EduBourseActualitésAlcatel - Résultats du troisième trimestre 2002

Alcatel – Résultats du troisième trimestre 2002

‘- Dette nette abaissée à 1 milliard d’euros grâce au cash flow
– Amélioration de 2 points de la marge brute et forte réduction des coûts sur le trimestre
– Impact limité de la baisse du chiffre d’affaires sur la rentabilité
– Résultat net affecté par 1,1 milliard d’euros de provisions exceptionnelles

Paris, le 30 octobre 2002 – Le Conseil d’Administration d’Alcatel (Paris : CGEP.PA et NYSE : ALA) a examiné et approuvé les comptes du troisième trimestre 2002. Le chiffre d’affaires du Groupe, à 3 508 millions d’euros, est en baisse de 17,2% par rapport au chiffre d’affaires du trimestre précédent, et en baisse de 19% sur une base comparable (hors impact d’Alcatel Shanghai Bell). Les pertes opérationnelles s’établissent à 227 millions d’euros. Les pertes nettes pour le trimestre sont de 1 352 millions d’euros, soit un résultat dilué de -1,14 euro par action A (-1,13 dollar par ADS). Par rapport au troisième trimestre 2001, les ventes sont en baisse de 37,5%.

Chiffres clés

En millions d’euros excepté pour le résultat par action 3ème trimestre 2002 2ème trimestre 2002 3ème trimestre 2001 Neuf premiers mois 2002 Neuf premiers mois 2001
Compte de résultat
Chiffre d’affaires net 3 508 4 235 5 613 12 039 18 587
Résultat d’exploitation -227 -177 -215 -747 7
Résultat net avant amortissement des écarts d’acquisition -1 210 -1 261 -351 -3 191 -1 731
Résultat net -1 352 -1 438 -558 -3 626 -3 465
Résultat par action en euro (dilué) -1,14 -1,20 -0,49 -3,06 -3,05
Résultat/ADS en dollar (dilué) * -1,13 -1,19 -0,48 -3,02 -3.01
Nombre d’actions (en millions) 1,17 1,16 1,14 1,16 1,14

* Le résultat par ADS a été calculé à partir du cours d’achat Euro/dollar de la Réserve Fédérale de New York du 30 septembre 2002 à midi correspondant à 0,9879 dollar.

Serge Tchuruk, Président Directeur Général, a commenté :

“Dans cet environnement particulièrement difficile, nous progressons dans la mise en place des actions qui permettront à Alcatel de sortir de cette crise dans une situation financièrement saine et fortement compétitive. Au cours du troisième trimestre, le niveau de trésorerie a continué de s’améliorer : le cash flow (avant rachat de créances au fond de titrisation) a été fort pour le cinquième trimestre consécutif et le cash disponible, en augmentation, atteint 5,1 milliards d’euros, ce qui conduit à réduire l’endettement net à 1 milliard d’euros. De plus, s’agissant de la réduction des coûts, nous sommes en ligne avec nos objectifs : sur une base comparable , les coûts ont diminué de 10% par rapport au deuxième trimestre 2002 et de 26% par rapport à fin 2001.
Bien que les ventes du trimestre aient baissé un peu plus qu’anticipé, le résultat opérationnel dans la plupart de nos activités a bien résisté et la marge brute augmente de deux points par rapport au trimestre précédent. Toutefois, la situation de certains de nos clients s’étant détériorée, nous avons enregistré des dépréciations et des provisions exceptionnelles plus élevées que prévues qui impactent le résultat net d’environ 1,1 milliard d’euros.

Au 4ème trimestre, nous prévoyons une croissance à deux chiffres de notre chiffre d’affaires par rapport au trimestre précédent. Le résultat opérationnel devrait s’améliorer sauf dépréciations ou provisions qui seraient dues à une détérioration des conditions de marché en 2003 plus importante que notre appréciation actuelle. Compte tenu de notre performance du troisième trimestre, l’endettement net à la fin de l’année devrait être inférieur à 2 milliards d’euros.

