EduBourseActualitésTxCell présente à l’EU Advanced Therapies Investor Day, le 13 novembre, à...

TxCell présente à l’EU Advanced Therapies Investor Day, le 13 novembre, à Londres, Royaume-Uni

Ils sont de plus en plus nombreux à transformer leur rêve en réalité : ces voyageurs qui laissent le quotidien derrière eux pour faire le tour du monde ! Mais ils ne sont pas tous pareils…

Pour certains, il s’agit du rêve d’une vie : ils ont économisé des années pour s’offrir des mois de bonheur entre aventure, belles rencontres et farniente. Pour d’autres, le tour du monde correspond à un projet social ou professionnel : ils ont des objectifs, des rendez-vous et bien souvent l’espoir de changer de monde !
Entre rêve et réalité
L’été dernier, une étudiante hollandaise de 25 ans est partie cinq semaines faire le tour de l’Asie. En tout cas c’est ce que ses proches ont cru ! Car en réalité, Zilla van den Born n’a pas quitté Amsterdam durant toute cette période. Grâce à sa maîtrise du logiciel de retouches Photoshop, elle a donné l’illusion qu’elle était bel et bien partie en diffusant sur les réseaux sociaux des photos d’elle dans des décors plus exotiques les uns que les autres !
Partir, s’échapper du quotidien… Certains l’ont fait pour de bon ! Sylvain, co-auteur du site www.voyageautourdumonde.fr, a réalisé l’an dernier une étude sur les tours du monde réalisés par des Français à partir d’une centaine de blogs dédiés qu’il a recensés. En moyenne, un tour du monde dure un an et coûte 14 500 euros. Pour accoler la mention « Tour du monde » sur un voyage, il est nécessaire de fouler plusieurs continents… mais pas forcément les cinq ! Les tours du monde recensés par Sylvain incluent tous l’Asie, 93 % l’Amérique du Sud, mais seuls 25 % comprennent un voyage en Afrique et 3 % en Asie centrale. Les cinq pays les plus visités sont la Chine (63 %), les États-Unis (34 %), le Mexique (33 %), la Mongolie (31 %) et le Japon (22 %).

L’étude montre également que la moyenne d’âge des voyageurs est de 27 ans. Certains voyagent en couple (42 %), d’autres en famille (27 %), d’autres seuls (24 %), d’autres encore entre amis (7 %). Ces derniers sont ceux qui prennent le plus de fois l’avion au cours de leur tour du monde. Ceux qui le prennent le moins sont les familles. Par ailleurs, plus de 8 voyageurs solos sur 10 sont des hommes.
Il semble qu’un tour du monde soit surtout une question de volonté et d’anticipation : avoir épargné durant de nombreuses années, s’être renseigné en amont et s’être organisé à l’avance. Comme James Asquith, ce jeune britannique qui, à 24 ans, est devenu le plus jeune homme à parcourir les 196 pays du monde reconnus par l’ONU. Pour financer ce voyage qui a duré cinq ans et coûté 150 000 €, James a utilisé l’argent qu’il avait économisé durant ses jobs d’été et a continué de travailler sur place quand cela était nécessaire.
Ça ne tourne pas rond
Un tour du monde change la vie. Aussi la personne la plus organisée ne pourra-t-elle rien contre le fait que les imprévus sont au programme de tout voyage. Par exemple, Mary Lou Mahaney, cette Américaine qui s’est envolée pour un tour du monde à 72 ans, savait-elle qu’elle ferait du quad en Namibie ou qu’elle caresserait des lions au Botswana ? Et quand l’Allemand Gunther Holtorf est parti avec sa femme pour dix-huit mois en Afrique, après la chute du mur de Berlin en 1989, pensait-il qu’il ne rentrerait qu’en octobre 2014 dans son pays natal ? Quand la fièvre du voyage vous gagne…

