EduBourseActualitésLafarge - Les résultats semestriels 2001

Lafarge – Les résultats semestriels 2001

Dernière mise à jour: octobre 19, 2021

Le Conseil d’Administration de Lafarge, réuni sous la présidence de Bertrand Collomb, le 3 septembre 2001, a arrêté les comptes pour le semestre se terminant le 30 juin 2001.

Les faits marquants expliquant les résultats au 30 juin 2001 sont les suivants :

· Les résultats de Blue Circle dont l’acquisition a été réalisée le 11 juillet 2001, ne sont pas consolidés.

· L’impact de la cession par le Groupe de la majorité de sa participation dans la Branche Matériaux de Spécialités est de 552 millions d’euros sur les ventes et de 44 millions d’euros sur le résultat d’exploitation courant.

· Sur des bases comparables, le chiffre d’affaires progresse de 1,9% alors que le chiffre d’affaires brut est en léger retrait de 1,4%.

· La comparaison avec l’année antérieure doit prendre en compte les conditions climatiques exceptionnellement favorables du premier semestre de l’année 2000.

· Résultat d’exploitation courant :

§ Très bonne performance de la Branche Ciment : résultat d’exploitation courant en hausse de 16% et maîtrise des coûts d’énergie.

§ Résultats stables à périmètre et change constants pour la Branche Granulats et Béton, mais en baisse à périmètre courant, compte tenu de l’accroissement de l’effet de saisonnalité par les acquisitions récentes en Amérique du Nord.

§ Résultats en baisse pour la Branche Toiture sous l’effet des difficultés persistantes du marché de la construction en Allemagne. Les résultats de la Branche Plâtre s’expliquent par l’effondrement des prix de la plaque de plâtre aux Etats-Unis.

§ Le résultat d’exploitation courant des pays émergents a progressé de 64%.

· Résultat Net part du Groupe: Impact favorable du taux effectif d’impôt et des dividendes versés par Blue Circle et Cimpor.

· Le résultat net par action est en baisse sous l’effet de l’impact de l’augmentation de capital de février 2001 destinée à financer l’acquisition de Blue Circle. Celle-ci a conduit à la création de 14 millions d’actions nouvelles alors que les résultats de Blue Circle n’ont pas été consolidés par Lafarge pour cette même période.

En millions d’euros 30 juin 2001 30 juin 2000 % variation
Chiffre d’affaires 5 578 5 656 -1,4%
Résultat d’exploitation courant 675 787 -14%
Résultat net 242 250 -3%
Résultat par action : € 1,97 2,35 -16%

CHIFFRE D’AFFAIRES CONSOLIDE DE LAFARGE AU 30 JUIN 2001

30 Juin 2001
Millions € 30 Juin 2000
Millions € Variation Dont variation activité
Ciment 2 245 2 045 +9,8% +6 %
Granulats & Béton 1 952 1 682 +16% +3,2%
Toiture 728 768 -5,2% -8,6%
Plâtre 540 504 +7% -4,0%
Autres 113 657 -82,7% +5 %
TOTAL 5 578 5 656 -1,4% +1,9%

RESULTAT D’EXPLOITATION COURANT AU 30 JUIN 2001

30 Juin 2001
Millions € 30 Juin 2000
Millions € Variation dont variation activité
Ciment 529 458 +16% +14%
Granulats et Béton 73 90 -19% -1%
Toiture 52 97 -46% -43%
Plâtre 3 57 -95% -67%
Autres 18 85 -79% –
TOTAL 675 787 -14% -5%

(Ces chiffres n’incluent pas ceux de Blue Circle consolidés à partir du 11 juillet 2001)

PERSPECTIVES

Malgré le contexte actuel d’incertitude économique, nous ne constatons pas d’affaiblissement significatif de nos marchés, sauf en Allemagne. Dans ces conditions, avec l’intégration de Blue Circle à partir du 11 juillet, nous pensons pouvoir réaliser, sur l’année 2001, une croissance raisonnable de nos résultats.
Au-delà de 2001, nous bénéficierons pleinement des impacts positifs de l’intégration de Blue Circle et notre forte position dans les pays émergents nous permettra d’amortir les variations régionales. Le Groupe pourra ainsi, au cours des prochaines années, poursuivre sa croissance significative.

