EduBourseActualitésTrader.com : fort redressement du résultat au 1er semestre 2001

Trader.com : fort redressement du résultat au 1er semestre 2001

Dernière mise à jour: octobre 19, 2021

Amsterdam, Pays-Bas le 25 septembre 2001
Trader.com N.V., leader mondial des annonces classées, publie ses résultats pour le premier semestre 2001 (chiffres non audités).

(millions d’Euros)----|--1er SEMESTRE 2001--|--1er SEMESTRE 2000--|--VARIATION-
Chiffre d’affaires----|---205,1-------------|---179,4-------------|---+25,7----
EBITDA----------------|----26,2-------------|-----5,6-------------|---+20,6----
RÉSULTAT NET*---------|----(5,6)------------|---(52,3)------------|---+46,7----

*Avant amortissements des écarts d’acquisition (US GAAP)
Croissance soutenue du chiffre d’affaires : + 14 %
• Au premier semestre 2001, le chiffre d’affaires consolidé a augmenté de 25,7
millions d’euros, à 205,1 millions d’euros, contre 179,4 millions d’euros au premier semestre 2000. Cette progression de 14% intègre une croissance organique de 7,5%.
• Le chiffre d’affaires Publications est passé de 172,5 millions d’euros au premier semestre 2000 à 193 millions d’euros au premier semestre 2001, soit une hausse de 12 % incluant une croissance organique de 5%.
• Le chiffre d’affaires Internet a progressé de 5,3 millions d’euros, soit 77 %, passant de 6,9 millions d’euros au premier semestre 2000 à 12,2 millions d’euros au premier semestre 2001. La croissance organique ressort à 71 %.

Forte progression de l’EBITDA qui atteint 26,2 millions d’euros
• L’EBITDA total au premier semestre 2001 s’élève à 26,2 millions d’euros, incluant 3,6 millions de coût de restructuration, contre 5,6 millions d’euros pour la période correspondante de l’exercice 2000, soit une augmentation de 20,6 millions d’euros.
• L’EBITDA Publications a progressé de 2,8 millions d’euros, soit une hausse de 7 %, passant de 41,1 millions d’euros au premier semestre 2000 à 43,9 millions au premier semestre 2001. Ce chiffre n’intègre pas les coûts de restructuration qui se sont élevés à 2,4 millions d’euros au premier semestre 2001.

• L’EBITDA Internet s’est amélioré de 21,4 millions d’euros, passant de – 35,5 millions d’euros au premier semestre 2000 à – 14,1 millions d’euros au premier semestre 2001. Ce chiffre n’intègre pas les coûts de restructuration qui se sont élevés à 1,2 million d’euros au premier semestre 2001.
Hausse de 46,7 millions d’euros du résultat net (avant amortissement des écarts d’acquisition, US GAAP)
• Le résultat net (avant amortissement des écarts d’acquisition, US GAAP) a progressé de 46,7 millions d’euros : les pertes de 52,3 millions d’euros du premier semestre 2000 ont été réduites à 5,6 millions d’euros au premier semestre 2001.
Commentant ces chiffres, Didier Breton, Directeur général de Trader.com a déclaré :
“Ces résultats reflètent la croissance continue de nos activités et le renforcement de leur rentabilité, ainsi que notre capacité à contrôler étroitement les coûts. Grâce à la diversité de nos sources de revenus et à notre position de leader dans de nombreux pays et sur plusieurs catégories de produits, nous avons été en mesure d’obtenir des résultats en forte progression malgré une conjoncture économique peu favorable.”

Développements clefs de notre activité
Trader.com poursuit sa stratégie de renforcement de son leadership, par une politique active d’acquisitions externes. L’entreprise investit sur les marchés locaux lorsqu’elle a la possibilité d’en être un acteur dominant.
Au cours du deuxième trimestre, Trader.com a acquis une participation majoritaire dans le Trading Post Group de Sydney, en Australie. Nous prévoyons que cette acquisition apportera, dès cette année, un chiffre d’affaires supplémentaire de 16 millions d’euros et une contribution positive de 4 millions d’euros à l’EBITDA.
En Espagne, nous avons également acquis en juillet dernier le groupe Trajin qui possède 3 titres de presse généraliste et 2 titres de presse spécialisée. Ce rachat a étendu notre couverture dans la région de Valence, troisième marché d’Espagne.
En Suisse (Lugano), Trader.com a racheté le titre “L’erbavoglio”.
Nous prévoyons que ces deux acquisitions rapporteront à Trader.com un chiffre d’affaires annuel de 3 millions d’euros.

