EduBourseActualitésFrance Télécom et NetValue analysent avec précision les usages du grand public...

France Télécom et NetValue analysent avec précision les usages du grand public sur le web

Dernière mise à jour: octobre 19, 2021

Dans le cadre d’un partenariat de recherche commun, France Télécom, au travers de son centre de recherche, NetValue, et HEC viennent de réaliser une étude nationale inédite sur les usages d’Internet par le grand public. Menée pour la première fois sur une échelle aussi importante (1000 internautes extraits du panel NetValue suivis pendant un an), celle-ci favorise la compréhension du comportement des utilisateurs : utilisation des services sur les portails, usages des moteurs de recherche et de la messagerie, fréquentation des sites marchands et des pages personnelles,…
Les axes de recherche définis pour mieux connaître les pratiques sur Internet ont permis les résultats suivants :

· impact des messages publicitaires/taux de clic: les critères socio-démographiques et l’expérience des internautes ne sont pas déterminants pour expliquer la propension à cliquer ;
· usages des différents moteurs de recherche : 15% des panélistes n’ont jamais utilisé de moteur de recherche, et seuls 20% des sessions de navigation sur le Web comprennent une requête dans un moteur de recherche ;
· services offerts par les portails: l’usage des moteurs diminue avec l’ancienneté, alors que l’usage des services de communication augmente ;
· usages du courrier électronique: 12% des internautes du panel n’utilisent pas de courrier électronique ;
· parcours sur les sites marchands : la moitié des internautes sont allés au moins une fois sur un site marchand lié au tourisme ou aux biens culturels ;
· styles des pages personnelles selon leur serveur d’hébergement : elles ont globalement des tonalités différentes selon ce serveur.
Ces travaux permettront aussi dans un prochain avenir de segmenter les internautes en fonction d’une classification fine de leur pratiques, (recherche, navigation, mail, chat, jeux…).

Les études d’usages et l’analyse des typologies d’internautes ont été réalisées par les chercheurs de France Télécom grâce à des méthodes innovantes d’informatique sémantique et de statistique textuelle. NetValue a quant à elle rassemblé et fourni l’ensemble des données recouvrant l’activité des internautes concernés sur Internet (chat, courrier électronique, téléchargement, IRC…) et apporté son expertise dans les phases d’analyses. L’Ecole HEC, au travers de la Chaire “Management et nouvelles technologies”, a quant à elle piloté les travaux sur la publicité.

Par ailleurs, France Télécom R&D, Netvalue, le laboratoire LIMSI (CNRS) et l’université de Paris III travaillent dans le cadre d’un projet labellisé par le RNRT à l’élaboration et au développement d’un outil de traitement de ce type de données. Celui-ci permettra de mener automatiquement et à grande échelle les mêmes types d’analyses et de les étendre à d’autres domaines : études de fréquentation de sites dédiés, de jeux en ligne…
Ces résultats, qui précisent pour la première fois les comportements actuels sur le réseau, contribuent à améliorer l’efficacité des politiques marketing et publicitaires sur Internet. Ils facilitent aussi l’adaptation des services offerts sur les portails en fonction des profils des utilisateurs. France Télécom, notamment au travers de Wanadoo Régie, entend les mettre à profit pour mieux positionner ses offres et préparer celles à venir.

Les premiers résultats de l’étude :

Axe publicité : analyse des facteurs pouvant expliquer le taux de clic des bannières

· Critères socio-démographiques :
Pour segmenter les cibles marketing, les variables socio-démographiques sont les plus utilisées et ceci également dans les stratégies utilisant l’Internet. Il apparaît ici que ces variables ne sont pas déterminantes pour expliquer la propension à cliquer, sauf cas très particuliers qui vont faire l’objet d’analyses plus approfondies (les habitants de la région parisienne sont en effet à la fois les plus gros consommateurs de pages sur Internet et ceux qui ont le taux de clic le plus faible).

· Expérience des internautes :
On soutient fréquemment, dans les milieux professionnels, que le taux de clic est nettement plus important pour les internautes néophytes que pour les internautes aguerris, ceux-ci étant pressés d’arriver le plus directement possible à leur but. La recherche montre qu’en fait le nombre de clics des internautes néophytes est légèrement inférieur à celui des aguerris. En rapportant le nombre de clics au nombre de pages vues, les taux des différentes catégories d’internautes sont très proches, celui des aguerris étant très légèrement inférieur. Le nombre de clics resterait donc sensiblement constant quelle que soit l’ancienneté des internautes, ceux-ci voyant plus de pages avec le temps.