*-*-*-*-*-*-

Les informations, autres qu’historiques, contenues dans le présent communiqué de presse constituent des données à caractère prévisionnel (forward-looking statements) au sens du United States Private Securities Litigation Reform Act de 1995. Ces données prévisionnelles ne reflètent pas nécessairement les performances futures et comportent certains risques, aléas et hypothèses (“Facteurs”) difficiles à prévoir. Les résultats futurs peuvent différer sensiblement des anticipations de résultats issues de données prévisionnelles, sous l’effet de Facteurs incluant de manière non limitative: la nature cyclique des activités de la Société ; les conditions économiques nationales et régionales dans les pays où le Groupe est présent ; les fluctuations des devises ; le caractère saisonnier des activités de la Société ; le niveau des dépenses de construction sur les marchés majeurs ; la structure de l’offre et de la demande dans l’industrie de la construction ; la concurrence accrue des nouveaux entrants et des concurrents existants ; les conditions climatiques défavorables lors des périodes de forte construction; les changements et la mise en place de réglementations environnementales ou autres réglementations gouvernementales ; notre capacité à identifier, mener à bien et intégrer efficacement nos acquisitions ; notre capacité de pénétration de nouveaux marchés ; ainsi que d’autres Facteurs contenus dans le Document de référence enregistré auprès de la Commission des opérations de bourse sous le numéro R01-049 et dans le 20-F tel qu’enregistré auprès de la Securities and Exchange Commission aux Etats-Unis d’Amérique. De manière générale, la Société est soumise aux risques et aléas propres à l’industrie de la construction et à une activité de nature mondiale. Les données prévisionnelles sont présentées à la date du présent communiqué et la Société n’assume aucune obligation quant à la mise à jour de ces données prévisionnelles en présence d’informations nouvelles, dans le cadre d’événements futurs ou pour toute autre raison.

*-*-*-*-*-

RAPPORT D’ACTIVITE SEMESTRIEL

CHIFFRE D’AFFAIRES

Le chiffre d’affaires s’est élevé à 5 578 millions d’euros au 30 juin 2001, en léger retrait
(-1,4% ; -78 millions d’euros) par rapport au premier semestre 2000.

· La variation d’activité, hors effet de change et de périmètre, est pour le semestre de : +1,9%
(-1,2% au premier trimestre et +4,2% au second).

– Ciment :
Les ventes de la Branche ont progressé de 6% (1,8% au premier trimestre et 9,2% au second). En Europe, l’activité a été très bien orientée en Espagne, est demeurée stable en France dans un environnement de prix favorable, mais reste difficile en Allemagne. L’Amérique du Nord a enregistré une bonne performance au second trimestre au cours duquel la demande s’est bien tenue. D’une manière générale, l’activité dans les pays émergents est demeurée soutenue, à l’exception principalement de la Turquie et de l’Egypte où la pression sur les prix reste forte.

– Granulats & Béton :
La Branche a enregistré une progression de 3,2% de son chiffre d’affaires (0,3% au premier trimestre et 5,1% au second) qui s’explique notamment par un bon niveau d’activité en Amérique du Nord.

– Toiture :
Le chiffre d’affaires de la Branche Toiture a reculé de 8,6% (-12,7% au premier trimestre et -5,4% au second). Les effets du fort déclin du marché allemand de la construction continuent de peser lourdement sur l’activité de la Branche.

– Plâtre :
Les ventes de la Branche ont reculé de 4% (-2% au premier trimestre et -5,8% au second). Aux Etats-Unis, le prix de vente moyen par milliers de pieds carrés a atteint 63$ contre 154$ à fin juin 2000. Hors Etats-Unis, les ventes de la Branche ont progressé de 6%.

· L’effet périmètre net est de -4.3%.

La réduction du chiffre d’affaires correspondant aux désinvestissements s’élève à 577 millions d’euros, principalement due à la cession de la majorité de la Branche Matériaux de Spécialités.

Les développements récents ont généré 305 millions d’euros de chiffre d’affaires supplémentaire. Il s’agit principalement des activités granulats et asphalte de Warren au Canada, de Raymond Cement en Inde et de l’impact des deux nouvelles usines de plaques de plâtre aux Etats-Unis.

· L’effet de change est positif à 1.0%.

L’appréciation du dollar de 1,5% a été dans une certaine mesure compensée par la pression observée sur les monnaies de certains pays émergents (en particulier : real brésilien, rand sud-africain).

