EduBourseActualitésRenault - Résultats financiers 2008

Renault – Résultats financiers 2008

Dans un contexte très dégradé, Renault annonce un résultat net de 599 millions d’euros.

· Le chiffre d’affaires s’établit à 37 791 millions d’euros, en baisse de 7 % sur l’année, et de 28,7 % au dernier trimestre.
· La marge opérationnelle s’élève à 212 millions d’euros.
· Les stocks à fin 2008 sont en baisse de 666 millions d’euros par rapport à 2007.
· L’endettement financier net de l’Automobile s’accroît de 5 856 millions d’euros pour s’élever à 7 944 millions d’euros sous l’effet conjugué de la forte baisse de l’activité et de l’appréciation du yen.
· A fin décembre 2008, le Groupe dispose d’accords de crédit confirmés de 4,2 milliards d’euros pour l’Automobile dont 518 millions utilisés et de 5,2 milliards d’euros pour le Financement des ventes dont 753 millions utilisés. A cela s’ajoutent le prêt de trois milliards d’euros annoncé par l’Etat français ainsi qu’un doublement des possibilités de tirages ouvertes pour RCI Banque à la Société de Financement de l’Economie Française (SFEF) pour atteindre un milliard d’euros.

« En 2008, l’économie mondiale s’est trouvée confrontée à une crise financière et économique à la fois brutale et d’une ampleur exceptionnelle. Dès juillet, Renault a mis en place un plan d’actions additionnel basé notamment sur la maîtrise des stocks et la réduction des coûts et des investissements pour s’adapter au plus vite à la nouvelle réalité des marchés. En 2009, le Groupe va amplifier ces actions afin d’optimiser son free cash flow.» a déclaré Carlos Ghosn, Président de Renault.

 2008 : DES RESULTATS QUI REFLETENT LE RENVERSEMENT BRUTAL DE LA CONJONCTURE
Encore en trajectoire au premier semestre par rapport aux objectifs annuels, la performance de Renault s’est brusquement dégradée au second semestre, et tout particulièrement au quatrième trimestre, alors que la crise financière se propageait à l’économie mondiale, absorbant ainsi pratiquement tous les acquis des trois premiers trimestres.

Le chiffre d’affaires du Groupe s’établit à 37 791 millions d’euros en 2008, en baisse de 7 % par rapport à 2007, à périmètre et méthodes identiques. Alors qu’il affichait encore une hausse de 2,3 % à 20 942 millions d’euros au premier semestre 2008, il a baissé de 2,2 % au troisième trimestre et chuté de 28,7 % au dernier trimestre. L’effet de change a participé à cette dégradation à hauteur de 2,5 points sur l’année.

La contribution de l’Automobile au chiffre d’affaires a baissé de 7,4 % à 35 757 millions d’euros. En hausse au cours des deux premiers trimestres, cette contribution a commencé à baisser au troisième trimestre et a décroché de 30 % au quatrième trimestre.

La filiale de Financement des ventes, RCI Banque, apporte une contribution au chiffre d’affaires de 2 034 millions d’euros, en hausse de 1,1 %.

Alors que la marge opérationnelle du Groupe s’élevait à 865 millions d’euros au premier semestre, soit 4,1 % du chiffre d’affaires, elle s’est dégradée au second semestre (-653 millions d’euros, soit – 3,9%) pour atteindre 212 millions d’euros, soit 0,6 % du chiffre d’affaires pour l’année.

En 2008, dans ce contexte dégradé, la marge opérationnelle de l’Automobile a baissé pour se situer à -275 millions d’euros (-0,8 % de son chiffre d’affaires) en raison notamment de :

une baisse des volumes et une diminution significative de la production qui ont eu un impact négatif de 504 millions d’euros sur la marge opérationnelle Automobile ;

une forte pression commerciale à laquelle se sont ajoutées des aides financières aux concessionnaires pour les accompagner dans leurs efforts de réduction des stocks de véhicules neufs et d’occasion, ainsi que l’augmentation des provisions liée à la baisse des valeurs résiduelles des véhicules (impact négatif de 816 millions d’euros pour l’ensemble de ces éléments) ;

une croissance du coût des matières premières pour 271 millions d’euros ;

un effet parité négatif de 174 millions d’euros, majoritairement lié à la baisse de la Livre Sterling.

Dans cet environnement, les efforts de réduction de coûts ont été renforcés à tous les niveaux de l’entreprise :

• hors impact des matières premières et des dédommagements fournisseurs (71 millions d’euros), l’économie sur les achats s’élève à 353 millions d’euros ;
• les frais généraux ont baissé de 121 millions d’euros.

La vente de licences à AvtoVAZ a contribué pour 165 millions d’euros.
L’activité Financement des ventes contribue à la marge opérationnelle du Groupe pour 487 millions d’euros, en hausse de 15 millions d’euros sur l’année précédente malgré la baisse des encours de financement de 11 %.