Nous sommes confiants dans le retour d’Alcatel à la profitabilité en 2003. En 2002, les pertes opérationnelles devraient être limitées à l’activité optique, qui fait actuellement l’objet d’une restructuration intense. Tous les autres segments d’activité sont autour de l’équilibre. En 2003, notre objectif est d’abaisser le point mort trimestriel de ventes à 3 milliards d’euros à la fin de l’année. Ce chiffre est inférieur d’environ 25% au niveau actuel de notre activité, et nettement au-dessous de notre estimation actuelle de l’activité de l’an prochain. Nous avons récemment constaté un regain d’intérêt pour nos produits d’accès large bande, spécialement en Europe et en Asie. Nous continuons aussi à gagner des parts de marché dans l’infrastructure mobile, une activité qui bénéficie d’un bon niveau de rentabilité même après le financement de la R&D dans la 3G . Les activités d’équipements de communication hors opérateurs ainsi que celles de logiciel, qui représentent plus d’un tiers de nos ventes, amortissent la baisse des investissements des opérateurs. Enfin, notre large présence géographique porte ses fruits, permettant de répartir les risques entre nos différents marchés et clients. Globalement, dans cet environnement très difficile, les équipes d’Alcatel ont accompli un travail remarquable en restant fortement mobilisées malgré les sacrifices consentis. »

Faits marquants

Analyse par segment
En millions d’euros 3ème trimestre 2002 2ème trimestre 2002 3ème trimestre 2001 Neuf premiers mois 2002 Neuf premiers mois 2001
Chiffre d’affaires
Réseaux 1 720 1 969 2 490 5 774 8 584
Optique 704 1 012 1 777 2 763 5 674
e-Business 506 603 732 1 700 2 359
Espace et composants 660 748 793 2 110 2 653
Autres et éliminations -82 -97 -179 -308 -683
Total 3 508 4 235 5 613 12 039 18 587
Résultat opérationnel
Réseaux 30 24 -104 -65 -105
Optique -225 -176 29 -554 435
e-Business -32 -18 -144 -78 -486
Espace et composants 19 31 35 65 159
Autre -19 -38 -31 -115 4
Total -227 -177 -215 -747 7

Résultats du troisième trimestre 2002

Réseaux

Le chiffre d’affaires du troisième trimestre, à 1 720 millions d’euros, est en baisse de 12,6% par rapport au chiffre d’affaires de 1 969 millions d’euros le trimestre précédent, compte tenu de baisses d’activité dans tout le segment. Les ventes de réseaux large bande sont en baisse, principalement à cause du marché DSL aux Etats-Unis, et ce malgré une reprise constatée en fin de trimestre en Europe et en Chine. Les ventes d’infrastructures mobiles GSM ont été bonnes grâce à des succès commerciaux, en particulier à l’extérieur de l’Europe de l’Ouest. Les ventes de logiciels d’application et de commutation voix enregistrent une légère baisse. Les ventes de conception et construction de réseaux, ainsi que les ventes de services opérationnels associés ont également légèrement décru du fait des conditions de marché.

Le résultat opérationnel s’établit à 30 millions d’euros, en légère croissance comparé au trimestre précédent. Malgré la baisse du chiffre d’affaires, la rentabilité se maintient grâce aux réductions de coûts fixes dont l’impact est significatif. La marge opérationnelle dans les réseaux mobiles continue à se maintenir à un bon niveau. Les réseaux large bande résistent bien malgré un environnement difficile. Des progrès ont été également enregistrés dans la gestion de réseaux, les services et les logiciels d’application.

Optique

Le chiffre d’affaires du segment optique, à 704 millions d’euros est en recul de 30,4% par rapport à 1 012 millions d’euros le trimestre précédent. Cette baisse est essentiellement due aux ventes de réseaux optiques terrestres principalement en Europe et aux Etats-Unis. Les ventes de réseaux sous-marins ont enregistré une baisse par rapport au trimestre précédent. Les ventes de fibres optiques suivent la même tendance car les opérateurs continuent de puiser dans leurs stocks. Le chiffre d’affaires d’Optronics s’élève à 13 millions d’euros à comparer à 25 millions d’euros au trimestre précédent.