Ancienneté de connexion
% de cliqueurs
Nb moyen de pages vues en 6 mois
Nb moyen de clics en 6 mois
Nb clics/pages vues (x 1000)

Plus de 2 ans
58
2995
2,7
0,9015

De 6 mois à 2 ans
53
2034
2,28
1,1209

Moins de 6 mois
50
2236
2,26
1,0107

Les moteurs de recherche :

· 29 moteurs de recherche différents ont été utilisés par les panélistes en 2000 ;
· les internautes concernés ont lancé 104 211 requêtes sur 7,5 millions de pages lues ;
· 227 270 pages de réponse ont été consultées, chaque requête nécessitant 2 clics en moyenne ;
· 15% des panélistes n’ont jamais utilisé de moteur de recherche (surtout des femmes et des jeunes de moins de 15 ans)
· seuls 20% des sessions de navigation sur le Web comprennent une requête dans un moteur de recherche, et dans 68% des cas, un seul moteur est utilisé pendant la session ;
· l’analyse des requêtes adressées à chaque moteur permet de mettre en évidence la proximité des moteurs des grands portails et des spécialisations assez fortes pour certains moteurs (les requêtes ” sexe, piratage et vidéo ” sont plus fréquentes sur certains moteurs, tandis que d’autres attirent des requêtes ” vie pratique “) ;
· les internautes se divisent en deux grandes catégories d’utilisateurs des moteurs :

o ceux dont les requêtes tournent autour de la ” culture technique ” (multimédia, jeux, informatique) sont plus fréquemment des hommes, des moins de 24 ans et des très gros utilisateurs du Web,
o ceux qui recherchent des informations pour la vie ” ordinaire ” sont principalement des femmes, des personnes d’âge moyen et appartenant à des catégories professionnelles intermédiaires.

Les portails :

Le nombre de pages vues par les internautes sur les principaux portails est stable au cours de l’année 2000. Mais cette stabilité globale cache des différences importantes :

· l’usage des moteurs diminue avec l’ancienneté : les internautes se repèrent plus facilement sur le Web et se servent moins des moteurs ;
· l’usage des services de communication (mail, chat…) augmente.

La diversification des portails en terme de services proposés (à l’origine le portail était essentiellement un moteur de recherche) a donc un effet visible sur les usages.

L’usage du courrier électronique :

On distingue deux manières d’utiliser le courrier électronique :

· par le biais d’un logiciel de messagerie (” mail standard “), parfois intégré dans le navigateur,
· à travers une page Web (” Webmail “).

Il apparaît que 12% des internautes du panel n’utilisent pas le courrier électronique et que parmi les panélistes utilisateurs de la messagerie, 6% utilisent exclusivement le WebMail, 63% utilisent exclusivement le mail standard et 31% combinent les deux.

Les sites marchands :

· la moitié des internautes sont allés au moins une fois en 2000 sur un site marchand lié au tourisme. Idem pour les sites de biens culturels (Fnac, Alapage, Amazon…) ;
· près de la moitié des internautes qui consultent une agence de voyage virtuelle, consultent d’autres sites du même type au cours de la même session. En revanche, les internautes sont plus fidèles sur les sites de biens culturels : 80% ne visitent qu’un site au cours de la session ;
· le profil d’usage des sites marchands suit de près la structure de l’offre des sites. Par exemple, Promovac, valorise ses offres de dernière minute, et c’est bien cette partie du site qui est la plus visitée, à l’inverse de Travelprice dont les fonctions de recherche sont les plus valorisées et les plus visitées. Le profil d’usage reflète le positionnement des sites.

Les pages personnelles :

Les pages personnelles visitées ont globalement des tonalités différentes selon leur serveur d’hébergement : le domaine donne un style à ses habitants. L’analyse des contenus d’un échantillon de pages personnelles (sites hébergés chez des fournisseurs d’accès ou des portails) permet d’identifier des styles propres aux hébergeurs :

· chez Wanadoo, le contenu des pages visitées a diverses caractéristiques : forte présence des verbes dire, parler, penser ; mise en scène de l’échange (moi, nous / toi, vous) ; thèmes du gravage de CD ; le travail (bureau, directeur, patron, licenciement…) ; l’amour (rencontrer, regard, plaire) ; la vie (vieillir, mourir…) et autres préoccupations existentielles. Le site est alors un lieu d’expression intime du moi qui s’adresse à l’autre.
· les pages visitées hébergées par Club-internet présentent des caractéristiques proches de celles de Wanadoo.
· dans les pages personnelles de Free visitées, quelques domaines sémantiques peuvent clairement être identifiés : les messages renvoyés par les serveurs d’interdiction d’accès ou de redirection (you don’t have permission, forbidden, click here), le champ sémantique du sexe (y compris les mises en garde pour les visiteurs), celui des logiciels (cracks, download…) et celui de la gratuité. Chez Free, on observe un entrelacement intéressant entre la liberté (sexuelle et logicielle) et la gratuité, portée par le double sens du mot free.
· dans les sites visités sur le serveur Chez, la thématique sexe-porno est sur-représentée, le discours promotionnel y est plus marqué et le positionnement est plus proche de la sphère marchande : la gratuité n’est plus revendiquée, les sponsors sont mis en avant.
· les pages visitées de Multimania ont un profil assez différent : le nom de l’hébergeur y apparaît fréquemment (sans doute à cause de l’affichage du bandeau publicitaire) ; les références aux ” objets ” internet, en particulier aux messageries instantanées (IRC, ICQ, chat…), aux loisirs (BD, musique), aux études (formation, école, bac) sont spécifiques de ces sites.
· enfin, les pages de Geocities ont pour caractéristique d’être en anglais, c’est donc la différence de langue que font ressortir les calculs statistiques.

A propos de France Télécom :
France Télécom, un des principaux opérateurs de télécommunications au monde, sert plus de 86 millions de clients sur les cinq continents (220 pays ou territoires) et a réalisé un chiffre d’affaires consolidé de 33,7 milliards d’euros en 2000 (20,4 milliards au 30 juin 2001). Au travers de marques d’envergure internationale comme Orange, Wanadoo, Equant et GlobeCast, France Télécom offre toute la gamme de services de télécommunications : téléphonie locale et internationale, téléphonie mobile, Internet et multimédia, transport de données, broadcast et télévision par câble. Second opérateur mobile, troisième fournisseur d’accès Internet européen et parmi les leaders mondiaux des services de télécommunications aux entreprises multinationales, France Télécom (NYSE:FTE) est cotée en Bourse à Paris et New York.
Fort de ses 3000 chercheurs et techniciens, France Télécom R&D, est le moteur de l’innovation de France Télécom et de ses filiales, en France et à l’étranger. Son rôle est d’anticiper les révolutions technologiques et d’usages, innover pour offrir aux clients le meilleur des télécommunications, tout en imaginant dès maintenant les technologies qui feront partie de leur quotidien demain. Les résultats de France Télécom R&D placent le groupe en Europe à la 1ère place de la recherche & développement en télécoms.

A propos de NetValue :
Fondée en mars 1998, NetValue a mis en place un observatoire de l’Internet au niveau mondial s’appuyant sur une technologie propriétaire dénommée NetMetertm . La technologie NetValue est fondée sur une capacité de mesure de l’information sans équivalent sur le marché et qui lui permet de mesurer l’ensemble des comportements et des usages de l’Internet : mail, chat, forum, web, audio, vidéo…- en plus de la mesure d’audience des sites web. NetValue dispose ainsi d’une extraordinaire richesse de données sur l’activité des internautes, et offre aux entreprises une image complète de ce que font les individus en ligne.

Plus d’info :

Contact presse :
France Télécom
Manuel Lesaicherre / 01 44 44 93 93 / [email protected]
Net Value
Anne Rouvin / 01 41 92 19 12 / [email protected]

Pierre Perrin-Monlouis
Pierre Perrin-Monlouis
Fondateur de Rente et Patrimoine (cabinet de gestion de patrimoine), Pierre Perrin-Monlouis est un analyste et trader pour compte propre. Il vous fait profiter de son expérience en trading grâce à ses analyses financières et décrypte pour vous les actualités des marchés. Son approche globale des marchés combine à la fois l'analyse technique et l'analyse fondamentale sur l'ensemble des marchés : crypto, forex, actions et matières premières.
ARTICLES SIMILAIRES