EduBourseActualitésArrêt de la hausse ou simple pause ?

Arrêt de la hausse ou simple pause ?

La bourse de Paris vient de marquer une pause après son rebond entamé à la fin du mois de mars. L’indice CAC 40 qui avait franchi la barre des 5 700 points durant la séance du 22 mai, s’est ensuite replié, à l’instar des bourses américaines. Dans ce contexte, les prises de bénéfices ont principalement concerné les valeurs des secteurs TMT, certaines résistant mieux que d’autres. Ainsi, alors que le cours de bourse de France Telecom a abandonné quelque 20 % sur la période, celui de sa filiale de téléphonie mobile Orange n’a abandonné que 10 %. Certaines valeurs ont même réussi à progresser, comme ST Mircoelectronics et Thomson Multimedia. D’autres en revanche ont affiché de nouveaux plus bas, tels Alcatel et son action reflet Alcatel Optronics.

En effet, si l’annonce de l’arrêt des négociations de fusion avec son homologue américain Lucent était de nature à rassurer les investisseurs, le discours beaucoup plus prudent de son président Serge Tchuruk quant aux perspectives à court terme, accompagné de l’annonce d’un plan de restructuration, ont accentué les pressions à la baisse sur le titre.

Ces mouvements ont naturellement profité aux valeurs plus défensives, services aux collectivités (Suez Lyonnaise, Vivendi Environnement), pharmaceutiques (Sanofi, Aventis). Les secteurs plus cycliques se sont aussi bien comportés, comme le secteur automobile (hormis Renault), l’aéronautique (EADS), ainsi que les secteurs pétrolier et para-pétrolier, soutenus par un prix du baril toujours élevé, d’une parité dollar contre euro favorable aux compagnies pétrolières, ainsi que par les mouvements de concentration toujours attendus dans le secteur para-pétrolier.

Cette correction du mois de mai est-elle de nature à stopper le mouvement de reprise que connaissent les marchés actions depuis la fin du mois de mars ?

Il semble que si les incertitudes relatives à la conjoncture économique américaine et à ses répercussions sur le reste du monde, et en particulier sur l’Europe, demeurent, celles-ci sont en grande partie intégrées par les marchés.

D’autre part, au sein des secteurs les plus touchés ces derniers mois, à savoir ceux des télécommunications et de la technologie, certaines nouvelles indiquent clairement que le pire est derrière nous : tentative de concentration du secteur télécom nord-européen, volonté d’assainir les bilans et de réduire la dette des opérateurs, arrivée du GPRS, volonté d’assouplir certaines contraintes de la part des autorités de régulation des télécommunications, baisse des stocks dans l’industrie des semi-conducteurs…

Il n’en demeure pas moins qu’une phase de hausse ne pourra se faire sans une perspective d’amélioration des résultats des sociétés. Celle-ci n’est pas à attendre pour le deuxième trimestre. Cependant, une inflexion dans le discours des chefs d’entreprises est de nature à amorcer une reprise de la hausse, comme nous venons de le constater récemment aux Etats-Unis.

En direct des marchés
Juin 1999

Article précédentDevoteam
Article suivantVers un style plus tendance ?
Pierre Perrin-Monlouis
Pierre Perrin-Monlouis
Fondateur de Rente et Patrimoine (cabinet de gestion de patrimoine), Pierre Perrin-Monlouis est un analyste et trader pour compte propre. Il vous fait profiter de son expérience en trading grâce à ses analyses financières et décrypte pour vous les actualités des marchés. Son approche globale des marchés combine à la fois l'analyse technique et l'analyse fondamentale sur l'ensemble des marchés : crypto, forex, actions et matières premières.
ARTICLES SIMILAIRES