EduBourseActualitésDéficit de l'Assurance Maladie : la CSMF dit non à la provocation...

Déficit de l’Assurance Maladie : la CSMF dit non à la provocation d’un ONDAM à 2%

En 20009, l’objectif national de dépenses de l’assurance maladie (ONDAM) pour les soins de ville a été parfaitement respecté à 3,1%, conformément à ce qui avait été voté par le Parlement. Chacun aura remarqué que, malgré l’épidémie de grippe, la progression des honoraires médicaux, particulièrement celle des médecins généralistes, est restée très modérée et limitée à 1,5%.

De tels résultats, n’ont été possibles, comme en 2008, que grâce au sens de la responsabilité, et aux efforts des médecins libéraux qui se sont appropriés la maîtrise médicalisée. Celle-ci a produit ses effets, n’en déplaise à la Ministre de la Santé qui prétend le contraire en dépit des évidences criantes.

Ce qui est criant d’évidence, c’est que le respect de l’ONDAM, pour la deuxième année consécutive, n’empêchera pas le déficit de l’Assurance Maladie de franchir le seuil des 11 milliards d’euros.

Ce qui est criant d’évidence, c’est qu’il faut à présent agir sur le poste « recettes » au lieu de s’acharner sur celui des « dépenses » au risque de provoquer un rationnement des soins !

Malgré ces évidences, le Ministre du Budget vient d’annoncer qu’il fallait encore réduire les dépenses avec un ONDAM pour 2011 limité à …2% ! Dans ces conditions, après trois années de paralysie conventionnelle totale et après trois ans « d’enfumage » du Gouvernement sur la revalorisation de la médecine de premier recours, les marges de manœuvre pour les médecins libéraux seront concrètement inexistantes en 2011.

Pénaliser les médecins libéraux dans ces conditions relève de la pure provocation. Ils n’ont pas à être la variable d’ajustement de l’équilibre financier de l’assurance maladie dont les modalités de financement sont trop fragiles et insuffisants. C’est tout simplement intolérable. La commission des déficits qui se réunit demain à l’Elysée devra entendre ce message.

Avant d’engager la négociation d’une nouvelle convention, les engagements contractés par l’assurance maladie dans la convention, en 2005, doivent être mis en œuvre par le règlement arbitral en cours d’écriture, à savoir : la revalorisation du C à 23 €, l’aménagement du C2 consultant pour les spécialités cliniques et la 3ème tranche de CCAM technique. A défaut, la CSMF, premier syndicat médical français, confirme qu’elle n’hésiterait pas à engager un conflit tarifaire.

Pierre Perrin-Monlouis
Pierre Perrin-Monlouis
Fondateur de Rente et Patrimoine (cabinet de gestion de patrimoine), Pierre Perrin-Monlouis est un analyste et trader pour compte propre. Il vous fait profiter de son expérience en trading grâce à ses analyses financières et décrypte pour vous les actualités des marchés. Son approche globale des marchés combine à la fois l'analyse technique et l'analyse fondamentale sur l'ensemble des marchés : crypto, forex, actions et matières premières.
ARTICLES SIMILAIRES
1200
1200