Perspectives : Ebitda revu à la hausse
Commentant ces résultats, le Président-Directeur Général John H. MacBain a déclaré : “Nous sommes très satisfaits du développement et de la croissance continue de notre activité. Nous mettons en œuvre notre stratégie et respectons nos engagements. Grâce à nos performances du premier semestre, nous prévoyons que notre EBITDA s’élèvera à 60 millions d’euros sur l’ensemble de l’année, contre 50 millions d’euros initialement prévus, sauf accident majeur de conjoncture“.

Se reporter également aux annexes suivantes :
• Compte rendu financier et d’exploitation
• Bilan consolidé condensé
• Compte de résultat consolidé condensé
• Compte de trésorerie consolidée condensé
• Note annexe aux états consolidés condensés

A propos deTrader.com
Trader.com est leader mondial des annonces classées. Le groupe a été créé au Canada en 1987 sous le nom de “Hebdo Mag”, une société privée. Aujourd’hui, Trader.com met en relation acheteurs et vendeurs par l’intermédiaire de 299 publications (plus de 8 millions de lecteurs par semaine) et de 65 sites Internet dans 20 pays (180 millions de pages vues par mois en juin 2001). Trader.com emploie plus de 5 100 personnes dans le monde, dont plus de 2 000 commerciaux. Trader.com est cotée au NASDAQ (TRDR) et au Premier Marché de la Bourse de Paris (code SICOVAM 5729 et code Reuters : TRD).

Contacts presse et investisseurs :
Trader.com
Pierre-Yves Bimont-Capocci
Vice-président Exécutif, Stratégie, Marketing & Communication
7, rue Drouot
75009 Paris
France
Tél : + 33 1 53 34 52 04
Fax : + 33 1 53 34 50 97
[email protected]

CICOMMUNICATION
14, rue de Bassano
75116 Paris
France
Relations avec les analystes et
investisseurs :
Contact : Frédéric Bourdon
Tél : +33 (0) 1 4723 9048
Fax: +33 (0) 1 4723 8898
E-mail: [email protected]
Relations Media :
Contact : Françoise Chauty
Tél : +33 (0) 1 4723 9048
Fax: +33 (0) 1 4723 8898
E-mail: [email protected]

Déclarations prospectives
Certaines déclarations du présent communiqué de presse peuvent être considérées comme des “déclarations prospectives”, au sens donné à cette expression aux Etats-Unis par le Private Securities Litigation Reform Act de 1995. Sont concernées les communications renfermant les termes ou expressions “devraient,” “va ou vont se poursuivre,” ” il est prévu que,” “estimation,” “projet,” “attentes” ou autres expressions équivalentes. De telles déclarations sont soumises à des risques et incertitudes. Les facteurs susceptibles de provoquer un écart important entre les résultats réels et ceux suggérés dans ces déclarations comprennent (la liste n’est pas exhaustive) ceux mentionnés ou identifiés dans notre Formulaire 20-F 2000, déposé auprès de la Securities and Exchange Commission (la Commission des opérations de Bourse) aux Etats-Unis, et notamment les risques et incertitudes liés à l’historique de nos pertes constatées, au contrôle de notre société par un petit groupe d’actionnaires, à notre secteur très concurrentiel, à notre capacité à effectuer et digérer les acquisitions, à la situation politique et économique générale de l’économie mondiale ou spécifique aux pays dans lesquels nous travaillons, notamment la Russie, aux monnaies dans lesquelles nous traitons nos affaires, à notre capacité à passer en douceur à l’euro dans les pays où il a été adopté, à notre dépendance envers notre équipe de direction, à nos projets de développement et besoins en personnel, à notre contenu, à nos marques, à notre dépendance par rapport à la publicité, papier ou en ligne, à notre capacité à développer nos activités en ligne, au fait que nous manquons de recul sur nos activités en ligne en raison de leur jeunesse, à notre capacité à mener à bien notre stratégie commerciale, au développement d’Internet et à notre dépendance envers le développement de son utilisation, ainsi qu’à la conjoncture économique générale ou spécifique au marché.