RESULTAT D’EXPLOITATION

Par Branche, le résultat d’exploitation du premier semestre 2001 s’explique comme suit :

CIMENT (40% du chiffre d’affaires consolidé à fin juin 2001)

En millions d’euros 30 Juin 2001 30 Juin 2000 Variation Dont variation activité
Chiffre d’affaires 2 245 2 045 + 9.8% + 6%
Résultat d’exploitation
courant 529 458 +16% +14%

Les volumes vendus par les sociétés consolidées pendant le premier semestre totalisent 36 millions de tonnes, en progression de 4,3 % par rapport à la même période de l’année précédente. A structure comparable, ils ont progressé de 1.8%. L’impact de l’entrée dans le périmètre de consolidation des nouvelles entités s’élève à 782 000 tonnes, comprenant en particulier les activités de Raymond Cement en Inde.
L’Europe occidentale reste, pour le ciment, le premier marché du Groupe avec 26% des volumes vendus, suivi par l’Asie avec 17%.

Europe occidentale : Résultat d’exploitation courant : 197 millions d’euros (198 millions d’euros à fin juin 2000)

Les volumes de ciment vendus en Europe Occidentale s’élèvent à 10 millions de tonnes, en progression de 1,5 % à périmètre courant par rapport au premier semestre de 2000. Les prix ont augmenté également de manière satisfaisante dans la région.
La faiblesse persistante du marché allemand de la construction est compensée par un fort niveau d’activité en Espagne ; en France, après un début d’année perturbé par des conditions climatiques défavorables, le marché montre des signes d’amélioration.

Amérique du Nord : Résultat d’exploitation courant : 86 millions d’euros (95 millions d’euros à fin juin 2000)

Les volumes vendus au cours du semestre sont en légère baisse (-3,2 %) ; ils s’élèvent à 5,5 millions de tonnes. L’évolution des marchés a été contrastée au cours de la période, avec une progression de 2,3 % des volumes au Canada et une baisse de 5,7 % aux Etats-Unis, à périmètre et change constants. Toutefois, les volumes ont progressé de 1% au deuxième trimestre en dépit du ralentissement économique aux Etats-Unis et après un premier trimestre particulièrement touché par les conditions hivernales. Les prix se sont maintenus à un niveau comparable à celui de 2000 aux Etats-Unis et sont en progression de 4% au Canada. Le résultat d’exploitation courant a également été affecté par le calendrier du programme de maintenance.

Pays émergents : Résultat d’exploitation courant : 250 millions d’euros (173 millions d’euros à fin juin 2000)

Plus de 21 millions de tonnes de ciment ont été vendues dans les pays émergents, en progression de 3,4 % à périmètre et change constants.

§ En Europe Centrale et Orientale, le résultat d’exploitation courant progresse fortement à 21 millions d’euros contre 9 millions à fin juin 2000, principalement en raison d’un net redressement des résultats de la Roumanie qui a bénéficié non seulement de ventes en hausse mais également de coûts de fuel réduits résultant du passage du fuel au petcoke.

§ Dans les pays du Bassin Méditerranéen, le résultat d’exploitation courant est en hausse à 50 millions d’euros (43 millions d’euros à fin juin 2000). La progression particulièrement significative du Maroc, de l’Egypte et de la Jordanie a été en partie occultée par la situation économique très difficile que rencontre la Turquie dont les résultats sont négatifs.

§ En Asie, le résultat d’exploitation courant est en hausse significative. Il s’établit à 26 millions d’euros (4 millions d’euros à fin juin 2000). A périmètre et change constants, la progression est de 18 millions d’euros. Aux Philippines et en Indonésie où la situation reste tendue sur les plans politique et économique, les résultats progressent principalement grâce à une bonne évolution des prix de vente. Dans les autres pays de la région, le Groupe a amélioré ses performances (Corée du Sud, Chine et Inde). L’Inde a également bénéficié de l’impact positif de l’acquisition de Raymond Cement (6 millions d’euros). L’évolution favorable des prix de vente dans ces pays est le facteur principal d’amélioration de la performance. Le Groupe a réalisé l’acquisition de 40% de la société japonaise Aso Cement en juillet 2001.

§ En Amérique latine, le résultat d’exploitation courant a progressé de 24% à 113 millions d’euros (91 millions d’euros à fin juin 2000). Au Brésil, les résultats demeurent stables par rapport au premier semestre 2000, les augmentations de prix permettant de compenser la dévaluation du réal brésilien. Les volumes vendus au Brésil ont baissé de 5% dans un contexte de dégradation des conditions économiques et de pénurie d’électricité. Au Honduras et au Venezuela, la conjoncture économique a été plus favorable, ce qui se traduit par une forte amélioration des résultats.

