBRE 2008

airfrance20112008-5.jpg

Compte de résultat du 1er semestre 2008-09

airfrance20112008-6.jpg

Bilan consolidé (non audité)

airfrance20112008-7.jpg

Tableau des flux de trésorerie consolidé (non audité)

airfrance20112008-8.jpg

Pierre Perrin-Monlouis
Pierre Perrin-Monlouis
Fondateur de Rente et Patrimoine (cabinet de gestion de patrimoine), Pierre Perrin-Monlouis est un analyste et trader pour compte propre. Il vous fait profiter de son expérience en trading grâce à ses analyses financières et décrypte pour vous les actualités des marchés. Son approche globale des marchés combine à la fois l'analyse technique et l'analyse fondamentale sur l'ensemble des marchés : crypto, forex, actions et matières premières.
ARTICLES SIMILAIRES
1200
1200