Le budget est souvent le nerf de la guerre. Mais deux étudiants, Milan et Muammer, ont récemment relevé le défi de faire le tour du monde… sans un sou en poche ! Un thème de voyage pas forcément facile à tenir. Ils ont donc 80 jours pour réaliser leur objectif et « montrer qu’il existe des gens prêts à vous aider aux quatre coins du monde ».
Non moins difficile, mais peut-être plus original est le thème choisi par ces trois jeunes norvégiennes : « The Topless Tour » fait le buzz ! Leurs photos — toujours de dos — ont récolté plus de 20 000 likes sur Facebook et 45 000 followers sur Instagram. Avec leur message, « unir les gens du globe pour sentir la liberté et partager leur beauté avec le monde », elles ont surtout initié une véritable tendance et reçu de nombreuses photos topless de voyageurs.
Il faut croire que les thèmes sont à la mode. Faire le tour du monde pour faire le tour du monde ? Non, vous risqueriez de tourner en rond. Faites donc plutôt le tour du monde en 80 lits, le tour du monde de la gastronomie, le tour du monde en vélo comme l’Argentin Pablo Garcia, ou à pied comme ce Canadien quinquagénaire qui a bien mis 11 ans à faire la boucle. Au total, Jean Béliveau aura parcouru 75 000 km à travers 64 pays : marche, Jean, marche !
Un tour pour changer le monde
Tous ces longs voyages par-delà les frontières et les continents ont cela en commun qu’ils enrichissent ceux qui s’y aventurent. Les voyageurs reviennent riches de souvenirs, d’expériences, et de nouvelles connaissances sur le monde et sur eux-mêmes. C’est l’une des raisons pour lesquelles les familles entreprennent de tels périples : permettre aux enfants d’apprendre par la pratique la diversité des cultures, des modes de vie, des paysages.
Ce n’est pas Miles Maurer, un jeune américain de 15 ans parti avec sa famille pour un tour du monde de dix mois, qui dira le contraire : « Il est bien plus efficace d’apprendre le régime Khmer rouge au Cambodge qu’en classe ! »
Cette richesse qui se récolte à chaque kilomètre parcouru a fait de jeunes pousses. Comme le projet de ces deux amis français, Matthieu et Nicolas, partis en 4L à la rencontre d’institutions de microfinance dans le monde entier. L’objectif du projet « Microcrédit en 4L » ? Promouvoir l’impact du microcrédit — l’attribution de petits prêts à des entrepreneurs en dehors du système bancaire classique — dans les pays en voie de développement.

Naveen Rabelli, un ingénieur indien, souhaite prouver qu’il est possible de voyager avec une empreinte carbone faible : c’est pourquoi il s’est lancé le pari fou de rejoindre le Royaume-Uni depuis l’Inde en tuk tuk solaire !
De très nombreuses initiatives de ce type émergent aux quatre coins du monde grâce à des tour-du-mondistes qui souhaitent mettre l’esprit du voyage au service de l’innovation, de la solidarité, des autres. Par exemple, Jonas Guyot et Matthieu Dardaillon ont traversé le monde, du Sénégal à l’Inde en passant par les Philippines, à la recherche des entrepreneurs sociaux qui mettent leurs compétences au service de l’intérêt général afin de promouvoir leurs actions.
Le projet de ces deux jeunes de 24 ans, « Destination ChangeMakers », est devenu un voyage initiatique qui changera sans aucun doute leur vie professionnelle et leur vie… tout court.
Vous aussi, vous désirez parcourir le monde mais l’inspiration vous manque ? Cliquez ici pour découvrir le nouveau service Mon TripPlanner de Accorhotels.

Pierre Perrin-Monlouis
Pierre Perrin-Monlouis
Fondateur de Rente et Patrimoine (cabinet de gestion de patrimoine), Pierre Perrin-Monlouis est un analyste et trader pour compte propre. Il vous fait profiter de son expérience en trading grâce à ses analyses financières et décrypte pour vous les actualités des marchés. Son approche globale des marchés combine à la fois l'analyse technique et l'analyse fondamentale sur l'ensemble des marchés : crypto, forex, actions et matières premières.
ARTICLES SIMILAIRES
1200
1200