§ Les pays de la zone Afrique/Océan Indien ont enregistré une très forte progression, (+54% à 40 millions d’euros ; 26 millions d’euros à fin juin 2000) de leur résultat d’exploitation courant. Le Cameroun, l’Afrique du Sud et l’Ouganda progressent de manière significative.

MAITRISE DES COUTS ENERGETIQUES

Le succès rencontré par le Groupe dans la maîtrise des coûts de l’énergie se confirme. La Branche Ciment espère maintenir en 2001 les coûts additionnels à l’équivalent de 0,5 euros par tonne, sous l’effet conjugué de différents projets d’utilisation de combustibles alternatifs et de déchets, dans les différentes cimenteries du Groupe. En Europe Occidentale, l’utilisation des déchets s’est accrue (principalement par l’incinération des farines animales en France et en Allemagne). D’autres pays, comme la Roumanie, ont bénéficié des projets de conversion (fuel au petcoke) réalisés en 2000. Par ailleurs, des progrès dans la consommation calorifique ont été intégrés aux actions de modernisation industrielle en Pologne, au Maroc, au Kenya, en Ouganda et au Mexique.

GRANULATS ET BETON (35% du chiffre d’affaires consolidé à fin juin 2001)

En millions d’euros 30 Juin 2001 30 Juin 2000 Variation Dont variation activité
Chiffre d’affaires 1 952 1 682 +16% +3,2%
Résultat d’exploitation courant 73 90 -19% -1%

· Granulats – Résultat d’exploitation courant : 41 millions d’euros (57 millions d’euros fin juin 2000)

Le résultat d’exploitation courant de l’activité Granulats a progressé de 2 millions d’euros à périmètre et change constants, mais baisse à périmètre courant compte tenu d’un effet saisonnalité accrû par les acquisitions récentes en Amérique du Nord.

Les ventes totales de granulats ont progressé de 14% à 94 millions de tonnes vendues au premier semestre 2001. Hors effet des acquisitions en Amérique du Nord, la croissance a été de 4%.

L’Europe occidentale a connu des volumes stables. La forte croissance en Espagne et au Portugal a compensé l’impact défavorable des conditions météorologiques sur les volumes en France. Le résultat d’exploitation courant s’inscrit à un niveau comparable à celui du premier semestre 2000.

En Amérique du Nord, les volumes ont progressé de 33% à périmètre courant. Hors impact des acquisitions, la croissance des volumes atteint 7% dans un contexte de marché favorable, au Canada en particulier. Dans les autres pays, les volumes sont restés stables.
Malgré la croissance des volumes, le résultat d’exploitation courant total est en baisse de 17 millions d’euros par rapport au premier semestre 2000, sous l’impact des pertes d’un premier trimestre affecté par l’effet de saisonnalité accrû par les récentes acquisitions de Warren et Presque Isle.

· Béton – Résultat d’exploitation courant : 32 millions d’euros (33 millions d’euros à fin juin 2000)

Les volumes de béton sont en recul de 1% à fin juin 2001 par rapport au premier semestre 2000, à 16 millions de mètres cubes.

En Europe Occidentale, les conditions de marché sont demeurées proches de celles rencontrées en 2000.

En Amérique du Nord, les volumes ont progressé de 4% grâce à la croissance des ventes dans la région Est du Canada, dans le Maryland, en Louisiane et au Nouveau Mexique. Par ailleurs, en Turquie, les conditions économiques difficiles ont entraîné une baisse importante des volumes vendus.

La Branche a poursuivi son programme de développement en Amérique du Nord en acquérant la société Rocky Mountain Construction Materials, renforçant ainsi la position du Groupe au Colorado.

TOITURE (13% du chiffre d’affaires consolidé à fin juin 2001)

En millions d’euros 30 Juin 2001 30 Juin 2000 Variation Dont variation activité
Chiffre d’affaires 728 768 -5,2% -8,6%
Résultat d’exploitation courant 52 97 -46% -43%

Europe:

Les ventes du premier semestre ont subi l’impact direct du sévère déclin du marché allemand de la construction. Les volumes de tuiles béton vendus en Europe s’élèvent à 39 millions de m², en baisse de 13%, principalement en Allemagne où les volumes ont reculé de 29%. Les volumes de tuiles terre cuite ont baissé de 7% à 12 millions de m² (la baisse est de 27% pour la seule Allemagne). Hors Allemagne, les volumes vendus progressent de 0,8%.