Le résultat d’exploitation du Groupe représente une charge de 117 millions d’euros, contre un produit de 1 238 millions d’euros en 2007.

Les autres produits et charges d’exploitation représentent une charge nette de 329 millions d’euros, essentiellement constituée :

des coûts et provisions pour restructuration et adaptation des effectifs de 489 millions d’euros, incluant une charge de restructuration de gamme de 150 millions d’euros ;
des plus-values de cessions pour 150 millions d’euros.
Le résultat financier représente un produit de 441 millions d’euros en 2008, en progression de 365 millions d’euros par rapport à 2007, liée principalement à la baisse de la valeur des titres participatifs.

Renault enregistre un profit de 437 millions d’euros au titre de sa part dans le résultat des entreprises associées par rapport à 1 675 millions d’euros en 2007, dont 345 millions d’euros pour Nissan, et 92 millions d’euros pour les autres participations incluant Volvo AB et AvtoVAZ.

Le résultat net s’établit à 599 millions d’euros (2 734 millions d’euros en 2007).

 IMPACT DE LA CRISE SUR LA SITUATION FINANCIERE
Au 31 décembre 2008, l’endettement financier net de l’Automobile s’élève à 7 944 millions d’euros, soit 40,9 % des capitaux propres (contre 9,5% des capitaux propres au 31 décembre 2007).

Cette évolution s’explique par :
une capacité d’autofinancement (CAF) de 3 061 millions d’euros, en recul de 1 491 millions d’euros par rapport à 2007, provenant de la baisse de la marge opérationnelle et des dividendes reçus des entreprises associées ;
une augmentation du besoin en fonds de roulement (BFR) de 2 704 millions d’euros en 2008. En dépit de la baisse significative du niveau des stocks, l’augmentation du BFR résulte principalement de la baisse significative des dettes fournisseurs, conséquence de la forte réduction de l’activité industrielle du Groupe en fin d’année ;
des investissements en titres de 662 millions d’euros liés principalement à l’acquisition de 25 % +1 action du groupe AvtoVAZ ;

des effets de change négatifs pour 1 600 millions d’euros, dont la quasi-totalité est liée à l’impact du renforcement du yen sur la dette au titre de la couverture de l’investissement net dans Nissan.

Au total, le free cash flow de l’Automobile est négatif de 3 028 millions d’euros.

La liquidité du Groupe
Au 31 décembre 2008, le Groupe dispose d’accords de crédit confirmés de 4,2 milliards d’euros pour l’Automobile dont 518 millions utilisés et de 5,2 milliards d’euros pour le Financement des ventes dont 753 millions utilisés. A cela s’ajoutent le prêt de trois milliards d’euros annoncé par l’Etat français ainsi qu’un doublement des possibilités de tirages ouvertes pour RCI Banque à la SFEF pour atteindre un milliard d’euros.

Les capitaux propres de Renault s’élèvent à 19 416 millions d’euros au 31 décembre 2008.

 ACTIONS ENGAGEES EN 2008
Face à cette dégradation de l’environnement économique, Renault a mis en place dès juillet un plan d’actions pour s’adapter à un contexte de crise visant à réduire ses coûts avec, entre autres, une gestion serrée de ses stocks.

les stocks : la production a diminué deux fois plus vite que les ventes au quatrième trimestre pour permettre une baisse significative des stocks, qui sont tombés à 5,3 milliards d’euros, dépassant l’objectif qui consistait à revenir, fin 2008, au niveau de stocks de fin décembre 2007. Cette politique s’est appliquée également aux concessionnaires indépendants et s’est effectuée en continuant à privilégier les ventes les plus rentables (particuliers et flottes) ;

le plan d’ajustement des effectifs se déroule conformément aux attentes. Dans le cadre du Plan Renault Volontariat pour Renault s.a.s. près de 1 700 collaborateurs ont déjà acté leur départ et 5 300 sont engagés dans la démarche sur le périmètre Renault s.a.s. Dans les filiales européennes, la réduction de 1 100 postes s’effectue en grande partie par le non-remplacement des départs naturels ;

les dépenses de recherche et développement sont en diminution de 9,2 % par rapport à 2007, en ligne avec l’objectif de revenir dans la moyenne du secteur ;

neuf nouveaux produits ont été lancés en 2008, dont notamment le renouvellement de la famille Mégane, coeur de gamme de Renault. Les avancées technologiques ont continué, avec le lancement plébiscité du système 4Control sur Laguna GT et du moteur V9X développé au sein de l’Alliance. Enfin, la gamme Dacia a obtenu la signature eco2 sur de nouvelles motorisations essence et Diesel et s’est enrichie de motorisations bioéthanol et GPL. Elle démontre que prix accessibles et respect de l’environnement peuvent aller de pair ;

la qualité est en constante amélioration : Laguna III est en passe d’atteindre l’engagement fixé pour 2009 de se placer dans le Top 3 de son segment, et les modèles du segment I ont été classés « excellents » par l’ADAC (Automobile Club Allemand) ;

L’internationalisation du Groupe continue avec notamment l’extension de la gamme Entry pour répondre aux besoins de marchés spécifiques, comme Sandero Stepway en Amérique Latine.