Les pertes opérationnelles s’établissent à 225 millions d’euros, comparées à des pertes de 176 millions d’euros le trimestre précédent. La rentabilité du segment continue de se détériorer, les programmes intensifs de réduction des coûts ne produisant pas encore leur plein effet, notamment dans l’activité terrestre. Les marges opérationnelles dans les fibres optiques, du fait de la baisse des ventes, se sont légèrement tassées. Les marges dans les réseaux sous-marins continuent à s’améliorer grâce à une réduction importante des coûts fixes. Optronics enregistre des pertes opérationnelles de 45 millions d’euros au cours du trimestre.

Les résultats complets d’Alcatel Optronics pour le troisième trimestre 2002 sont diffusés aujourd’hui dans un communiqué de presse distinct.

e-Business

Le chiffre d’affaires du trimestre, à 506 millions d’euros, diminue de 16,1%, à comparer avec un chiffre d’affaires de 603 millions d’euros au trimestre précédent. La baisse provient pour l’essentiel de la baisse saisonnière de vente de terminaux GSM, qui sont passées à 2,6 millions d’unités au lieu de 3,0 millions d’unités au trimestre précédent. Le marché des entreprises s’est détérioré à la fin du trimestre, les PME ayant peu investi et les grandes entreprises ayant retardé leurs commandes. Les ventes des applications logiciels de Genesys se maintiennent malgré le retournement de la conjoncture. Les ventes de solutions de réseaux de voix et de données ont été également stables.

Les pertes opérationnelles s’établissent à 32 millions d’euros à comparer à des pertes de 18 millions d’euros au deuxième trimestre. Compte tenu de la baisse des volumes, la marge opérationnelle du segment s’est légèrement détériorée. L’activité des terminaux a été impactée par l’effet habituel de la saisonnalité.

Espace et composants

Le chiffre d’affaires du trimestre, à 660 millions d’euros, est en baisse de 11,8% par rapport aux ventes du trimestre précédent à 748 millions d’euros. On constate une baisse des ventes dans l’ensemble des lignes de produits composants du fait du ralentissement économique. Les ventes de satellites ont également légèrement décru.

Ce segment enregistre un résultat opérationnel de 19 millions d’euros à comparer à 31 millions d’euros au trimestre précédent. Malgré la baisse des ventes, les marges résistent grâce à la mise en place d’une meilleure structure de coûts fixes.

Résultats du troisième trimestre 2002 (non audités)

Compte de résultat

– Chiffre d’affaires net : 3 508 millions d’euros à comparer à des ventes de 5 613 millions d’euros au 3ème trimestre 2001 (en baisse de 37,5%) et à des ventes de 4 235 millions d’euros au trimestre précédent (en baisse de 17,2%).

– Répartition géographique des ventes :
– Europe de l’ouest: 45%
– Reste de l’Europe 7%
– USA : 15%
– Asie : 19%
– Reste du Monde : 14%

– Marge brute : 27,5% (25,5% au 2ème trimestre 2002)

– Charges administratives et commerciales : -669 millions d’euros (19,1% des ventes)

– Frais de recherche et développement (R&D) : -523 millions d’euros (14,9% des ventes)

– Résultat opérationnel : -227 millions d’euros incluant des dépréciations de stocks de -65 millions d’euros à comparer à un résultat de -177 millions d’euros au 2ème trimestre 2002 incluant des dépréciations de stocks de -45 millions d’euros

– Résultats avant impôt et amortissement des écarts d’acquisition : -1 113 millions d’euros incluant :
– Charges financières nettes : -520 millions d’euros à comparer à -291 millions d’euros au 2ème trimestre 2002
– Coûts de restructuration : -331 millions d’euros à comparer à -504 millions d’euros au 2ème trimestre 2002
– Autres charges nettes : -35 millions d’euros (dont 217 millions de plus-values et -252 millions de provisions) à comparer à des charges de -254 millions d’euros au 2ème trimestre 2002
– Perte nette avant amortissement des écarts d’acquisition: -1 210 millions d’euros à comparer à une perte de -1 261 millions d’euros au 2ème trimestre 2002