En Allemagne, les permis de construire sont en baisse de 26% à fin mai 2001 par rapport à l’année précédente.

Afin de réduire les coûts opérationnels et d’améliorer leurs performances, les activités tuiles terre cuite et béton en Allemagne ont été fusionnées. Le nouveau plan de restructuration comprend la fermeture de deux usines de tuiles béton et une réduction de personnel. Les nouveaux produits (format large appelé “BIG” et tuiles à revêtement spécial) affichent une bonne progression contrairement aux tendances de marché.

L’activité Cheminée, dont le marché principal se situé en Allemagne, a souffert également de ce très mauvais marché. En Europe, les volumes vendus se sont élevés à 1 290 km, en recul de 14,4%, la baisse des volumes atteignant 37,5%.En Allemagne, le programme de restructuration mis en place s’est traduit par la fermeture de 10 usines (sur 18) et de 14 dépôts au premier semestre 2001 ainsi que par la réduction significative des effectifs.

Le résultat d’exploitation courant en Allemagne est en retrait à 9 millions d’euros, comparé aux 45 millions d’euros à fin juin 2000.

Ailleurs en Europe, le résultat d’exploitation courant s’inscrit en baisse à 34 millions d’euros (47 millions d’euros au 30 juin 2000). Les volumes sont en retrait en France par rapport au premier semestre 2000 favorablement influencé par la tempête de décembre 1999. La progression des volumes en France est cependant de 7.2% par rapport au premier semestre 1999.

Les volumes de tuiles béton vendus en Grande Bretagne sont en léger retrait par rapport au 30 juin 2000 sous l’effet de conditions météorologiques défavorables au premier semestre.

En Italie, la croissance des volumes a été favorable, aussi bien en tuiles béton qu’en tuiles terre cuite.

La pression dans l’industrie de la toiture en Allemagne a conduit à des exportations vers les pays voisins, Benelux et Scandinavie notamment, où la situation concurrentielle pèse sur le niveau des prix et des volumes vendus.

Début 2001, la Branche a cédé son activité briques en Autriche (Lafarge Ziegelindustrie) à Wienerberger afin de se recentrer sur son principal métier, les systèmes complets de couverture.

Autres pays :

Les volumes de tuiles béton vendus hors Europe se sont élevés à 38,3 millions de m²;
De nombreux pays affichent des tendances positives comparées au premier semestre de l’année 2000. Les volumes vendus en Malaisie (+44%), en Chine (+28%) et en Afrique du Sud (+21%) ont été particulièrement satisfaisants.

L’Amérique du Nord, contrairement aux prévisions qui, fin 2000, anticipaient un ralentissement de la construction résidentielle, a enregistré une hausse de 5,7% des volumes vendus au premier semestre 2001.

Le résultat d’exploitation courant de ces pays a fortement progressé pour atteindre 9 millions d’euros fin juin 2001 (5 millions d’euros à fin juin 2000).

PLATRE (10% du chiffre d’affaires consolidé à fin juin 2001)

En millions d’euros 30 Juin 2001 30 Juin 2000 Variation Dont variation activité
Chiffre d’affaires 540 504 +7% -4%
Résultat d’exploitation courant 3 57 -95% -67%

Les résultats de la Branche Plâtre sont en net retrait au 30 juin 2001 : en effet, le très bas niveau de prix a continué à peser lourdement sur les opérations en Amérique du Nord.
Hors Amérique du Nord, le chiffre d’affaires à périmètre et change constants a augmenté de 6%.

Europe :

Le résultat d’exploitation courant s’élève à 38 millions d’euros sur la période (39 millions d’euros à fin juin 2000.) Les volumes de plaques de plâtre vendues ont augmenté globalement en Europe, à l’exception de l’Allemagne. Les hausses du prix de l’énergie ont été généralement compensées par des réductions de coûts et des augmentations de prix de vente.