Présentation de l’activité et des résultats financiers
Les états financiers non audités de Trader.com N.V. et de ses filiales (« le Groupe ») sont présentés ci-après pour le premier semestre de l’année 2000 et 2001. Les états financiers des deux périodes ont été préparés selon les principes comptables américains (« U.S. G.A.A.P. »). Ce rapport intérimaire contient des mentions relatives aux évènements futurs ou conditions qui pourraient ou ne pourraient pas se réaliser dans le futur. Vous devez vous référer aux risques identifiés dans la section « avertissement sur les annonces prospectives» de ce rapport intérimaire.

Description de l’activité
Grâce à ses supports d’annonces classées imprimés (« print ») ou sur Internet (on-line), Trader.com N.V. est un intermédiaire majeur dans les nombreux pays où il opère pour la conclusion de transactions entre particuliers (« consumer-to-consumer ») ou entre professionnels et particuliers (« business-to-consumer »). Les supports imprimés ou sur Internet que détient le Groupe lui permettent de faciliter la réalisation de transactions commerciales à une échelle locale ou régionale par la mise en relation de vendeurs professionnels ou particuliers et d’acheteurs. La stratégie intégrée que déploie le Groupe, sur supports imprimés ou sur Internet, lui permet d’offrir aux vendeurs comme aux acheteurs un outil complet et ciblé. Parmi les publications majeures du Groupe, on compte des marques à forte notoriété telles que La Centrale à Paris, France, The Melbourne Trading Post à Melbourne, Australie, Segundamano à Madrid, Espagne, Auto Trader au Canada et Secondamano en Italie.
Depuis la création de Trader.com en juin 1987, le Groupe s’est développé et diversifié à partir de trois publications au Canada et est désormais présent, en juin 2001, au travers de 294 publications et 59 sites Internet, dans 20 pays, dont l’Australie, le Canada, la France, la Hongrie, l’Italie, la Russie, l’Espagne et les Etats-Unis. L’activité Internet poursuit sa croissance, et ses sites web ont généré 180 millions de pages vues en juin 2001 contre 90 millions de pages vues en juillet 2000.

Chiffre d’affaires
L’activité traditionnelle « print » du Groupe, qui recouvre les publications spécialisées dans les annonces classées, génère quatre sources principales de chiffre d’affaires dont l’importance relative est variable selon le type de publication :
• Annonces classées pour les particuliers et les professionnels,
• Encarts publicitaires commerciaux,
• Diffusion,
• Services et autres.
Notre support de distribution sur Internet génère du chiffre d’affaires principalement par :
• La publication d’annonces sur les sites, la vente de bandeaux publicitaires et autres publicités,
• les commissions perçues sur l’établissement de liens interactifs entre les bases de données multicritères accessibles sur les sites du Groupe et les offres commerciales que souhaitent diffuser les agents immobiliers, concessionnaires automobiles et autres négociants.

• Les commissions basées sur un pourcentage du montant de la vente de produits référencés sur nos sites, et
• Les commissions sur les produits et services complémentaires.
Nous offrons généralement aux annonceurs des contrats prévoyant une publication simultanée dans nos journaux d’annonces classées et sur Internet.
Le chiffre d’affaires consolidé du Groupe a progressé de €25,7 millions, soit 14%, au premier semestre 2001, pour atteindre €205,1 millions contre €179,4 millions au premier semestre 2000.
Cette augmentation inclut une hausse de 7,5% de la croissance organique des filiales en activité au cours des deux périodes considérées sans aucun impact d’effet de change.

Chiffre d’affaires « print »
Le chiffre d’affaires « print » a progressé de €20.5 millions, soit 12%, pour atteindre € 193,0 millions au premier semestre 2001, contre €172,5 millions au premier semestre 2000. Cette croissance intègre une croissance organique de 5%, sans impact d’effet de change. Cette augmentation du chiffre d’affaires « print » résulte de la croissance du chiffre d’affaires généré par les annonces classées des professionnels à hauteur de €5,4 millions (+23%), des annonces classées des particuliers à hauteur de €3,0 millions (+12%), des encarts publicitaires à hauteur de €6,4 millions (+9%), de la diffusion pour €4,5 millions (+9%), et des autres activités, notamment les services, pour €1,2 millions (+15%). Sur le plan géographique, l’augmentation du chiffre d’affaires consolidé de l’activité « print » au cours du premier semestre 2001 inclut les augmentations dans les régions suivantes:
• Au Canada, €5,2 millions (dont l’effet des acquisitions telles que Bargain Finder en août 2000 pour €4,8 millions), soit €42,1 millions au premier semestre 2001, contre €36,9 millions au premier semestre 2000.
• En Russie et Ukraine, €7,2 millions pour atteindre €29,5 millions au premier semestre 2001, contre €22,3 millions au premier semestre 2000.
• En Espagne, €0,6 million (dont l’effet des acquisitions pour €0,5 million), pour atteindre €22,4 millions au premier semestre 2001, contre €21,8 millions au premier semestre 2000.
• En France, €2,8 millions (dont l’effet des acquisitions pour €1,0 million), pour atteindre €22,7 millions au premier semestre 2001, contre €19,9 millions au premier semestre 2000.
• En Australie, €3,5 millions (dont l’effet des acquisitions pour €3,0 millions), pour atteindre €16,4 millions au premier semestre 2001, contre €12,9 millions au premier semestre 2000.
• En Hongrie, €0,8 million pour atteindre €12,0 millions au premier semestre 2001, contre €11,2 millions au premier semestre 2000.

Chiffre d’affaires internet « on-line »
Le chiffre d’affaires « on-line » a augmenté de €5,3 millions, soit 77%, pour atteindre €12,2 millions au premier semestre 2001, contre €6,9 millions au premier semestre 2000. Cette croissance est de nature organique pour 71%, sans impact d’effet de change. Les principales composantes du chiffre d’affaires du premier semestre 2001 ont été les annonces pour €5,6 millions (ou 46%), les solutions professionnelles pour €3,9 millions (ou 32%) et les bandeaux publicitaires pour €1,4 million (ou 12%).

Géographiquement, les principales contributions au chiffre d’affaires on-line du premier semestre 2001 ont été le Canada avec €3,2 millions, la France avec €3,1 millions et l’Espagne avec €1,3 million.
Résultat avant frais financiers, impôt sur les bénéfices, amortissement et dépréciation des immobilisations corporelles et incorporelles et charges de rémunération non décaissées (EBITDA).
La principale mesure de performance de nos unités opérationnelles sur un plan géographique (organisées par pays) et servant de base pour le calcul de l’intéressement au résultat, est le bénéfice ou la perte d’exploitation avant certaines charges telles que l’amortissement et la dépréciation des immobilisations corporelles et incorporelles ainsi que les charges de rémunération non décaissées. Nous décrivons cette mesure de performance comme le « Earnings Before Interest,Taxes, Depreciation and Amortization » (EBITDA).
L’EBITDA du Groupe au premier semestre 2001 a augmenté de €20,6 millions pour s’établir à €26,2 millions, contre €5,6 millions au premier semestre 2000. Nos résultats du premier semestre 2001 intègrent un EBITDA positif de l’activité « print » de €41,5 millions, partiellement compensé par l’EBITDA négatif de l’activité « on-line » de €15,3 millions. Nous avons comptabilisé une charge de restructuration de €3,6 million au premier trimestre de 2001 relative essentiellement à la réduction du nombre de salariés suite à la suppression d’un niveau de direction en Amérique du Nord. Avant cette charge de restructuration, notre EBITDA consolidé pour le premier semestre 2001 a augmenté de €24,2 millions pour s’établir à €29,8 millions au 30 juin 2001.
De plus, l’EBITDA du groupe inclut une réduction des dépenses de holding de €6,4 millions, soit 30% pour s’établir à €14,6 millions au premier semestre 2001 contre €21,0 millions au 30 juin 2000 en raison de nos efforts soutenus de maîtrise des coûts.

