EduBourseActualitésLVL Medical - Droit de réponse

LVL Medical – Droit de réponse

En application de l’article 1 de la loi du 29 juillet 1881, Jean-Claude Lavorel, Président Fondateur du Groupe LVL Médical a demandé au Figaro Economie ensuite de l’article inséré en page V de son édition du mercredi 12 juillet 2001, de publier dans son intégralité le droit de réponse suivant :

« Non-respect de la tarification, fausse facturation, pression sur les assurés sociaux ainsi que sur les prescripteurs » : ces termes ne reprennent en aucun cas les conclusions de la Commission Paritaire d’Ile de France du 25 juin 2001 et ne sont que le reflet des allégations formulées par l’ancien dirigeant de la filiale LVL Médical Ile de France entendu comme témoin à charge lors cette audience. LVL Médical rappelle que toutes ses prestations ont toujours été facturées conformément à la prescription médicale et après accord préalable des caisses.

« Ces griefs pourraient conduire LVL Médical au pénal pour escroquerie à l’assurance » : le terme d’escroquerie à l’assurance est sans fondement et il n’a jamais été envisagé de poursuites pénales à l’encontre de LVL Médical dans ce dossier.

Ni Loire Medical Service, ni aucune autre filiale du Groupe LVL Médical n’a jamais fait l’objet d’une sanction de suspension de tiers payant.

LVL Médical n’a pas connaissance ni n’a jamais eu l’écho « d’erreurs de tarifications dénoncées par certains praticiens dans les régions de Bretagne et Paca ».

Dans l’hypothèse où la suspension de l’accès au tiers payant pour trois mois sur la région Ile de France devenait effective, LVL Médical rappelle que l’incidence financière correspondante ne représenterait que 2% maximum du chiffre d’affaires du Groupe LVL Médical, soit un maximum de 20 MF.

Il n’a jamais été envisagé de restitution à la caisse d’Ile de France s’évaluant à « des dizaines de millions de francs ». Ce chiffre est sans fondement.

LVL Médical n’a jamais déclaré avoir été « dénoncé » par un ancien collaborateur, mais confirme avoir été mis en cause par la Caisse d’Ile de France sur la base d’éléments subjectifs extérieurs au dossier. Ces éléments non fondés ont été transmis et relayés par l’ancien dirigeant de la filiale LVL Médical contre lequel le Groupe est en procès.

Enfin au regard des anomalies prétendument constatées dont LVL Médical a pu démontrer qu’elles étaient non fondées, LVL Médical considère et maintient que la sanction proposée est excessive et procède d’une pratique discriminatoire.

Pierre Perrin-Monlouis
Pierre Perrin-Monlouis
Fondateur de Rente et Patrimoine (cabinet de gestion de patrimoine), Pierre Perrin-Monlouis est un analyste et trader pour compte propre. Il vous fait profiter de son expérience en trading grâce à ses analyses financières et décrypte pour vous les actualités des marchés. Son approche globale des marchés combine à la fois l'analyse technique et l'analyse fondamentale sur l'ensemble des marchés : crypto, forex, actions et matières premières.
ARTICLES SIMILAIRES