Amérique du Nord :

La perte de 48 millions d’euros enregistrée au premier semestre reflète la chute sévère des prix de vente intervenue depuis mai 2000. Le prix de vente moyen par millier de pieds carrés au premier semestre 2001 est de 63$ (contre 154$ à fin juin 2000). Les deux nouvelles usines à la pointe de la technologie poursuivant l’amélioration de leurs performances, les expéditions de plaques de plâtre ont progressé de 78% par rapport au premier semestre 2000. Des progrès significatifs ont été réalisés pour ramener les coûts de production à un niveau plus proche des objectifs dans la nouvelle usine du Kentucky, inaugurée il y a un an, et des plans d’actions ont été mis en place pour poursuivre la réduction de ces coûts. La seconde usine à ligne de production rapide, implantée en Floride depuis janvier 2001, progresse comme prévu et devrait atteindre ses objectifs de production pour 2001.

Après dix huit mois de baisse, des augmentations de prix de vente sont entrées en vigueur en juillet et de nouvelles augmentations sont annoncées pour septembre.

Autres pays :

La Corée a connu des volumes et des résultats en forte croissance et la construction d’une troisième usine a été décidée. Une participation majoritaire de 71% dans Siam Gypsum Industry (Thaïlande) a été acquise par la joint venture fin juin. Notre joint venture avec Boral en Asie est désormais totalement opérationnelle.

AUTRES

En millions d’euros 30 Juin 2001 30 Juin 2000 Variation Dont variation activité
Chiffre d’affaires 113 657 -82,7% +5%
Résultat d’exploitation courant 18 85 -79%

Depuis le début de l’année, la plupart des anciennes activités de la Division Matériaux de Spécialités de Lafarge ont été apportées à la société Materis, nouvellement créée. Lafarge détient une participation de 35% dans Materis, consolidée par mise en équivalence en 2001. Le résultat d’exploitation courant est stable au 30 juin 2001.
Un certain nombre de petites activités ont été conservées par le Groupe. Les opérations Chaux aux Etats-Unis et en Grande Bretagne ont subi les difficultés de l’industrie sidérurgique. Les opérations d’Applications Routières aux Etats-Unis évoluent toujours dans un contexte de guerre des prix.

ELEMENTS NON RECURRENTS : -10 millions d’euros (-17 millions d’euros à fin juin 2000)

Le montant net des plus-values de cession s’élève à 39 millions d’euros (119 millions d’euros à fin juin 2000) dont les plus significatives ont été réalisées sur :

· La vente de 24% de Lafarge India Ltd à un investisseur extérieur
· La cession d’une partie des centrales à béton au Brésil

Pour mémoire, le niveau élevé des plus-values au 30 juin 2000 était dû à la cession des titres CCF.

Le montant net des autres pertes et profits est de -49 millions d’euros (-136 millions d’euros à fin juin 2000), principalement constitué de coûts de restructuration des activités.

Pour mémoire, le niveau élevé des charges 2000 était dû aux coûts de l’OPA lancée sur Blue Circle.

FRAIS FINANCIERS NETS AU 30 JUIN : 194 millions d’euros (220 millions d’euros à fin 2001)

La baisse des frais financiers est le résultat d’un effet de change positif comparé au premier semestre 2000, du revenu financier sur le produit de l’augmentation de capital réalisée en début d’année et des dividendes versés par Blue Circle et Cimpor.

IMPOTS SUR LES SOCIETES : 115 millions d’euros (180 millions d’euros à fin juin 2000)

La baisse de la charge d’impôt s’explique essentiellement par un gain non récurrent sur impôt différé au Canada dû à une réduction de taux (16 millions d’euros).

LA PART DES MINORITAIRES dans le résultat net du Groupe est de 65 millions d’euros (66 millions d’euros à fin juin 2000).

L’AMORTISSEMENT DES ECARTS D’ACQUISITION s’élève à 49 millions d’euros
(54 millions d’euros à fin juin 2000).

LE RESULTAT NET PART DU GROUPE est en retrait de 3% à 242 millions d’euros (250 millions d’euros à fin juin 2000)

le resultat net par action est de 1,97 euros (2,35 euros à fin juin 2000) : la baisse du résultat net par action est la conséquence de l’augmentation de capital réalisée en février 2001, destinée au financement de l’acquisition de Blue Circle et qui a généré l’émission de 14 millions d’actions nouvelles ; alors que les résultats de Blue Circle n’ont pas été consolidés par Lafarge sur la même période.

.