Tous ces efforts engagés en 2008 ont permis à Renault de maintenir ses parts de marché dans des marchés en forte chute.

 2009 : PERSPECTIVES ET ACTIONS PRIORITAIRES
Renault prévoit une détérioration des conditions de marché en 2009. Cet environnement a conduit le Groupe à centrer en priorité son action sur l’optimisation de son free cash flow et a rendu caducs deux des engagements de Renault Contrat 2009 concernant les volumes et la marge opérationnelle.

En 2009, le groupe Renault aura pour priorités :

la maîtrise des besoins en fonds de roulement, notamment par la poursuite de la réduction des stocks de 800 millions à un milliard d’euros ;
la concentration des investissements et des programmes de recherche et développement sur les projets stratégiques, dont le véhicule électrique et les performances environnementales des moteurs.

Les investissements déjà réalisés à l’international seront pleinement exploités. Les investissements liés aux projets véhicules sont gelés à Chennaï (Inde) et retardés à Tanger (Maroc). Au total, le montant des investissements en 2009 sera inférieur de 20% minimum par rapport au niveau de 2008 ;

l’accentuation de la politique de réduction des coûts fixes, notamment par la maîtrise de la masse salariale et la baisse des frais de fonctionnement ;
le renforcement des synergies opérationnelles avec Nissan afin de saisir de nouvelles opportunités notamment par une convergence supplémentaire de la gamme de motorisations et un travail en commun sur le véhicule électrique ;

Le Conseil d’administration du 11 février 2009 a décidé de proposer à l’Assemblée générale du 6 mai de ne pas verser de dividende sur les résultats 2008.

En 2009, Renault pourra compter sur le lancement de 8 nouveaux produits (dont Nouveau Renault Scénic) ainsi que de Nouvelle Mégane Renault Sport, Clio phase 2 et Trafic phase 3. Ces lancements feront de sa gamme la plus jeune d’Europe, avec une offre adaptée aux nouvelles contraintes environnementales du marché et à un niveau de qualité bénéficiant de tous les progrès réalisés ces dernières années.

Renault fera preuve de la réactivité nécessaire pour ajuster ce dispositif d’ensemble en cas de détérioration supplémentaire de la conjoncture.

L’ensemble de ces mesures est conçu pour permettre à toute l’entreprise de se mobiliser autour d’une seule priorité en 2009 : viser un free cash flow positif.

 VISION STRATEGIQUE
La crise que nous traversons est profonde. Elle va transformer le paysage de l’industrie automobile.
L’Alliance reste, à cet égard, un atout important pour Renault et Nissan dans un secteur qui connaitra une nouvelle vague de consolidation.

L’enjeu pour les hommes et femmes de Renault est double :
Sur le court terme, il s’agit de traverser la crise. Pour cela, Renault s’appuiera sur son plan d’actions, et continuera aussi de travailler avec les pouvoirs publics dans le monde, afin de trouver les moyens d’assurer les mutations nécessaires.

Sur le moyen / long terme, il s’agit aussi de se préparer à l’après-crise. Renault est engagé dans une transformation pour s’adapter à la nouvelle ère automobile. Des projets stratégiques sont déjà lancés pour répondre aux nouveaux besoins de mobilité individuelle, comme le véhicule électrique ou la gamme Entry.

« L’industrie automobile garde tout son potentiel et devra sortir de cette crise notamment avec des produits plus respectueux de l’environnement et mieux adaptés à la nouvelle donne économique. L’automobile reste un produit irremplaçable. » a déclaré Carlos Ghosn, Président de Renault.

Contact presse :
Renault Presse : Gita Roux +33 (0)1 76 84 64 69
Sites Internet : www.media.renault.com – www.renault.com

renault13022009.jpg

Pierre Perrin-Monlouis
Pierre Perrin-Monlouis
Fondateur de Rente et Patrimoine (cabinet de gestion de patrimoine), Pierre Perrin-Monlouis est un analyste et trader pour compte propre. Il vous fait profiter de son expérience en trading grâce à ses analyses financières et décrypte pour vous les actualités des marchés. Son approche globale des marchés combine à la fois l'analyse technique et l'analyse fondamentale sur l'ensemble des marchés : crypto, forex, actions et matières premières.
ARTICLES SIMILAIRES
1200
1200