EBITDA de l’activité publications « print »
L’EBITDA a augmenté de €0.4 million, soit 1%, et atteint €41,5 millions au premier semestre 2001 contre €41,1 millions au premier semestre 2000. En excluant l’effet des acquisitions, notre EBITDA de l’activité « print » est en baisse de 4% sur la période sans effet de change. Hors charge exceptionnelle de restructuration de €2,4 millions, notre EBITDA « print » a augmenté de €2,8 millions sur le premier semestre, soit 7%, pour atteindre €43,9 millions au premier semestre 2001.
L’augmentation nette de l’EBITDA « print » au premier semestre est principalement générée par les pays suivants :
• Au Canada, baisse de €2,3 millions, due essentiellement à la fermeture de nos services centraux en Amérique du Nord (€2,4 millions) pour s’établir à €5,5 millions au premier semestre 2001 contre €7,8 millions au premier semestre 2000.
• En Russie, augmentation de €2,3 millions à €12,6 millions au premier semestre 2001, contre €10,3 millions au premier semestre 2000 en raison de la forte croissance de notre publication Iz Ruk v Ruki .
• En Espagne, augmentation de €0,5 million (incluant l’impact positif des sociétés acquises pour €0,1 million), à €6,6 millions au premier semestre 2001, contre €6,1 millions au premier semestre 2000.
• En France, augmentation de €0,7 million (incluant l’effet négatif des sociétés acquises pour €0,2 million), pour atteindre €7,2 millions au premier semestre 2001, contre €6,5 millions au premier semestre 2000.
• En Australie, diminution de €0,6 million (partiellement compensée par l’effet positif des sociétés acquises pour €0,3 million), pour atteindre €2,4 millions au premier semestre 2001, contre €3,0 millions au premier semestre 2000, en raison de charges internes dans le cadre d’une acquisition.
• En Hongrie, diminution de €0,7 million pour atteindre €4,0 millions au premier semestre 2001, contre €4,7 millions au premier semestre 2000 suite à une croissance de chiffre d’affaires inférieure aux prévisions attendues compte tenu de l’investissement effectué dans la force de vente.

EBITDA de l’activité internet « on-line »
Nos pertes liées à l’activité internet sont en baisse de €20,2 millions, soit une perte de €15,3 millions au premier semestre 2001 contre une perte de €35,5 millions au premier semestre 2000. Les principales dépenses de nos activités internet sont relatives au marketing, coûts de personnel, développement technologique et autres coûts administratifs. Cette amélioration résulte de l’augmentation du chiffre d’affaires de cette activité de €5,3 millions, des efforts significatifs de maîtrise des coûts et de l’intégration des forces de ventes, du marketing et des équipes de production des activités publications et internet, partiellement compensée par une charge de restructuration de €1,2 million.
Bien que l’EBITDA ne constitue pas une mesure de performance financière définie par les normes comptables américaines (U.S. G.A.A.P), le Groupe estime que l’EBITDA est l’indicateur le plus couramment utilisé pour traduire la capacité d’une entreprise à contracter et assurer le service de ses dettes et autres engagements. Toutefois, il est important de noter que l’EBITDA tel que défini par le Groupe (a) ne saurait se substituer ni au résultat courant, ni au résultat net pour évaluer les résultats opérationnels, ni aux flux de trésorerie d’exploitation pour évaluer la liquidité de l’entreprise, (b) ne saurait représenter le montant des fonds disponibles pour le paiement de dividendes, la réalisation d’investissements ou autres utilisations discrétionnaires, (c) ne saurait être utilisé isolément ou en remplacement d’autres indicateurs de mesure de la performance calculés dans le respect des normes comptables américaines. La définition et le mode de calcul de l’EBITDA étant variables selon les sociétés, notre présentation de cet indicateur ne peut être valablement comparée à celles d’autres sociétés qui se réfèrent également à la notion d’EBITDA.

Perte d’exploitation
Notre perte d’exploitation a été réduite de €34,8 millions et atteint €15,1 millions au premier semestre 2001 contre €49,9 millions au premier semestre 2000. Cette amélioration traduit les effets positifs de notre plan de restructuration décidé à la fin de l’année 2000 et la poursuite de notre stratégie d’intégration. Ainsi la marge brute a augmenté de €13,5 millions pour atteindre €94,2 millions au premier semestre 2001 contre €80,7 millions au premier semestre 2000 et les frais généraux, administratifs et commerciaux ont été réduits de €7,0 millions pour atteindre €68,1 millions au premier semestre 2001 contre €75,1 millions au premier semestre 2000. De plus, la charge de rémunération non décaissée a diminué de €33,4 millions, partiellement compensée par l’augmentation des dépréciations d’actifs sans valeur d’un montant de €9,9 millions. Cette dépréciation d’actifs sans valeur inclut des provisions pour dépréciation de logiciels et matériels informatiques pour €4,4 millions, des charges de regroupement d’installations, principalement au Canada pour €2,6 millions et l’amortissement exceptionnel d’écarts d’acquisition de certaines filiales Internet pour €2,9 millions.