LES INVESTISSEMENTS s’élèvent à 1 087 millions d’euros
(2 224 millions d’euros à fin juin 2000). Ils comprennent :

· Les acquisitions pour un montant total de 548 millions d’euros

§ Ciment :
– Pan African Cement : 46 millions d’euros
– Raymond Cement (Inde) : 175 millions d’euros
§ Granulats & Béton : Etats-Unis
– Rocky Mountain : 33 millions d’euros
– Pine Hill : 27 millions d’euros

· Les investissements de développement interne : 211 millions d’euros correspondant à un certain nombre d’extensions de capacités (cimenterie de Kansas City, nouvelle cimenterie de Dujang en Chine)

· Les investissements de maintien de 328 millions d’euros dans le cadre récurrent des opérations de remise à niveau et de modernisation de l’outil industriel dans le monde.

LES DESINVESTISSEMENTS s’élèvent à de 82 millions d’euros (192 millions d’euros à fin juin 2000) dont la seule cession significative concerne des actifs de béton au Brésil.

LES FONDS PROPRES au 30 juin 2001 s’élèvent a 9 476 millions d’euros (7 341 millions d’euros à fin juin 2000).

LA DETTE NETTE CONSOLIDEE, après prise en compte des fonds destinés à l’acquisition de Blue Circle, est de 6 369 millions d’euros (7 493 millions d’euros à fin juin 2000). Au 30 juin 2001, le ratio endettement sur fonds propres s’élève à 66%.

BLUE CIRCLE

L’acquisition de Blue Circle a été finalisée le 11 juillet 2001. Blue Circle n’est pas consolidé au 30 juin 2001. Les résultats de Blue Circle pour le premier semestre 2001 non audités et en UK GAAP (General Acceptable Accounting Principles) sont les suivants :

En millions de £ 30 Juin 2001
£ Million 30 Juin 2000
£ Million Variation
Chiffre d’affaires 1 246 958 +30%
Résultat d’exploitation courant
(avant amortissement du goodwill)) 197 172 +14%

En Europe Occidentale, le résultat d’exploitation courant de Blue Circle a progressé sous l’effet de la prise en compte de la Grèce sur la période entière, pays où de bons niveaux d’activité ont été rencontrés. Ceci a plus que compensé la sortie d’Aalborg, qui avait contribué pour 6 millions de livres aux résultats de juin 2000.

La performance de la Grande Bretagne sur le premier semestre a subi l’impact de conditions météorologiques défavorables au premier trimestre et des inondations importantes qui ont affecté la production à Northfleet. En Amérique du Nord, les volumes sont demeurés stables mais le résultat d’exploitation est en baisse compte tenu de coûts de fuels plus importants, de déficits de production et de pression sur les prix dans le sud-est (baisse de 2 $ par rapport à l’année dernière).

Le résultat d’exploitation courant dans les pays émergents a progressé avec une amélioration des prix en Malaisie et aux Philippines. Les résultats du Chili ont été impactés par la dévaluation entraînée par la situation en Argentine.

L’activité immobilière a contribué au résultat pour 38 millions de livres, comparé à 13 millions de livres au premier semestre 2000.

PERSPECTIVES

Malgré le contexte actuel d’incertitude économique, nous ne constatons pas d’affaiblissement significatif de nos marchés, sauf en Allemagne. Dans ces conditions, avec l’intégration de Blue Circle à partir du 11 juillet, nous pensons pouvoir réaliser, sur l’année 2001, une croissance raisonnable de nos résultats.
Au-delà de 2001, nous bénéficierons pleinement des impacts positifs de l’intégration de Blue Circle et notre forte position dans les pays émergents nous permettra d’amortir les variations régionales. Le Groupe pourra ainsi, au cours des prochaines années, poursuivre sa croissance significative.

Contact Presse : Contact Investisseurs :
Denis Boulet : James Palmer :
(33 1) 44 34 94 14 (33 1) 44 34 11 26
(33 6) 70 80 45 23 (33 6) 15 44 49 02

Pierre Perrin-Monlouis
Pierre Perrin-Monlouis
Fondateur de Rente et Patrimoine (cabinet de gestion de patrimoine), Pierre Perrin-Monlouis est un analyste et trader pour compte propre. Il vous fait profiter de son expérience en trading grâce à ses analyses financières et décrypte pour vous les actualités des marchés. Son approche globale des marchés combine à la fois l'analyse technique et l'analyse fondamentale sur l'ensemble des marchés : crypto, forex, actions et matières premières.
ARTICLES SIMILAIRES