– Perte nette : -1 352 millions d’euros (dont une charge d’impôt associée de -85 millions d’euros, un résultat des sociétés mises en équivalence et des activités cédées ou en cours de cession de -12 millions d’euros et une dotation aux amortissements des écarts d’acquisition de
-152 millions d’euros)

– Résultat dilué par action A : -1,14 euro (-1,13 dollar par ADS) sur la base d’une moyenne de 1 168 millions d’actions A

Bilan

– Besoin en fonds de roulement opérationnel : 2 696 millions d’euros, soit une décroissance par rapport au trimestre précédent de 536 millions d’euros :
– Stocks nets : 3 219 millions d’euros, soit une décroissance séquentielle de 197 millions d’euros
– Créances clients : 4 828 millions d’euros, soit une décroissance séquentielle de 529 millions d’euros
– Dettes fournisseurs et avances clients : 5 351 millions d’euros, soit une décroissance de 191 millions d’euros
– Disponibilités : 5 101 millions d’euros à comparer à 4 805 millions d’euros à la fin du 2ème trimestre 2002

– Endettement net : 1 029 millions d’euros

– Ratio d’endettement : 16%

– Variation nette de la trésorerie d’exploitation : -68 millions d’euros

Résultats des neuf premiers mois 2002 (non audités)

– Chiffre d’affaires net : 12 039 millions d’euros à comparer à des ventes de 18 587 millions d’euros sur la même période en 2001 (soit une baisse de 35,2%)

– Répartition géographique des ventes :
– Europe de l’ouest: 42%
– Reste de l’Europe 7%
– USA : 17%
– Asie : 18%
– Reste du Monde : 16%

– Marge brute : 26.0% (27,1% sur la même période en 2001)

– Charges administratives et commerciales : -2 215 millions d’euros (18,4% des ventes)

– Frais de recherche et développement (R&D) : -1 664 millions d’euros (13,8% des ventes)

– Résultat opérationnel : -747 millions d’euros

– Résultats avant impôt et amortissement des écarts d’acquisition :
– 3 141 millions d’euros incluant :
– Charges financières nettes : -882 millions d’euros à comparer à des charges de -1 319 millions d’euros sur la même période en 2001
– Coûts de restructuration : -974 millions d’euros à comparer à des coûts de -1 526 millions d’euros sur la même période en 2001
– Autres produits/charges nets : -538 millions d’euros (dont 413 millions d’euros de plus-values et -951 millions de provisions) à comparer à un profit de 242 millions d’euros sur la même période en 2001
– Perte nette avant amortissement des écarts d’acquisition : -3 191 millions d’euros à comparer à -1 731 sur la même période en 2001
– Perte nette : -3 626 millions d’euros (dont un crédit d’impôt associé de 81 millions d’euros, un résultat des sociétés mises en équivalence et des activités cédées ou en cours de cession de -131 millions d’euros et une dotation aux amortissements des écarts d’acquisition de -442 millions d’euros)

– Résultat dilué par action A : -3,06 euro (-3,05 dollar par ADS) sur la base d’une moyenne de 1 160 millions d’actions A

A propos d’Alcatel
Alcatel conçoit, développe et construit des réseaux de communications innovants et compétitifs permettant aux opérateurs, aux fournisseurs de services et aux entreprises d’offrir tous contenus (voix, données ou multimédia) à tous clients, partout dans le monde. A partir d’un portefeuille complet de solutions qui vont des infrastructures optiques aux réseaux fixes et mobiles et à l’accès large bande, les clients d’Alcatel peuvent se consacrer à l’optimisation de leurs offres de services et de leurs sources de revenus. Avec un chiffre d’affaires de 25 milliards d’euros en 2001, Alcatel est présent dans plus de 130 pays.

Pierre Perrin-Monlouis
Pierre Perrin-Monlouis
Fondateur de Rente et Patrimoine (cabinet de gestion de patrimoine), Pierre Perrin-Monlouis est un analyste et trader pour compte propre. Il vous fait profiter de son expérience en trading grâce à ses analyses financières et décrypte pour vous les actualités des marchés. Son approche globale des marchés combine à la fois l'analyse technique et l'analyse fondamentale sur l'ensemble des marchés : crypto, forex, actions et matières premières.
ARTICLES SIMILAIRES