Perte nette
Notre perte nette a été réduite de €40,1 millions, soit une perte nette de €29,3 millions au premier semestre 2001 contre €69,4 millions au premier semestre 2000. La perte intègre l’amortissement des écarts d’acquisition et autres immobilisations incorporelles de €20,8 millions ainsi que l’amortissement exceptionnel d’écarts d’acquisition de filiales Internet pour €2,9 millions. Cette amélioration reflète principalement la réduction de pertes d’exploitation de l’activité Internet pour €34,8 millions et une diminution de notre charge d’intérêt de €5,0 millions suite à la baisse de la charge d’amortissement des frais financiers étalés.

Liquidités et ressources financières
Historiquement, les besoins en fonds de roulement du groupe sont demeurés faibles et les flux de trésorerie d’exploitation dégagés par les filiales opérationnelles ont suffi à assurer leurs besoins de financement courant. Les acquisitions ont été en grande majorité financées par de l’emprunt, principalement auprès de banques, par autofinancement et grâce aux fonds reçus lors de notre introduction en bourse (IPO) en avril 2000. Les lignes de crédit bancaire disponibles dans le cadre de notre accord de crédit peuvent être utilisées pour des investissements dans le secteur Internet, pour des besoins en fonds de roulement et pour des acquisitions de sociétés de l’activité « print ».
Nous disposons au 30 juin 2001 de €52,1 millions en numéraire et lignes de crédit bancaire disponibles selon notre accord de crédit dont €16,2 millions disponibles au titre des lignes de crédit affectées aux acquisitions.
Nous avons signé un accord supplémentaire le 25 mai 2001 qui amende notre accord de crédit.
Notre accord de crédit consiste en autorisation d’emprunt à terme, en ligne de crédit pour les acquisitions et en ligne de crédit renouvelable pour un montant total d’environ €276 millions en prêts sécurisés au 30 juin 2001. Au 30 juin 2001, nous avons des disponibilités à hauteur de €21,0 millions, une dette de €236,6 millions (incluant €5,0 millions relatifs à nos contrats de crédit-bail) soit un endettement net de €215,6 millions contre €149,3 millions au 31 décembre 2000. Cette augmentation de l’endettement net de €66,3 millions résulte de l’endettement complémentaire de €36,6 millions pour l’acquisition de Trading Post Group en Australie, d’un effet de change défavorable de €16,7 millions et d’un besoin de financement du fonds de roulement de €13 millions.
La direction pense que le Groupe génère des flux de trésorerie suffisants et peut avoir recourt à des lignes de crédit adaptées pour financer ses besoins de financement opérationnels.

Flux de trésorerie
Les flux de trésorerie d’exploitation ont diminué pour atteindre un montant négatif de €4,1 millions au premier semestre 2001, contre €0,9 million au premier semestre 2000. Cette diminution est la conséquence de la baisse de notre fonds de roulement d’exploitation de €20,4 millions compensée par la réduction de nos pertes Internet de €20,2 millions entre le premier semestre 2000 et le premier semestre 2001. Notre fonds de roulement net a diminué au cours du premier semestre 2001 suite principalement aux paiements relatifs aux charges du plan de restructuration mis en place lors du second semestre 2000.
Les flux de trésorerie affectés aux investissements ont diminué de €81,6 millions, pour atteindre €42,4 millions au premier semestre 2001, contre €124,0 millions au premier semestre 2000. Les liquidités affectées à l’acquisition des immobilisations corporelles ont également diminué de €36,2 millions au premier semestre 2001. Les montants payés au premier semestre 2000 incluaient des coûts de développement de logiciels capitalisés relatifs au développement de notre technologie Internet pour €19 millions. Les liquidités affectées aux acquisitions de titres, soit €36,6 millions au premier semestre 2001, reflètent l’acquisition en mai 2001 de Trading Post Group basé à Sydney en

