LDLC.com, des stocks et des créances maîtrisés

0
136

L’analyse approfondie des actifs courants permet de mettre en lumière les dérapages possibles dans l’exploitation d’une entreprise. En laissant filer les délais de paiement, ou en stockant plus que raisonnablement, une société dégrade sa situation financière à moyen – long terme. Cette analyse portera sur le niveau de stocks et les créances clients du groupe LDLC.com à la clôture des comptes 2015-2016.

>>> Stocks
Les stocks subissent tout naturellement un bond suite à l’intégration des stocks de Materiel.net. Il convient donc de corriger ces stocks des 18 millions provenant de cette acquisition. Les stocks de LDLC sont essentiellement des stocks de marchandises, avec une faible partie liée au SAV. On observe une très grande stabilité des stocks de marchandises malgré une augmentation notable du chiffre d’affaires. Les stocks passant de 50,143 millions à 49,609 millions. On ne peut que saluer cette performance. En fin d’exercice, les stocks représentent donc un total de 67,6 jours de chiffre d’affaires. Il sera nécessaire d’étudier la façon dont LDLC.com finance ce stock, soit à travers une dette fournisseur élevée, soit à travers des emprunts à court terme.

LDLC.com a choisi le principe FIFO pour le calcul de ses stocks, à savoir First In, First Out. Le coût de revient estimé d’une marchandise sortant des stocks est celle de la plus ancienne. Ainsi, en cas de variations très fortes sur les dernières semaines, le coût de revient n’est pas impacté.

>>> Créances clients
La nature même de l’activité de LDCL.com leur permet d’avoir qu’un délai Clients très faible. En effet, 100% des créances clients sont à moins d’un an, et le délai est fixé à 15 jours de chiffre d’affaires. Ceci s’explique par le poids des clients particuliers. Toutefois, une montée en puissance d’une clientèle plus professionnelle entraînera de facto une hausse du délai clients. A la clôture des comptes, 22% des créances sont dues à plus de 60 jours. Il convient de noter que LDLC.com utilise de façon conséquente l’affacturage. Une pratique courante mais qui a un coût, le coût d’affacturage.

Les dépréciations des créances clients restent faibles. La clientèle est très disséminée. Les particuliers représentent 2/3 des ventes.

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici