EduBourseActualitésCac 40 mercredi 19 janvier 2011 - La bourse veut décrocher la...

Cac 40 mercredi 19 janvier 2011 – La bourse veut décrocher la lune

SPECIAL WALL STREET (PC actif)
Points hauts : Points bas :
11966 11760
11884 11675

Que l’on s’appelle Jacques ou pas, le fatalisme en bourse est souvent mis à rude épreuve.
Comme dans la séquence de trading actuelle où le cac 40 nargue toutes les études techniques et même fondamentales.
En effet, si la bourse de Paris a clos hier par delà les 4000, cours qu’elle n’avait plus atteint depuis le 26 avril 2010, force est d’admettre que l’indice tricolore ne reflète pas réellement la situation financière et économique à travers diverses sources d’inquiétude qui attendent opportunément le moment pour se manifester.
En outre, quand on étudie la vague haussière portant sur la cime du triple zéro notre panier des 40 valeurs, on est également en droit de s’interroger par quelle puissance (si ce n’est celle du Saint Esprit !) l’inénarrable cac 40 parvient à se hisser sur une telle cime.

Il faut bien entendu s’attarder sur le cas de Wall Street, le marché directeur.
Et stupeur ! Dow Jones, SP500 et nasdaq ne cessent de gravir les échelons. Sans tressaillir.
Pire : les indices us si on prend leur parcours depuis septembre, s’ingénient à ne regarder que le nord sans qu’une période de consolidation ne vienne s’immiscer dans cette marche forcée.
Nécessairement, on doit y voir la patte de Bernanke et de ses rames de dollars distribuées à tours de bras et de rotatives de l’imprimerie de la Fed !
Ces assouplissements quantitatifs plaisent aux marchés.
Tandis que nous sommes en pleine “saison des résultats” outre-Atlantique, le fait marquant est qu’avec une annonce décevante de Citigroup en la matière, la grande place américaine resta stoïque aux chiffres de la banque au point d’engranger une séance positive supplémentaire !
On ne peut mettre sur le compte de la macroéconomie cette performance puisque l’Empire State est ressorti en baisse par rapport aux attentes…
En définitive, il faut se ranger parmi l’effet moutonnier du consensus.
Comme nous l’exposions dans un récent édito, le cac 40 ne chutera pas tant que des places seront toujours disponibles dans le toboggan.
Hâtez-vous s’il vous plaît de vous convertir à la hausse tous azimuts… car il devient pénible chaque jour de compter des scores en vert, envers et contre tous.

Sur le forex, même son de cloche à propos de l’euro.
Après les débats sur le FESF des ministres des finances européens à Bruxelles sur l’opportunité d’augmenter rapidement ou non l’enveloppe du fonds de secours, ravivant des applications acheteuses à l’endroit de la devise unique du vieux sol, c’est désormais la Russie qui soutiendrait le continent dans ses pérégrinations de dettes souveraines puisque le pays s’érigerait en acquéreur potentiel des obligations européennes dont les opérations de levées de capitaux débuteront la semaine prochaine… Chine, Japon… Bref, tout le monde vient à notre chevet !
C’est beau la mondialisation dans un climat de “fraternité”.
De plus, Standard & Poor’s visant le triple A des Etats-Unis s’agissant de l’endettement colossal de l’oncle Sam dans l’espoir que les USA mettent en oeuvre un plan digne de ce nom pour alléger le fardeau, pèse sur le dollar in fine.
Eu égard à des bruits de coulisses supposant que des pays asiatiques achèteraient de l’euro au détriment du billet vert, il va sans dire que notre monnaie s’en trouve galvanisée au-dessus du 1.3450$ au réveil.
Le pétrole se discute quant à lui aux 92$ le baril pendant que les matières premières sont aussi très recherchées.

Aujourd’hui Goldman Sachs rendra sa copie sur ses chiffres ainsi que Wells fargo, encore faut-il que les opérateurs s’en soucient.
Sur le front des statistiques, la bannière étoilée apportera quelques indications immobilières avec les mises en chantiers et le nombre de permis de construire.
Notre cac 40 vole de succès en succès.
La spirale ne serait pas ennuyeuse si nous avions des moyens d’en comprendre la véracité.
Malheureusement, sauf à clamer notre impuissance face à un tel acharnement de soutenir les cours, on ne peut que se résigner d’accepter d’être dans l’erreur en croyant à un reflux des prix…
Il faudrait revenir sous les fameux 3980, histoire de calmer la chaude ambiance.

BB2 : 3945 BB : 3973 PC : 3994 BH : 4025 BH2 : 4051

Pierre Perrin-Monlouis
Pierre Perrin-Monlouis
Fondateur de Rente et Patrimoine (cabinet de gestion de patrimoine), Pierre Perrin-Monlouis est un analyste et trader pour compte propre. Il vous fait profiter de son expérience en trading grâce à ses analyses financières et décrypte pour vous les actualités des marchés. Son approche globale des marchés combine à la fois l'analyse technique et l'analyse fondamentale sur l'ensemble des marchés : crypto, forex, actions et matières premières.
ARTICLES SIMILAIRES