Australie. Les liquidités affectées aux acquisitions de titres au cours du premier semestre 2000 incluaient les montants payés pour l’acquisition de Vancouver Buy & Sell pour €22,7 millions et Sydney Buy & Sell pour €11,1 millions.
Les flux de trésorerie liés aux opérations de financement au premier semestre 2001 ont été principalement impactées par l’augmentation des emprunts d’un montant net de €52,0 millions dont €36,6 millions affectés aux acquisitions et €13,0 millions affectés aux besoins en fonds de roulement. Les flux de trésorerie liés aux opérations de financement au premier semestre 2000 résultaient principalement de notre introduction en bourse en avril 2000.

Perspectives
Notre activité traditionnelle « print » est bien établie et génère une croissance soutenue de son chiffre d’affaires ainsi que des flux de trésorerie positifs. Nos activités sur le support de distribution Internet ont démarré en 1996 et génèrent un chiffre d’affaires en constante augmentation. En conséquence, nous anticipons le maintien d’un taux de croissance à deux chiffres de notre chiffre d’affaires consolidé au cours du second semestre 2001. Suite à notre programme de restructuration mis en place au second semestre 2000 et des réductions de coût réalisées au premier semestre 2001, nous estimons que nous atteindrons un EBITDA consolidé pour l’exercice 2001 de €60 millions, en l’absence de dégradation significative de la conjoncture économique. Même si notre résultat net pour l’exercice 2001 est attendu en perte, nous anticipons une progression de notre résultat net au second semestre 2001 par rapport au premier semestre. Sur la base de la poursuite de l’amélioration de nos résultats opérationnels et de l’impact positif engendré par l’application des nouvelles normes comptables américaines, SFAS No.141 et SFAS No. 142, nous anticipons un bénéfice net en 2002.

Avertissement sur les annonces prospectives
La loi américaine exige que les sociétés cotées en bourse aux Etats-Unis fassent mention de la déclaration suivante : « Some of the statements in this document are forward-looking within the meaning of Section 27A of the Securities Act of 1993 and Section 21E of Securities Exchange Act of 1934. Forward-looking
statements include statements regarding the intent, belief or current expectations of the Company or its officers with respect to various matters. When used in this document, the words “expects,” “believes,” “anticipates,” “plans,” “may,” “will,” “should” and similar expressions, and the negatives thereof, are intended to identify forward looking statements. Such statements are not promises or guarantees, and are subject to risks and uncertainties that could cause actual results to differ
materially from those suggested by any such statements. Those factors include, but are not limited to, the information contained in our 2000 Form 20-F, which was filed with the United States Securities and Exchange Commission (“SEC”). These include risks or uncertainties relating to our history of reported losses, the control of our company by a small group of shareholders, our highly competitive industry, our ability to make and integrate acquisitions, our ability to obtain additional financing for acquisitions, political and economic conditions of the countries in which we operate including Russia, the currencies in which we do business, our dependence on our management team, our workforce requirements, our content, our brands, our dependence on advertising including print and online advertising, our ability to expand and the limited history of our online activities, our online strategy and the execution of it and the expenditures required to implement it, the expansion of the Internet and our dependence on the growth of Internet usage, as well as general economic and market conditions. These are factors, that could cause our actual results to differ materially from those expressed or implied by those forward looking statements, include, but are not limited to, those addressed under the “Risk Factors” section of Item 3 of our 2000 Form 20-F.
These forward-looking statements speak only as of the date of this document. We expressly disclaim any obligation or undertaking to release publicly any updates or revisions to any forward looking statement contained herein to reflect any change in our expectations with regard thereto or any change in events, conditions or circumstances on which any forward looking statement is based. “

Pierre Perrin-Monlouis
Pierre Perrin-Monlouis
Fondateur de Rente et Patrimoine (cabinet de gestion de patrimoine), Pierre Perrin-Monlouis est un analyste et trader pour compte propre. Il vous fait profiter de son expérience en trading grâce à ses analyses financières et décrypte pour vous les actualités des marchés. Son approche globale des marchés combine à la fois l'analyse technique et l'analyse fondamentale sur l'ensemble des marchés : crypto, forex, actions et matières premières.
ARTICLES SIMILAIRES